L’art de prendre le métro ou « Donne moi ta main et prends mon coude »

Par @pfcanault

Qui a dit qu’il fallait être gentil avec autrui ?

Pas moi.

A partir de cette vérité irréfragable qui est : « celui qui est le plus fort est le plus fort », construisons un monde poétique.

Vous serez de mon avis que pour gagner 2 minutes le matin pour arriver en avance au boulot et croiser l’ensemble des têtes amicales qui veulent votre place et qui sont arrivés 25 minutes avant vous (certains appellent ça des stagiaires), vous êtes prêt à tout.

Alors bien sûr, cette dame était plus proche d’avoir connu l’âge des dinosaures que d’avoir grandit avec la génération Y, mais le problème ce n’est pas moi, ni mon coude qui a malencontreusement touché sa pommette quand j’ai tenté de me faufiler avec grâce et volupté dans cette rame trop pleine, le problème c’est elle.

Quand on est vieux, on ne prend pas le métro aux heures de pointes ma petite dame. On fait comme l’ensemble des individus de votre espèce, on attend 15 heures pour sortir et on prend le bus. Vous  gênez la jeunesse, et vous prenez les rares places assises pour soulager vos lombaires qui n’ont aucune raison d’êtres présentes sur la Ligne 3 à 8h30. Cette pommette était donc aussi la mienne.

L’avocat de la défense dira que cette dame voulait faire son marché, et pour bénéficier de produits frais, usait de cette sympathique ligne pour se rendre rue de Levis acheter ses pommes de terre.

Pommes de terre destinées à finir en purée, seul aliment qu’à son âge avancé, Madame peut avaler.

Moi je pense que lorsque l’on est vieux, on est plus proche de la fin de sa vie que du début, qu’en partant de ce principe là, on a travaillé toute sa vie pour avoir un quotidien agréable et sympathique, et que SI ON N’EST PAS FOUTU D’AVOIR ASSEZ DE BLE POUR S’ACHETER UN APPART RUE DE LEVIS, on reste chez soi. Tout simplement.

Mais bien sûr, c’est un megaconnard qui parle, un être simple dirait qu’il faut laisser sa place à cette gentille dame, que d’arriver en avance au bureau est le témoignage d’un stress non refoulé, et que de se moquer de la condition humaine est vraiment petit et insipide.

Pfiouuu, heureusement que j’ai choisi le bon camp.

Pierre-François Canault

@pfcanault

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*