Qu’est ce qu’une megaconnasse ?

Par Sandlablonde

Quand Megaconnard m’a demandé (enfin, plutôt il m’a enjoint, vu que je n’ai aucune souvenance d’introduction de “s’il vous plait, tu serais mignonne de”, CONNARD) d’écrire un article pour son site éponyme, j’ai dit “Mais oui, bien sûr, megaconnard” (dans la réalité, j’ai dit oui bien sûr *prénom réel de megaconnard* parce que bien sûr lecteur sagace, tu auras compris de toi même que mégaconnard ne se prénomme pas exactement mégaconnard. En vrai).

J’ai dit oui. Et puis j’ai juré élégamment. Je ne vais pas te retranscrire ça ici, ce serait trop grossier mais sache qu’il est vaguement question de lupanar, et d’organes sexuels masculins bizarrement conformés. Parce que c’est bien beau d’écrire, mais encore faut il trouver un sujet. J’ai rapidement fait le tour de moi même (activité que je recommande à tout un chacun) et tout en buvant un thé brûlant j’en suis arrivée à la conclusion oh combien brillante que décidément, écrire pour un blog qui n’existe pas encore un article sans avoir la moindre idée de la direction à lui donner, c’était quand même hardcore. C’est ainsi que grimaçante telle Katie Holmes ayant égaré son diaphragme (car qui honnêtement sain d’esprit aurait envie de se laisser coller un mioche par Tom Cruise, hein qui?) je battais ma coulpe: dire oui à megaconnard faisait peut être de moi une mégaconnasse (loseuse de surcroit puisque toujours sans aucun billet à l’horizon).

Mais attend, sublime déesse aux longs cheveux d’or me suis je dit (oui j’aime me donner des surnoms affectueux, je vous merde), là voilà ton idée. Es tu oui ou non une mégaconnasse?

La connasse, on la connait toute. C’est globalement la fille qui rentre dans un 34 sans régime, celle qui réussit mieux que toi le brushing et la quiche lorrainne, sans faire de tâches ni de faux pli. Dans le brushing, pas dans la quiche. La connasse, c’est celle qui secoue ses cheveux d’un air de défi en te disant “Oh oui, ce matin c’est fullfilled mais si tu veux je peux te prendre 37 secondes au téléphone.” C’est aussi celle qui a des orgasmes rien qu’en se lavant les cheveux, probablement qu’elle a une anatomie bien différente de la tienne qui lui a collé des corpuscules de Krause en lien en place de ton excès de sébum. La connasse écoute Sardou, mais ne l’avoue pas, et fantasme en secret sur les jambes parfaites des connasses du clip Ipadesque de tonton Mimi.
La connasse tu la reconnais dans les rayons de supermarchés avec ses gosses autrement nommés miniconnards/asses qui lui ressemblent en tous points, rapport au fait que consciemment ou non, elle bloque toute l’allée avec son chariot de travers, parce qu’elle hésite entre des céréales  0% de sucres, sans sel  ajouté ni matières grasses, et les mêmes mais 0´% blé garanties.
La connasse a un smartphone dans lequel elle parle très fort, parce qu’après tout, ça intéresse tout le monde de savoir que tatie Jacqueline a fait une descente d’organes (“et il a tout fallu remonter à la main tu te rends compte?”), et que Sophie a surpris la maîtresse de son mari, qui se trouve en fait être un transsexuel non opéré (“et c’est pour ça qu’il avait ouvert un compte épargne, pour lui faire une chatte, bordel”).

La mégaconnasse à contrario, serait une fille encore plus connasse que la précédente. Du genre tellement brillante et sexuellement hors catégorie qu’elle en arriverait par exemple à faire un article pour un blog en gestation, comme ça, de quelques tapotements de clavier sensuels, en écrivant pour ne strictement rien dire, sachant pertinnement quand même que de ci de là, quelques sourires vont éclôre sur le visage déjà énamouré de lecteurs en pamoison. La mégaconnasse, transpirerait le sexappeal dans son jogging de dimanche (le mauve en velours comme Eva Longoria oui, oui). Elle soufflerait délicatement sur son thé, tout en écoutant des airs d’Abba parce que mine de rien, la mégaconnasse est tellement au dessus de la mêlée, qu’elle peut très bien chanter “Dancing Queen” en yaourt et pieds nus tout en restant au top de sa féminité.
Elle pourrait aussi poser sa tasse sur une culotte en coton illustrée gaiment de pattes de chats (oui, la mégaconnasse a beaucoup d’humour, et apprécie beaucoup les sous vêtements décalés) parce qu’un sous-verre, c’est si commun. Et puis, faudrait qu’elle fasse du linch’ aussi en rédigeant (d’où la culotte. Propre. Je vous vois venir).  La mégaconnasse aurait l’accent belge, ça la rendrait mystérieusement exotique.   La mégaconasse gérerait donc à mort, et serait une sorte d’icône (mais en moins moche que la nouvelle d’Itunes 10).  Alors oui, lecteur conquis, aujourd’hui je l’affirme haut et fort.

I’m a megaconnasse, and I like it.

Sandlablonde

http://missstereetboulesdeblog.wordpress.com/

11 commentaires

  1. Super bien écrit méga-connasse… il y a un peu du Albert Cohen là dedans 😉

    La super-méga connasse, c’est cette petite sotte qui ressemble à rien (semble-t-il) et qui l’air de rien, au détour d’un blog foireux même pas colorié, vous claque votre beignet de plumitif laborieux de son style alerte, facile et drôle. Tu fais rien pour te faire aimer, décidément 😉

  2. @millie: hinhin

    @mcFlee: merci tonton

    @un connard: Mon mignon, on ne se connait pas certainement, sinon tu ne commettrais pas cette faute de goût de citer mes hanches sans y adjoindre des adjectifs comme divines, voluptueuses, ou parfaites. Quant à cet article sans fond, j’eus pu, à la lecture de ton commentaire, penser que tu aurais apprécié la pure mise en forme pour la (les) forme(s).

    @Cyceron: je ne veux pas qu’on m’aime, je veux qu’on m’adore 🙂
    (merci pour le compliment, je suis plus léonard qu’Albert mais je ferai un effort pour me cultiver. Ou pas )

Répondre à millie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*