Le talent au service de la connerie…

Par @florenceporcel

… Z’avez une heure, bande de cons.

Cher monsieur MégaConnard,

Je ne sais pas si j’ai du talent, mais je suis conne (mais pas toute la journée), c’est déjà ça de gagné. (Remarquez du coup, la partie de la journée où je ne suis pas conne, j’ai peut-être du talent, allez savoir.)

Mais après tout, hein, finalement, pourquoi ne pas définir ce qui nous occupe, mh ? Parce qu’en définitive et être ou ne pas être telle est la question sinusoïdale de l’anachorète hypochondriaque, qu’est-ce que la connerie ? J’ignore de le savoir. C’est ballot. Et même si un con, ça ne se définit pas, on ne peut donner que des exemples, essayons tout de même.

Je crois en premier lieu, et c’est bien simple à comprendre même pour la dernière des connes, qu’on est tous le con de quelqu’un d’autre. Ce qui, si l’on n’est pas trop con, implique que nous soyons tous des cons en méga-puissance (à moins d’être un ermite, un petit d’homme élevé par une meute de loup dans la forêt subtropicale, ou Mickaël Vendetta qui reste persuadé d’être le seul sur Terre (Mais que voulez-vous, il est jeune ! (En même temps, c’est pas un argument, parce que le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est con, on est con.))).

Revenons à nos petites affaires. Nous sommes donc tous potentiellement un con. Mais comment savoir quel sera le nôtre ? J’ai la solution : les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. Je ne vise personne en particulier hein, mais Rémi Gaillard m’aurait l’air d’être une excellente illustration à ma théorie.

Ceci étant dit, ce n’est pas une fatalité non plus. Regardez, moi par exemple. Je suis conne – du moins c’est ce qu’il paraît. Je suis conne. Ça m’empêche pas d’exister ! C’est peut-être pour ça aussi qu’on est autant sur Terre. Alors je sais, je sais… Ca t’emmerde, toi qui me lis (et qui est donc loin d’être con !), qu’il y ait autant de cons partout et de toujours qui font des tours et des tours de con de cons des contours. Mais que veux-tu. Il faut que tu arriveras à laminer tes rancœurs dialectiques, même si je suis con… vaincue que c’est très difficile. T’es quand même pas la moitié d’un con, avec un peu de travail, tu peux t’en sortir.

Et puis il faut savoir que la connerie touche toutes les générations. Qu’on ait vingt ans, qu’on soit grand-père, quand on est con, on est con ! Comme ça, pas de jaloux. Finies les querelles familiales. Etre fils et petit-fils de con, ça ne se choisit pas. (A la rigueur, ça s’entretient.) (Mais ça, c’est encore autre chose.) (Ou pas.) (D’ailleurs.)

Nan parce que faut pas croire, hein, mais j’en connais, des sacrés cons, moi aussi… Croyez pas que ce soit un privilège qui vous soit réservé (hélas). On dit toujours qu’on ne peut pas être et avoir été. Eh ben j’en connais un, dis donc, il a été con et il l’est encore ! Mais pas de délation, non non non. C’est ça, la tolérance : c’est quand on connaît des cons et qu’on ne dit pas les noms.

Alors de temps en temps, j’avoue, c’est tellement pesant que j’ai besoin d’en rire. J’organise donc des dîners de cons. Un con-cept super, ça. Tu invites des amis et leur con personnel. Le souci, c’est que j’ai divisé la société en deux catégories : mes amis ou mes cons à moi et les cons des autres que je ne supporte pas. Faut pas que ça dure longtemps, juste. A organiser au McDo, c’est plus sûr pour les nerfs tout de même (mais pas pour l’estomac, faut bien l’avouer, alors c’est quand même un peu con).

Mais attention, hein ! Vous, les cons naissants, les cons innocents, les jeunes cons qui – ne le niez pas ! – prenez les papas pour des cons… Et vous ! Vous, les cons âgés, les cons usagés, les vieux cons qui – confessez-le – prenez les petits bleus pour des cons… Méditez l’impartial message d’un type qui balance entre deux âges : je ne vous prends pas pour des cons !! Bien au contraire, puisque je vous ai compris.

Et puis vous, cher monsieur MégaConnard. Vous vous vantez, là, en nous faisant croire que vous êtes le Con Suprême. Mais enfin… voyons… dédier un site à la connerie… C’est une idée de génie !!! Je dirais même plus : c’est con-sternant d’intelligence. Vous devriez demander des subventions. Par les temps qui courent, votre initiative pourrait bien être déclarée d’utilité publique. Qu’on se le dise : la connerie a de beaux jours devant elle. Et surtout, vu les cons qui courent les rues et les couloirs de l’Ass…

(… Hein ? Je parle trop ? Ca suffit, maintenant ? J’ai dépassé l’heure autorisée ? Ah mais que voulez-vous… Gardons-nous de donner la parole aux cons. Ils ne veulent jamais la rendre.)

J’ajouterai une seule chose : merci pour ce site. Vous mériteriez le Nobel de la Paix, parce qu’ici, personne n’est lésé. La connerie est universelle. Les cons peuvent s’y exprimer, les moins cons peuvent l’être le temps d’un billet. Parce que c’est fatiguant, de ne pas être con. Ça soulage, d’évacuer toute la connerie qu’on retient au fil des heures passées avec des cons.

Alors soyons cons. Et surtout, con-ble du non-con, en ayant con-science de l’être pour mieux ne plus l’être au quotidien. Là est la clef. Parce que… je voudrais pas dire mais… Je suis un con, mais quand je vois ce que les gens intelligents ont fait du monde

Merci.

Con-géni(t)alement vôtre,

Florence Porcel

PS : Cher monsieur MégaConnard, comme je ne suis pas tout à fait conne non plus, j’évite de m’approprier ce qui ne m’appartient pas. Vous aurez donc remarqué que l’italique indique que je cite une personne qui a oublié d’être conne le jour où elle a pondu sa réflexion. Mais cela dit, comme je suis tout de même un peu conne sur les bords, j’ai oublié de noter à chaque fois l’auteur desdites citations. Veuillez ne pas m’en tenir con-pte.

PS 2 : Le con étant également le sexe féminin, on ne peut pas reprocher aux adorables créatures qui en ont possession d’être dotée d’une intelligence discutable. Vous vous retrouveriez bien cons, si nous n’en avions pas. Alors appréciez. C’est tout c(ouill)on !

7 commentaires

  1. @ Comic sans ms : la médiocrité de votre commentaire après un si génial papier, m’invite à penser que vous appartenez à une autre catégorie non évoquée : les consternants sales cons.

    Pour vous hélas, je ne suis pas sûr qu’il existe possibilité de rédemption. c’est con, hein ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*