Message à caractère informatique

illustration de T0ad pour voir son site tu cliques sur l'image

– Ma souris ne marche plus !

- Pourquoi, elle avait des pattes ?

Ça peut sembler idiot, mais si vous changez les piles, vous perdrez moins la face, croyez-moi.

Et c’est comme ça toute l’année, depuis longtemps. Au début, je déployais des trésors d’empathie, de patience, de gentillesse. Le type qui confondait son lecteur de Cdrom avec un porte gobelet à café, la femme de ménage qui débranchait les câbles – on ne dit pas femme de méninge, d’ailleurs – celui qui renversait du thé sur son clavier d’ordinateur portable mais qui évitait de l’avouer, je crois que j’ai eu droit à tout, surtout les trucs les plus dingues.

La cerise sur le gâteau, ce fut cette esthéticienne qui éteignait tous les soirs son poste en appuyant sur le bouton de l’onduleur. Un esthéticienne qui a un problème de bouton, qu’est ce que vous voulez que je vous dise…

Alors, insidieusement, j’ai commencé à devenir con. Ça ne s’est pas fait à la minute. C’est une lente et douloureuse agonie de la gentillesse, la vicieuse torture quotidienne du sens de l’humour.

Au début, c’était juste un agacement, le poil que se dresse, bien que je sois plutôt imberbe.

Et au rythme des coups de fils, on finit par avoir envie de s’y pendre.

Un cabinet dentaire, l’ordinateur ne marche plus. Ils ont juste oublié d’allumer l’écran. Si si, c’est possible.

Ils ne sont ni cons ni stupides, juste pas formés à ça. Ok, il y en a certains pour lesquels je me suis demandé si on avait pas pissé dans leur patrimoine génétique, mais c’est une minorité. J’espère encore. Je devrais faire passer des tests ADN à mes clients au préalable. Il faudra que j’en parle à Brice.

Donc au début, j’ai pris sur moi. Après tout je n’avais qu’à bosser à la fac au lieu d’aller aux TD de philo en testant divers stupéfiants. Et puis il y a eu des moments sympathiques: Dans un laboratoire de recherche, je réparais la station de travail d’un microscope numérique pendant qu’une dame charmante disséquait une souris clouée sur une planche. Un patron d’agence immobilière m’a sorti un flingue sur le bureau, en me disant que je ne courrais pas plus vite que les balles, ce en quoi je lui donne entièrement raison.

D’ailleurs le pauvre, qui ne fumait plus depuis 15 ans, est mort l’année dernière d’un cancer du poumon foudroyant. Lui ne courrait pas plus vite que ses métastases.

Et il y a des collectivités locales. Des contrats avec des collectivités de gauche pour gérer l’informatique des écoles maternelles et élémentaires, ça semble un chouette projet à la base. Jusqu’à ce qu’on comprenne que mairie de gauche s’écrit mairie de gauches. Ils passent leur temps à se tirer dans les pattes, se mettre des bâtons dans les roues, ils font n’importe quoi pour faire chier leurs collègues, dilapident l’argent public en en ayant rien à foutre. Ils ont même annulé devant moi une réunion pour cause de désaccord sur le bureau où la faire. Vous le croyez, ça ? Pendant ce temps là, les petits Brandon, Kevin,  Jennifer, Jessica, Curly (si, si, la pauvre) n’auront pas le wifi parce que c’est ultra dangereux, enfin selon des directeurs scotchés à leur téléphone portable du matin au soir.

Donc j’ai commencé moi aussi à devenir con. Pas encore mégaconnard, mais je sens que ça vient.

Je suis sur la bonne voie. Un client m’a récemment dit au téléphone : « vous avez vu comment vous me parlez ?! » Non, mais j’ai bien entendu, par contre. Il a trinqué pour les autres. On ne trinquera plus ensemble d’ailleurs, je pense.

Et quand j’ai fini par comprendre que le principal problème des ordinateurs se situe entre le fauteuil et le clavier, ça a été un soulagement. J’ai enfin compris que ça ne s’arrêterait jamais. Et arrêter d’espérer, finalement ça soulage. Maitrisez vos passions, éteignez vos désirs, vous vivrez sans souffrance. Résigné, avec de petites touches de cynisme, de méchanceté, un souffle de violence verbale mais juste assez pour qu’ils aient un doute. On se venge comme on peut. Oui madame, je vais passer vous dépanner, vous avez profondément le choix dans la date.

Avant, j’allumais mon téléphone à 9H, pour accueillir les problématiques du matin. Et quand j’ai compris que les problèmes de 9H se résolvaient tout seuls avant 10H, j’ai décalé d’une heure. Un jour, je ne l’allumerai plus du tout, je pense. Ils se démerderont.

En attendant, j’ai encore du potentiel à développer pour devenir parfaitement un sale con, et franchement, je suis aidé. Maintenant, j’ai des collègues. Ça encourage, on partage les aberrations, les non-sens, les hérésies. Mais c’est reculer pour mieux sauter,  ce qui doit arriver arrivera. Vous verrez.

Si un jour vous voyez passer une dépêche sur Twitter expliquant qu’une secrétaire a été retrouvée pendue à son fil de souris, la tête encastrée dans son écran plat, un clavier Microsoft enfoncé profondément là où je pense, vous saurez que c’est moi.

C’est que je serais à point, et définitivement cuit.

Par Pierre Deruelle

Illustration de T0ad http://www.unsitesurinternet.fr

(Lire aussi si vous avez aimé la série de @krist_t_o_f NDLR)

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>