Influence, quand tu nous tiens (par les burnes)

Les gens de l’Internet aiment à se gargariser de la notion d’INFLUENCE. Personnellement, j’y crois peu. Mais puisqu’elle est au centre de nombre de débats et qu’elle est le moteur d’un certain nombre de gens, autant maîtriser les mots et phénomènes qui entourent ce concept.

Dans ma grande générosité, je t’offre donc, cher Internet mondial, ce petit lexique de l’influence, de ses déclinaisons, de ses manifestations et de ses conséquences.

Au commencement était donc l’INFLUENCE : fantasme des gens de l’Internet mondial, qui croient qu’un blog ou un tweet lus par beaucoup de gens ont un impact sur le comportement desdits gens (qui seraient bien indigents, comme gens, si c’était le cas). Un billet sponsorisé étant généralement signalé comme tel (sous peine de scandale dangereux pour l’influence a posteriori, à la découverte du poteau rose), on voit en effet mal un internaute averti (ce qui est a priori plutôt le cas des personnes qui font la démarche volontaire de se rendre sur des blogs y lire des choses qui les intéressent vs le lobotomisé moyen qui offre son cerveau disponible à téhèfain) prendre pour argent comptant le blabla qui vient justement d’en apporter à l’auteur (de l’argent comptant). Si demain, moi je j’écris que :

« Mmmmmh, j’ai goûté le nouveau Banania, j’en suis devenu dingo, on peut vraiment dire « Y a bon Banania » !! LOOOOL !!! »

vous serez sans doute des millions à faire le siège du supermarché du coin pour vous procurer ce produit toutes affaires cessantes, je n’en doute pas un instant.

Artweesan : le genre de twitto qui fait ses tweets à l’ancienne, les cisèle, et a gagné un par un ses followers, à la loyale, sans qu’un buzz particulier ne les booste. Juste par de la qualité. Ces gens-là pourraient passer au JT de JP Pernaut, si celui-ci n’était pas diffusé en 1972. Exemples : @Pierrederuelle, @LandeYves@McFlee13. Ma grande modestie m’interdit de me citer en exemple de cette catégorie, mais sachez que je n’en pense pas moins.

Confluence : se dit de celui qui a beaucoup de followers non pas parce qu’il est intéressant ou particulièrement spirituel, mais parce qu’il est con. Chacun de ses tweets ou presque étant une bombe de LOL involontaire, il devient un must-follow, le twitto moyen étant quand même avant tout un drogué au LOL.
Les porte-drapeaux de la confluence sont naturellement @FLefebvre_UMP :

Un Twitto vraiment très confluent

et l’immense @lancarbenjamin, dont les tweets seraient le caviar du LOL s’ils n’étaient pas des œufs de l’UMP [cette excellente blague a été faite il y a bien longtemps par Karl Zéro et vue à la TV]. Benjamin passionne les foules par son talent lolitique. J’en veux pour preuve le succès fulgurant du dernier blogpost que je lui ai consacré, qui a de loin pété les scores habituels de ma modeste (hum) publication.

LOLtag
l'iRiposte, une dure lutte

Incontweenance : maladie qui frappe certaines personnes, qui pissent du tweet à n’en plus finir sans aucun contrôle sur leur sphinctweers. Congénitale chez certains (@DeputeARobinet – ouais, fastoche, je sais – député de Reims – Robinet, Rince, wesh tacompri ?), elle est encore supportable chez ceux qui ont à peu près une ligne édweetoriale (#lol, #vismavie, #monnombriletmoi) ou se concentrent à peu près sur un ou deux sujets. Je suis moi-même, d’une certaine façon, un incontweenant, si l’on considère la façon dont je peux à certains moments flooder mes bienheureux followers adorés. Dans les cas plus extrêmes, ça pisse du lien sans y apporter la moindre valeur ajoutée, ça parle d’un chat puis du web puis d’un film puis d’un lol généralement pas lol du tout puis d’un machin écolo puis je sais pas parce que je me suis déjà endormi. La championne du genre étant naturellement pour moi @florencedesruol, qui ne trouvera apparemment le repos que lorsqu’elle aura tweeté tous les liens de tout l’Internet mondial. Florence, une petite précision : je n’ai rien de personnel contre toi, ce n’est pas de la haine ou de la méchanceté, mais bon en tant que tweetstar, il est normal que tu sois citée en exemple, du meilleur par certains, du pire par d’autres – et être clivant, c’est finalement tellement mieux que d’être consensuel, ne crois-tu pas ? Moi je, je ne te trouve simplement ni intéressante ni drôle, ce sont des choses qui arrivent (même à moi, c’est pour te dire. La preuve : 3 personnes, à ma connaissance, ont été jusqu’à me bloquer sur Twitter : Frédéric Lefebvre, une de ses fans transies, la fabuleuse @cmorard… et toi).

Exercice :

  1. Assure-toi de ne pas avoir de trucs importants de prévus dans un futur pas trop proche.
  2. Lis cet extrait de TL, et quand tu te réveilleras dans 23 ans et demi, essaie de te souvenir au bout de combien de tweets tu t’es endormi.
ZzzzzZZZZzzzZZZ ZZZzzzzZZZZ

Nainfluence : se dit de celui qui a beaucoup de followers mais un pouvoir très faible sur eux. Exemple : à peu près tous les gens qui ont beaucoup de followers. La nainfluence est un phénomène plutôt rassurant, dans la mesure où elle tend à apporter la démonstration que les followers, bien que littéralement des « suiveurs », ne sont pas pour autant des moutons. Par exemple, @humourdedroite et ses mérités 17000 followers m’a fait l’honneur d’appeler à voter pour moi dans un concours de moustaches sur FB. Le timing était-il particulièrement mauvais, ou l’amour qu’on leur porte ne suffit-il pas à suivre n’importe quelle de leurs injonctions, pour que je gagne… 2 votes dans les heures qui ont suivi, sans aucune certitude quant à leur provenance ? Même chose avec @megaconnard, le taulier de ces lieux, 3kfollowers et zéro vote en plus.

Prostweetution : fait de sucer un annonceur en échange de produits ou prestations gratuites, la prostweetution est un phénomène pouvant toucher n’importe quel twitto à plusieurs k-followers. Elle est la preuve que des marques sont assez stupides pour croire à l’influence, et des twittos ascéplindétiques (forme d’ascèse de l’éthique) pour accepter de vendre leur nainfluence (ou assez cons pour y croire).

Exemple : @kriisiis, un blog « outils, conseils et social media » tout à fait respectable et sans doute bien et beaucoup fréquenté, un peu moins de 9000 followers au compteur, qui s’est fait offrir son déménagement par Demeco en échange de tweets racontant comme c’est trop des pros, Demeco, vidéo youpi c’est chouette à l’appui.

Tweemidité : caractère cromignon des gens qui, tapis dans l’ombre d’un twitto qu’ils admirent en secret, n’osent pas le @ pendant des mois, jusqu’au jour où, sur la pointe des pieds, ils se lancent enfin en s’excusant de demander pardon. Ca m’est moi-même arrivé un certain nombre de fois – nul besoin en effet d’afficher plusieurs k-followers au compteur pour intweemider les autres.

Tweeting out : en lien avec la Tweemidité, fait de révéler au monde son amour transi pour un twitto supposé influent ou considéré comme une reusta le jour où il vous fait l’immense honneur intergalactique de vous follow back. Exemples vécus : « Je peux mourir, @vinceakadiego me follow » ou « C’est le plus beau jour de ma vie, @McFlee13 me follow ». Je me prends en exemple parce que bien sûr j’ai la grosse twête, mais surtout parce que bon, c’est pas comme si ce bon Seb ou moi, malgré toutes nos évidentes qualités, étions les David Bowie de l’Internet mondial, quoi.

Tweets de gondole : gros twittos qui doivent en grande partie leur grossitude au fait d’avoir été, un temps, recommandés systématiquement par Twitter à tout nouvel utilisateur. L’agneau fraichement inscrit ayant bien besoin de suivre des référents s’il veut y comprendre quelque chose, il tend à se jeter sur ces conseils. Sans manquer de respect @nk_m, j’ai du mal à croire que ses 55 000 followers (15 000 de plus que @benoithamon, 2e politique français du réseau, qui n’en compte que 3 à plus de 10 000 followers – le 3e étant @laurentwauquiez) soient là en masse pour sa TL, l’une des plus chiantes qu’il m’ait été donné de lire (je l’ai suivie environ 4 heures, je n’ai jamais aussi bien dormi). Dans le même registre, les 44 000 followers de la néanmoins sympathique @marion_mdm tiennent en partie à ce phénomène de must-follow du twitto balbutiant tel Bambi qui vient de naître.

Beaucoup, au même niveau de pertinence, d’intérêt, et dans des registres similaires, sont loin derrière sans explication évidente (le tout aussi sympathique @gonzague, pourtant une blogstar et un twitto pas bégueule pour deux sous (oui j’ai 95 ans, et alors ?), n’en a par exemple « que » 12 000). Il existe toutefois des contre-exemples, certaines personnes ayant bénéficié de cette exposition dépassent à peine aujourd’hui les 10 000 followers.

Strip-twease : phénomène consubstantiel de Twitter et de sa course effrénée aux followers, version moderne du bon vieux concours de quéquettes, c’est le fait de promettre de publier des photos de telle ou telle partie de son anatomie pour fêter l’atteinte d’un nouveau palier. 100 followers mes pieds, 1000 followers mon cul, 5000 followers mes nichons ou ma bite.

J’en resterai là pour aujourd’hui, parce que je te connais, hein, Internet mondial : tu vas rien assimiler si je te donne trop de vocabulaire d’un coup.

Avant de te quitter, je voudrais quand même faire une expérience SCIENTIFIQUE de mesure de MON ENORME INFLUENCE A MOI QUE J’AI. Comme de toute évidence, tu m’aimes, tu vas me le prouver en me likant sur Facebook d’une part, et SURTOUT, SURTOUT, en votant pour ma moustache afin de me faire gagner un iPad grâce auquel je pourrai te faire des blogposts tous plus merveilleux les uns que les autres, partout, tout le temps.

Alors tu vas là, et tu votes pour la photo ci-dessous, qui si tout va bien est numéro 1.

The Stache

Bien sûr, tu auras un feedback un de ces quatre : la mesure de mon énorme influence à moi que j’ai. Alors vote. Si tu ne le fais pas pour moi, fais le pour la science (et pour #labiteadiego).

43 commentaires

  1. Bon, je dois le reconnaître, c’est un putain de bon papier.
    Par contre, j’ai pas pu lire après @florencedesruol parce que je suis mort de rire avec l’encéphalogramme plat et tout et tout.

  2. Clap ! Clap ! Clap !
    L’influence ne se mesure pas au nombre de lecteurs (twitter et blogs). Le jour où les gens comprendront ça, l’internet mondial aura avancé d’un grand pas…
    Ou pas :p

  3. A QUAND DES ARTICLES DE FLORENCE DESRUOL SUR MEGACONNARD.COM ? J’EN AI ENVIE. OH OUI. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. VITE. MERCI !
    (commentaire légèrement modifié )

  4. Ouf, je me savais cité dans cet article, j’avais peur je passer une mauvaise journée.
    Seulement, tu y es allé avec le dos de la cuillère, je t’en remercie 😉
    Au passage, Demeco ne m’a pas demandé de tweets sponsos ou de blog sponso en retour, ils souhaitaient simplement pouvoir utiliser la vidéo « à des fins RP ».
    La prostweetution, c’est quand lorsqu’il y a quelque chose en retour, non ? 🙂

  5. @Kriisiis : comme je n’aime pas dire du mal des gens dans leur dos, je t’ai @ en publiant, ça me semble la moindre des choses. Comme je le dis aussi, je ne te connais pas et te respecte a priori. Mais je te confirme que le principe me gêne. Qu’ils te l’aient demandé ou pas, tu mets bien ta supposée influence au service de leur image en échange d’une prestation gratuite. A l’arrivée, c’est selon moi exactement la même chose qu’un billet sponsorisé, un truc avant tout de nature à te faire perdre en crédibilité. Je trouve ça dommage, parce que je considère que la crédibilité vaut infiniment plus qu’une poignée d’euros.

  6. Personnellement j’ai appris plein de trucs (merci donc d’ouvrir une fenêtre sur ce royaume fascinant aux (sans doute) rares personnes vivant loin de cette modernité (tude ?), je note que cette expression d’internet mondial t’a fait une forte impression ! Sinon dans le mode je raconte ma vie, je lis des blogs (mais pas beaucoup) et quand il n’y a pas de nouvel article, je lis parfois des tweets deçi delà mais c’est souvent incompréhensible en raison de l’interconnexion (du coup @Landeyves est merveilleux, vive l’artisanat); hier j’ai lu un tweet avec une référence musicale, je ne connais pas la personne, je prends un morceau des interprètes pour le mettre en ligne sur mon journal; dois je alors remercier le tweeter en noir et blanc ou la pensée peut-elle suffire, quel est donc l’usage dans ce cas précis ? (cela me turlupine).
    Sinon pour ta moustache, je te souhaite bien de gagner mais je ne suis pas sur facebook et en plus j’ai déjà croisé la plus soyeuse des staches (willy deville’s souvenir), euh voilà.

  7. Rédiger un billet sur l’Influence sans me citer #CaCestVraimentConnard

    Trêve de commentaire: BRAVO!
    (Et je vote une nouvelle fois pour ta moustache au #PeigneOrange si tu mets la main- façon de parler- sur le Wanted #SlipJaune)

  8. Je suis assez d’accord avec toi pour l’article. Même si quelques exemples en plus auraient put étayer le panel, soit.
    C’est une des premières fois que je lis ton blog, pourtant connu de réputation ( toi aussi ! ), je ne suis pas déçu et tu es vraiment à la hauteur de ta réputation ( Hop, la répétition que tu ne vois pas ). Sec, franc et réglo, c’est un RSS de plus, et qui sera suivit avec attention.

  9. Franchement cet article est caricatural et très réducteur quant à la notion de l’influence.
    L’influence est au contraire un concept très intéressant à explorer: il touche aux techniques de conquêtes du pouvoir, des croyances collectives, de la dissonance cognitive.

    Rien à voir avec Twitter !

    C’est dommage, parce que cet article commençait bien et puis il se termine en règlement de comptes entre Twittos.

    Moi, j’ai très peu de followers sur Twitter et je m’en fous.
    J’écris un blog dans le but d’élaborer et d’approfondir ma réflexion sur mon sujet.
    Je trouve cela intéressant d’avoir des échanges d’idées qui enrichissent ma réflexion.

    Voilà, bonne journée à tous.

  10. L’humour crescendo de cet article atteint son paroxysme lors de la description de florencedesruols ! Merci pour cet agréable moment, et je vais de ce pas cliquer pour l’homme à la stache-mou #1 de ma TL ! (pinaise t’es complétement influent en faite !)

  11. @Benedicte : loin de moi l’idée de réduire l’influence à Twitter ou de nier tout phénomène d’influence en tout lieu et toute circonstance. Je ris simplement du fantasme d’influence de certaines personnes (qu’elles pensent en avoir ou qu’on leur en prête à leur corps défendant) qui n’influencent personne d’autre que leur grand-mère ou leur cousine Odile. Je pense que les contenus persos d’internet sont lus par des gens suffisamment intelligents pour ne pas suivre aveuglément n’importe quels conseils ou consignes de ceux qu’ils lisent.

  12. D’abord, merci de me citer auprès des spirituels @LandeYves et @PierreDeruelle ainsi que de @MoiJe

    Je pense que les « twittos influents » ne sont pas auto-érigés mais mis sur un piédestal par certains qui souffrent du complexe d’Iznogoud. Personnellement, je suis ravi d’avoir autant de followers mais c’est seulement parce que j’aime qu’on m’aime. Maintenant, si j’en perd pour X raisons, ça ne me poussera pas au suicide. Parce que le but premier de Twitter, et on peut dire ce qu’on veut, c’est bien de suivre les gens qu’on apprécie et non pas le contraire! Ah! Une dernière chose. Votez pour la moustache de Diego, il mérite son iPad.

  13. Bon au final, l’influence c’est vraiment de la merde : je n’ai gagné que des followers, que je ne pourrai visiblement pas influencer, puisqu’ils n’obéissent pas à mes consignes de vote. J’ai plus qu’à prendre ma retraite.
    SAYNULLL.

  14. Sympa la preuve par l’exemple, mais tu ne cibles que les cons de droite, tu prépares un second volet sur les cons de gauche?

    Sinon y-a-t-il une parenté entre l’adoptions de néologismes en tw et les pratiKes des Klowns du Klan qui, dans leurs traKs hautement Kulturels remplacent les c et les q par des K majuscules pour se Kréer un jargon identitaire?

  15. Je ne connais pas les opinions politiques d’une bonne partie des gens que je cite ici, et je m’en tamponne joyeusement la cotillard, d’ailleurs, vu que ce n’est absolument pas le propos. En se concentrant sur les politiques professionnels, je ne connais pas de comptes de gauchistes qui tweetent aussi stupidement que les 2 cités ici, mais suis tout prêt à en découvrir si tu veux bien m’éclairer.
    Quant à ta deuxième question, la réponse est non.

  16. Je me doutais bien que çà n’avait rien avoir avec le klan, c’était plus pour souligner une analogie amusante (enfin, façon de parler. Je me demande d’ailleurs si les klansmen utilisent ces potacheries ailleurs que dans les romans d’Ellroy).

    Certes ton billet se veut apolitique mais lorsque tu fais un lien vers ton post ‘Benjamin l’encart’ qui ne l’est pas et puisque tu te positionnes toi-même à gauche, on est tenté de penser que ce que tu écris, surtout quand tu parles de twittos de droite, n’est pas politiquement neutre.

    En France, sur Twitter comme IRL, quelqu’un qui s’étiquette à droite devra souvent prouver qu’il n’est pas un crétin congénital avant d’avoir voix au chapitre.
    Certes dans les exemples que tu cites on a vraiment affaire à des crétins congénitaux et il n’y a pas d’exemple aussi grotesque à gauche (et encore, on échappe au pire puisque le courant dominant sur Twitter semble être les sympathisants FN selon le dernière baromètre Ifop, or ceux-ci non plus on ne les entend pas pour le moment).

    Peut-être que çà va bouger avec les présidentielles de 2012 (un peu comme sur Second Life en 2007).

  17. Tu noteras que je ne dis pas que @nk_m est une crétine congénitale, mais juste qu’elle est chiante comme la pluie, je suis donc capable d’une certaine nuance…
    Ma conviction profonde est que plus que de la crétinerie, qui certes frappe certains, le problème actuel de la droite est que ses éléments les moins fins, pour être poli, ont confondu « décomplexion » et impunité. Ils croient pouvoir tout dire, tenter n’importe quel coup du moment qu’ils pensent que ça peut plaire (en haut et/ou en bas) et même s’ils n’en pensent pas un traître mot. Je ne les prends donc pas tant pour des cons que pour des grossiers personnages sans foi ni loi.
    La gauche n’est pas exempte de certains travers, mais je crois qu’elle a de manière générale une certaine mesure qui fait défaut à mes bons amis de l’UMP depuis qu’on leur a lâché la bride.

  18. Ah le name dropping… Vincent Delerm est en toi… Fais attention, tu vas finir par devenir un chanteur à minettes juste pour gagner un iPad… Et ça, c’est très très mal (dixit Laura Ingalls)

  19. Florence, elle est marrante.

    J’viens de la follow ya quelques jours, et son pro UMPisme est à mourir de rire. Son incontweenance aussi, en effet !

    Le plus drôle, c’est que dans son fanatisme anti-PS, elle a pas tout le temps des RT… donc pour faire comme si yavait des RT… elle poste un tweet. Dix min après, elle le delete, elle le reposte… et ainsi de suite toutes les dix minutes.

    Je crois l’avoir vue faire ça cinq fois d’affilée, déjà. Hilarant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*