On fait pousser des chèvres on fabrique des bijoux

Il croyait pas si bien dire l’ami Renaud (tu sais le chanteur) quand il lui restait un peu de voix et de dignité et qu’il transformait « Le déserteur » de Boris Vian. Ça continuait par « On peut pas dire qu’on se crève le travail c’est pas pour nous ».

J’ai souvent employé cette phrase, celle des chèvres. L’autre je l’employais pas mais je l’appliquais, nuance. Ainsi à la question « qu’est-ce que tu fais pour les vacances ? » de mon ami David je répondais « Je fais pousser des chèvres et je fabrique des bijoux ». J’aimais son côté loufoque.

illustration de T0ad pour voir son site tu cliques sur l’image

Et puis on a cloné une chèvre et on a fait Dolly, pour pas qu’elle reste seule. J’avais pas encore tilté. On l’avait fait une fois comme ça, pour la science, pour prouver qu’on savait le faire en éprouvette mais j’avais confiance. Un comité d’éthique fumeux eut la bonne idée de décider que jamais au grand jamais on ne clonerait les humains. J’étais rassuré. Personne n’ayant mentionné qu’on pourrait vraiment continuer à cloner des animaux…

Aussi lorsque j’ai entendu ce matin que les chinois envisageaient de cloner leurs chèvres de Mongolie pour augmenter leur production de cachemire, je suis resté sans voix, incapable de fredonner le célèbre « Ah qu’elles sont jolies les chèvres de Mongolie ». On peut donc désormais faire pousser des chèvres pour de vrai, et sans pousser la chansonnette. A des fins mercantiles qui plus est. Pour que les petits bourgeois qui se pèlent le jonc une fois l’an quand l’hiver se déchaîne puissent s’acheter plus de pulls. Ça sent pas bon.

Car rien n’empêchera donc les producteurs de crocodiles de cloner leurs pompes, les exploiteurs d’esclaves de cloner leur main d’œuvre (ah ben c’est pas des êtres humains donc on peut), les hommes politiques de cloner leurs conneries (quand y’en avait qu’une, ça allait…), ce pourquoi il devront s’auto-cloner (la reproduction ne compte pas, précision pour Jean). Alors  les clowns du monde entier auront leurs clones, leurs conneries, leurs diamants, leurs pompes et leurs cachemires pour pas cher.

Vous l’aurez compris, ça me pose un problème éthique. On finira par cloner les européens pour dépasser les chinois, puis on clonera les bleus pour être plus nombreux que les verts (mettez ce que vous voulez comme religion vous-même à la place de bleus et verts, je suis con mais pas à ce point…), d’ailleurs, on finira par cloner les cons – après les politiques- et donc l’espèce humaine disparaîtra. Elle ne sera devenue qu’un outil de production périmé, même plus capable de continuer à produire de l’intelligence. Amorphe, bête, molle, vieille et contemplatrice, elle se désintégrera toute seule, à dévorer la merde d’avoir fait trop pousser les chèvres.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*