(Pétasse de) parisienne : mode d’emploi – Episode 4 – Les soirées parisiennes

Si t’as un minimum suivi t’as pas besoin de (re)(re)(re)lire ça mais si tu débarques bah lis l’intro c’est mieux pour toi Laura

Tu viens de ta campagne, t’es montée à Paris pour bosser et tu crois que tu vas te fondre dans le décor.

Tu te fourres le doigt profond dans l’œil Heidi on t’a reconnue nous, parisiennes de souche.

Parisienne : une race d’exception menacée par le venue dans la capitale de pièces rapportées du fin fond de la province qui pensent pouvoir acquérir la nationalité française comme ça, car oui « parisienne » c’est une nationalité vu que Paris c’est la France.

Et comme le dit Sarko faut un minimum connaître les bases du pays dont tu veux devenir citoyen. Sa langue, ses valeurs, ses coutumes.

Alors si tu veux espérer obtenir un jour le privilège de devenir parisienne quelques règles de base.

On pourra pas dire après que la parisienne est pas sympa, en tout cas elle aime filer ses tuyaux, ça la met en valeur.

Episode 4 : en soirée

Illustration de @cylk34

Tu es invitée à ta première soirée parisienne. Bravo. C’est déjà un bel effort d’intégration. Je sais pas bien ce que tu as pu faire pour ça, tu as dû payer des gens, mais bravo quand même.

Première règle : une parisienne ne va jamais à une soirée où elle ne connaît personne. Elle risquerait d’y rencontrer des gens qu’elle connaît pas et n’y voit franchement aucun intérêt. Tous les gens qui gagnent à être connus elle les connaît déjà, ce sont ses amis. Rencontrer de nouvelles personnes n’est que perte de temps. A la rigueur tu peux aller à une soirée où tu connais la majorité des invités mais en deçà de 50% cela devient critique. Tu n’es pas à l’abri d’une défection d’une partie de tes troupes, invitée par exemple à une autre soirée dont tu n’aurais pas été informée. Cette hypothèse est plus qu’improbable, bah quoi c’est vrai tu es au courant de toutes les soirées qui en valent la peine, mais imaginons le pire car il n’y a pas pire situation qu’être seule, un verre à la main, au milieu d’une soirée où tu ne connais que trois personnes dont la conversation risque de te lasser au bout de dix minutes. Les gens ça va tu les supportes mais à petites doses.

Comme tout le monde tu rapportes une bouteille de vin, de celles qu’on ouvrira pas puisque tout le monde boit de la bière, du punch maison ou du champagne si c’est un anniversaire, le nouvel an ou autre soirée spéciale. Pourquoi ramener du vin alors qu’on boit que de la bière ? Tu poses trop de questions Kelly. Parce que rapporter du vin c’est toujours plus classe qu’un pack de Kronenbourg. Cherche pas. L’hôte se sera chargé des dites bières et les bouteilles stockées jusqu’au prochain dîner. Oui car le vin est une boisson de « dîner », pas de « soirée ».

S’il y a du champagne tu bois évidemment du champagne parce que c’est plus smart (oui comme ta voiture c’est bien t’as suivi), que c’est bon et parce que, comme tu l’as lu dans le « Elle » de la semaine dernière c’est l’alcool le moins calorique. C’est bien foutu la vie.

S’il n’y a que de la bière tu demandes si par hasard y a pas une Smirnoff Ice qui traîne. Sinon c’est cool tu bois une bière, une seule, avant de passer au Coca light, ou mieux Coca zéro. Comment ça c’est quoi la différence ? Tu me fatigues, contente toi d’écouter.

C’est à la nourriture proposée que tu jugeras de la qualité de tes hôtes. S’ils ont sorti les Curly, cacahuètes et autres chips en tous genres tu peux être sûre que ces gens sont soit provinciaux, soit ont moins de 25 ans soit veulent pas se prendre la tête avec la bouffe. Pour eux l’essentiel est de réunir les gens et de passer une bonne soirée. Que ce soit l’une des trois options, voire les trois réunies tu fuis. Parce que t’as autre chose à foutre que faire du baby-sitting de provinciaux conviviaux.

Dans une soirée parisienne digne de ce nom il y a des carottes crues, du choux-fleur cru voire du concombre cru. Avec du tzatziki. Cherche pas la mayo, la parisienne ne mange pas de bombe calorique. Il y a aussi des blinis avec du tarama. Au pire tu trouveras de nachos, ils sont acceptés s’il y a du guacamole avec. Tu vois le parisien sait aussi rester proche du peuple.

En dessert tu évites les fraises tagada et tu préfères le gâteau au chocolat maison de la copine qui est douée en gâteaux. Faudra t’en trouver une que t’invites juste pour ça.

Une soirée parisienne réussie commence dans des canapés avec des discussions sérieuses sur ton boulot, la politique, les updates de potins sur tout le monde, de préférence ceux qui sont pas là. Ensuite si la mayonnaise prend (c’est une expression, y a pas de mayo je te dis, t’en es encore là toi ? Passe à autre chose) les gens vont se mettre à danser. Mais pas sur n’importe quelle musique (de préférence de l’électro chic ou un groupe pop-rock que personne connaît mais fait semblant de trouver très tendance) ni de façon trop expressive. Contente toi d’être au milieu de la pièce, une coupette à la main et de bouger légèrement en rythme en faisant mine d’apprécier la musique. Vas-y entraîne toi y a du boulot. Ca te change de la country, hein ?

http://www.lisepressac.com/
https://twitter.com/LisePressac

7 commentaires

  1. Un cran en dessous des précédents. Limite trop humain.
    Et un gros bémol sur le choix de la bouffe.
    Ok j’suis sous les 25 ans, mais diantre que ça me gave les soirées à carottes et guacamole.
    Je need des chips, cacahuètes, bonbons et trucs caloriques… quitte à aller jusqu’en zone 3 ou 4 pour trouver une soirée où il y a encore ces fondamentaux.

    Ça reste un bon article 😉

  2. *
    *
    *
    Ah ben ça alors je viens de trouver le 4 !!!
    *
    Tu vois j’ai mes lettres de Noblesse d’Idiote Provinciale faut croire que j’n’y vois plus trop bien en plus !…
    Sous l’oeil tout à coup alors que garantis il n’y était pas tout à l’heure …
    A moins que tu ne viennes de le replacer pour me faire plaisir Lise ?…
    Dans ce cas c’est super gentil de ta part et comptes sur moi j’te r’vaudrais ça !…
    *
    *
    Allez !
    Je vais le lire maintenant que je l’ai chopé …
    Pas qu’il disparaisse de nouveau tout d’même.
    *
    *
    *
    RED_BAKKARA
    *
    *
    *

  3. *
    *
    *
    Bon j’ai fait l’tour !
    J’ai tout lu tout vu tout compru … Euh … Compris …
    Et puis je te le dis, ferrée comme je suis continue à écrire parce que je viendrais voir tous les jours te voilà prévenue !…
    *
    *
    *
    A plus loin Lise !
    Et encore un bien grand merci de ces bons moments !…
    *
    *
    (Oui je sais la politesse n’est pas de mise ni la gentillesse non plus mais ce n’est pas bien grave, je n’ai pas l’intention de prendre la nationalité Parisienne donc je peux tranquillement rester comme je suis !…)
    *
    *
    🙂
    *
    *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*