Comment se prendre les pieds dans la Police

texte : coquillette

Illustration: @hedvab

Hier, j’ai reçu par la poste une lettre de la police m’indiquant que j’avais une amende à payer. C’est toujours réjouissant. J’étais en train d’essayer (en vain) de me souvenir quand je m’étais faite arrêter, ou encore avais trouvé un mignon petit bordereau décorant mon pare-brise, quand j’avisais le nom sur la contravention : Mr l’ado. Nouvel effort de concentration : Quand donc mon ado préféré avait-il passé le permis ? À moins qu’il n’ait volé une voiture. Eventualité beaucoup plus probable. Me penchant donc maintenant avec une attention redoublée sur les tenants et aboutissants de cette sombre histoire, je vis que l’amende était attribuée pour : « Traversée de la rue par le piéton « Mr Ado » en contrevenant aux feux de signalisation ». En effet, je vis dans un lointain pays dont une des caractéristiques les plus pittoresques est de sanctionner les piétons qui ont l’outrecuidance de traverser la rue au feu rouge. L’amende se monte quand même à 20 euros. En France, c’est 4 euros. Si, si, ça existe aussi en France, mais il semblerait que tout le monde s’en tape. Bref. Je trouve l’idée intéressante : comme on ne peut pas retirer des points sur le permis piéton, je me demande si après un certains nombre de traversées illégales, les autorités compétentes finissent par couper les pieds du contrevenant. Il faudra que je vérifie. Quand je découvris que l’amende d’origine était passée au double parce que 6 mois avait passés et qu’on menaçait l’ado de toutes sortes de rétorsions, la fumée commença à me sortir par les oreilles. Je préfère quand il fait des conneries gratuites. L’ado avait prudemment omis de me parler de son abominable crime. Je braillais pour l’extraire de sa chambre et me lançais dans une longue diatribe dont il n’avait manifestement rien à foutre. Je lui proposais également de travailler quelques jours pendant les prochaines vacances afin de payer l’amende, mais le regard qu’il me jeta me fit comprendre que ce serait beaucoup plus facile de le persuader de s’inscrire à un cours de ballet classique. L’amende serait donc pour ma pomme. Je décidais d’appeler le numéro figurant sur la contravention.

Moi : Bonjour, je vous appelle parce que j’ai reçu une amende à payer et qu’elle a de plus doublée parce que je n’ai pas payé à temps. Je n’ai jamais reçu de lettre me demandant de payer l’amende d’origine, comme vous êtes censés le faire.

Fliquette : Numéro d’identité s’il vous plaît. Ouais, traversée piéton, on vous a remis l’amende en main.

Moi : On ne m’a rien remis, c’était mon fils.

Fliquette : Alors c’est lui qui doit nous appeler Madame.

Moi : Mais il est mineur.

Fliquette : Je ne vois pas le rapport avec son métier Madame.

Moi : Mineur, MINEUR. Il n’a pas encore 18 ans.

Fliquette : Ah. Alors c’est vous qui devez payer Madame.

Moi : Mais je n’ai commis aucune infraction. A part l’avoir mis au monde.

Fliquette : Mais madame, c’est à vous de payer, il n’est pas légalement responsable.

Tout ça commençait à prendre un tour délicieusement surréaliste.

Moi : Dites-moi, s’il assassine quelqu’un pendant qu’il est mineur, c’est moi qui doit aller en prison ?

Fliquette : Je ne comprends pas la question Madame ? Vous me dites qu’il y a eu meurtre ? Cela ne figure pas dans le dossier.

Moi : Je refuse de payer le double de l’amende, je ne suis pas responsable du retard. Le responsable c’est quelqu’un que vous considérez être irresponsable légalement. C’est une amende antinomique.

Fliquette : anti-quoi madame ?

Moi : Bon décidez-vous, il est responsable ou pas ?

Fliquette : Madame, vous souhaitez régler l’amende de 40 euros ?

Moi : Vous servez de la crème brûlée en prison ?

Fliquette : Vous appelez pour un incendie ou une amende ? Qu’est-ce qui brûle Madame ?

Je commençais à bien m’amuser, j’avais bien envie de continuer sur ma prometteuse lancée. Et puis de l’insulter un peu parce qu’elle commençait à me chauffer les neurotransmetteurs. Mais je me dis que je risquais vraiment de finir en tôle et de me prendre une amende pour « Moqueries répétées envers un agent de la loi » et  » délit de questions farfelues.  Et puis après, comme je gère plutôt mal l’autorité, surtout quand elle porte un uniforme, tout ça risquait de tourner au pugilat. Je m’imaginais déjà les menottes au poignet, braillant dans la salle d’audience, déclamant tragiquement du Socrate juste avant la ciguë, avec un peu de Soljenitsyne aux grands moments des olympiades du Goulag, le tout drapée dans une toge orange ( avec des petites franges dorées très Fashion-victime de l’erreur judiciaire). Mais bon, j’avais justement une série débile à laquelle je suis accro qui commençait, alors j’ai beaucoup pris sur moi, donné mon numéro de carte de crétine à Fliquette ( elle a pas voulu en 150 traites, la pouf!), dit poliment merci et ai raccroché. Je crois que je vais finalement assigner au tribunal l’hôpital où  j’ai accouché de l’ado. Je ne suis pas du tout satisfaite du résultat et je voudrais bien savoir où je dois le rendre pour défaut de fabrique. Et puis si ils pouvaient me rembourser les 40 euros, ça serait sympa,  je le connais pas plus que ça ce gosse mal-élevé moi !

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>