R.I.P MOUNDIR




Quel fantasme pour un biographe nourri à l’absurdité humaine de rendre hommage au symbole érotique et manichéen des années 2000. Un homme qui avec son seul regard vous perturbait de son savoir, sa prestance, sa verbe.

Moundir vous l’aurez compris nous a quitté en ce début d’année 2011, à l’âge de 16 ans. Enfin c’est ce que j’ai déduit en étudiant sa vie, personne ne connaissant son âge exact ni son lieu de naissance. Les vilains et autres méchants diront qu’il a été fini à la pisse ou bercé trop près du mur. « Quelle opulence dans l’insolence ».

Je vais essayer de vous convaincre que cet homme était un génie, parfois incompris en étayant ma thèse de ses plus célèbres citations :

Moundir était tout d’abord un amoureux de l’Art, spécialiste averti et résident de musée converti.

« Nan mais t’as des super beaux yeux…mais attends c’est quelle couleur ?? C’est genre marron Picasso ché pas quoi ! »

Un homme modeste, qui savait frapper là où ça fait mal pour imposer sa présence :

« Moundir sans Koh-Lanta, c’est Starsky sans Hutch ! »

Un garçon sensible sous cette épaisse carcasse musclée :

« Marie là, elle a envoyé tout ce qu’elle avait : la super belle robe, les jambes taillées mannequin, le regard amande… enfin le truc qui ferait chavirer un chameau quoi ! »

Un professeur d’Histoire-Géographie incompris :

« J’étais en Bretagne… la ville de la facilité… »

Un homme qui avait cette capacité de cerner ses ennemis :

« La promesse chez Patrick, c’est un peu comme une surprise dans un Kinder : tu sais pas à quoi t’attendre et finalement tu te choppes un jouet de gamine. »

Il était doué pour les langues, très doué : Surdoué ?

« Comme on dit en anglais, alhamdoulilah… »

Un homme qui se connaît par coeur :

« Ça aurait été « Moundir 2003″ y’aurait eu des baffes qui seraient parties là ! »

Un homme qui…euh là je sais pas trop, je vous laisse avec cette phrase :

« C’est ça le problème des montagnards ! »

Dom Juan n’aurait pas trouvé meilleur successeur :

« C’est pas elle (Emilie) qui va donner le tiercé dans l’ordre parce que si elle veut jouer à l’équitation c’est moi qui vais la monter ! »

Un diplomate :

« Qu’est-ce qu’il y a ? On s’embrouille toi et moi ou quoi ? »

Ce type de garçon qui pige tout de suite le truc, THE truc … :

« J’ai bien compris l’objectif du jeu : il n’en restera qu’un et je ferais tout pour faire parti de ce dernier. »

Un confident :

« Vas y tu peux tout me dire je suis étanche »

Un homme tendre, et émotif mais qui reste lucide :

« Avec Sinda on est carrément à l’opposé, elle était plutôt sucre à ce moment là, moi j’étais plutôt poivre… »

Mais c’est aussi un homme qui dort du côté droit :

« Je dors du côté droit (du lit). Mais j’aime bien bouger moi : c’est un peu les Jeux Olympiques du sommeil tu vois ? »

Vous l’aurez compris, on le regrettera, lui et son aisance à nous émouvoir, nous éclairer de son génie, de son odeur corporelle, de… je vais arrêter là.

Si d’autres citations vous avaient marqué, le mur de commentaire est son livre d’hommage. Modestement.


Petit article dédié à mon ami Thomas.

20 commentaires

  1. Pour le professeur d’histoire,tu as oublié :

    « quand sinda arrive, y’a une forme de 14 juillet qui monte en moi, comme une forme de prise de la bastille, j’ai l’impression de vivreuuhh …. ce débarquement ! »

  2. Un homme qui sait aussi être sensible et qui témoigne de ses faiblesses pour nous rappeler que lui aussi n’est qu’un humain : « J’ai peur du vide et encore plus en avion »

  3. Ahahah y’avait aussi >> « Je suis assez ému, même si je ne le montre pas vis-à-vis de mes yeux » XD ou encore « Je transpire du genou, j’ai jamais transpiré du genou »

    Sacré Moundir XD

  4. – T’sais quoi j’pense que j’vais lui envoyer la bâche dans le gueule

    – Ayé, je lui ai envoyé la bache dans la gueule.

    – Tiens ta femme, tiens ta femme ! »

    – Je vais être un militaire pour lui – coup de sabre – sans pitié, y’a que les lâches qui baissent les bras et qui fuient devant l’adversité

    – Il faut pressuriser l’ananas.

    – Soit t’es stratégique, soit tu l’es pas, c’est pas tu manges et le beurre et le pain

    – Je vais faire des claquettes pour qu’il s’intéresse à moi?

    – Denis, attendez avant d’éteindre mon flambeau !! je veux me mettre face à eux. avec honneur.

    – Il faut crever l’abcès du sujet.

    – Si tu n’as pas d’affinités avec moi, dis le moi à l’avance.

    – TE MÊLE PAS

    – Bien sur qu’elle va pleurer… espèce de sorcière va… sorcière va ! Queue fourchue!

    – Je pensais venir avec un esprit de FARC et finalement et je repars avec un cœur de Roméo…

    – Ya plus de jaunes ou de rouges, maintenant je suis en mode MILITAIRE.

    – J’ai horreur de perdre, ça me fout des otites

  5. Je connaissais pas, mais je sens bien, saisie soudain d’une angoisse existentielle, que j’ai rate la l’occasion d’etre subjugee par un genie intellectuel dont l’humour est a peine eclipse par la profondeur des propos et qui aurait meme pu, avec le temps, devenir un gourou. Il a ecrit un livre posthume?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*