HEY YOU

Le monde change…

Impossible de dormir hier soir, la Libye , Le Japon.

Juppé et Sarkozy qui font ce qu’on n’osait même espérer.

toujours THE TOAD cliques

et puis tous ces tweets, ces conversations, ces débats, le chauffeur de taxi qui me demande à quoi sert l’ONU et si la France sera bientôt en guerre.

Ceux qui pensent qu’on est condamné au nucléaire à perpétuité , ceux qui pensent qu’on peut tout faire avec des éoliennes à condition d’arrêter l’ouvre-boite électrique.

Tous les uns comme les autres on est tellement en sécurité finalement. On trouve même le temps de s’émouvoir pour la disparition de Mr. Malabar

Et pourtant tous ceux qui mourront ces prochains jours et ceux qui sont morts ces derniers jours ne l’ont pas mérité.  Et peut-être qu’un jour ce sera notre tour d’être directement au cœur du volcan

Les japonais, l’armée de Khadafi, ses opposants , les soldats de l’OTAN , les sacrifiés de Fukushima.

Je dis probablement des banalités mais je n’ai jamais senti autant de fraternité. Ce qui se passe autour de nous, nous dépasse complétement, reste le sentiment d’être un humain frère de tous les humains.

Bref j’ai envie de croire que pendant ce week-end le sort va s’inverser et que le monde se mettra à tourner dans le bon sens.

 » Hey you, don’t tell me there’s no hope at all Together we stand, divided we fall », Pink floyd

autre version http://www.musicme.com/Compilation/The-Squid-And-The-Whale-0617465133053.html?play=11

8 commentaires

  1. Bizarre, j’ai exactement le sentiment inverse: comment dans un moment où l’Homme semble si fragile, à la merci des éléments qui se déchainent, la société française peut-elle, à ce point, se compromettre avec de soi disant débats qui n’entrainent qu’exclusion, stigmatisation, méfiance de l’autre et dont les relens filent une sacrée nausée?

  2. En realite, c’est exactement ca. Nous sommes plus divises, car les guerres et luttes de pouvoir sont inherentes a la nature humaine et la technologie toujours plus destructrice mais aussi plus unis, parce que le village global est une realite (internet, facebook,Twiiter) et quelque part, cette chaine humaine virtuelle nous lie et nous donne une force d’intervention et d’influence incroyable. Le paradoxe n’en est donc que plus choquant

  3. La fracture est entre les pouvoirs et les hommes. D’un côté, « les hommes de partout » qui finalement ne demandent qu’à s’unir, vivre en paix, bien gérer les choses de la cité dans une certaine idée de solidarité, de respect de la nature (en tout cas une majorité). De l’autre des pouvoirs qui s’affrontent pour rester au pouvoir ou le reconquérir sans cesse, pour se gaver d’influence et d’argent à en vomir sur les cadavres de leurs frères, sans foi ni loi, juste celle de leur nombril. Manipulant les opinions, les médias au gré de leurs stratégies du moment.
    Le monde n’est plus une multitude d’états séparés et vivant cote à cote, n’échangeant que par intérêts (exemple: Le puant Sarkozy recevant Kadhafi à Paris) , non ! La lecture du monde est transversale et l’humain doit se retrouver, bien avant les indices boursiers et les profits, au centre du débat. Les japonais, les tunisiens, les libyens (…) nous touchent en pleine face aujourd’hui par leurs combats contre une nature révoltée ou leurs cris de détresse pour la liberté, les droits de l’homme qu’ils paient pour beaucoup de leur vie, parce qu’on les sent si proches ! Si proches de nous !!! Là tout prés, à 1.5 heures d’avions, à portée de clic sur n’importe quel réseau social. Là tout près, des hommes comme nous avec les même jeans, les mêmes baskets, les mêmes tee shirts… Mais eux, oui eux… Avec ce courage en plus ! Ce courage du désespoir face à d’horribles politiques qui les écrasent ou face à la nature qui se réveille avec fracas pour rappeler à l’homme qu’il ne faut pas faire n’importe quoi.
    L’homme est un adolescent attardé qui compulse avec ses nouveaux jouets, qui conduit le monde sans permis en s’octroyant le permis d’aujourd’hui sans penser à celui de demain. L’homme est un gamin sans âme prêt à écraser son camarde pour lui chourer ses billes et les dirigeants sont les gros bouffons de la cour de récrée. Des bouffons dépassés par les milliards qu’ils doivent aller chercher pour rester au pouvoir…. Des milliards pour le pouvoir et « ailleurs », toujours « ailleurs » des milliards d’êtres humains qui crèvent, qui crèvent de se soumettre, qui crèvent au travail 15 heures par jour pour un bol de riz, qui crèvent de la pollution que leurs chefs bien pensant leur crachent à la gueule, qui crèvent en prison pour avoir osé dire « non », qui crèvent de notre complicité, qui crèvent de l’indifférence.

    @SuperTwitto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*