Le sac des filles : on a la réponse

Suite à cette remarque pertinente de l’un de mes camarades sous l’effet de l’anis fermenté : « Nan mais t’as ta caravane sur l’épaule Chico ?! Muarf muarf muarf » à destination d’une amie tordant sous le poids de son sac Longchamps marron (oui comme tous les autres), j’ai décidé de faire une investigation directement à la source (vous mes demoiselles) afin de répondre à cette problématique : POURQUOI Y A-T-IL TANT DE BORDEL DANS LES SACS DES MADEMOISELLES ?

Au début, je me suis dit tout simplement qu’elles aimaient la lutte gréco-romaine et de ce fait, elles aspiraient à se tailler des épaules musclées. On m’a répondu : « Nan, c’est pas ça. »

Je l’ai très mal pris.

MAIS POURQUOI ALORS ? ALLEZ DIS-MOI TE PLAIT, TE PLAIT te plait.

Oui c’est vrai ça, 26 kilos sur une épaule aussi délicate qu’une épaule féminine, une épaule sur laquelle on aime poser nos têtes de barbus chevelus lorsqu’un poutou calinou s’impose (Oui parfois il s’impose, nous ne sommes pas toujours des bêtes).

Ma première sondée m’a rétorqué qu’il était indispensable pour elle d’avoir un centre Yves Rocher à disposition sur son épaule. Si elle avait eu assez de place pour loger une maquilleuse pro dans son sac, elle l’aurait fait.

Moi bien sûr j’ai répondu qu’elle n’avait pas besoin de maquillage et que sa beauté naturelle me suffisait à être ébloui (vous savez ce type de fille qui vous fait bronzer quand vous les regardez). OUI je peux dire ce genre de chose, ET pas obligatoirement pour quelque intérêt que ce soit. Quoi que…

ELLE EST BIEN BELLE TON HISTOIRE, MAIS ÇA NOUS DIT PAS CE QU’IL Y A DANS LE SAC

Un peu de patience, je ne vais pas finir mon article au bout de 10 lignes. Ça serait comme faire le polichinelle sur une margelle, pourquoi prendre des risques ? (le mois de mars sera mon mois légèreté et mot oublié de la langue française).

Comme je l’indiquais dans les lignes saugrenues qui précèdent ce paragraphe, nous pouvons souvent trouver un centre de beauté dans le sac de la gent féminine. Mais pas que :

En plus du fard à paupière, du vernis, du rouge à lèvre, du labello, du second rouge à lèvre si le premier se casse, du coton tige pour celles qui sont délicates avec leurs lèvres (et que j’aime les lèvres délicates…), le crayon, les paillettes pour les plus pouf d’entre vous qui ont cru que la piste de danse du Macumba ne se limitait pas au simple club… nous avons aussi un portefeuille, souvent imposant et bourré de photos tirés de la boîte à diapo du Géant Casino d’enfance. Mais aussi un porte monnaie, pour ne pas mélanger les billets avec les pièces. Il ne fait aucun doute qu’il est dur de différencier les pièces des billets.

Pour les plus chipies, un porte clef de la taille de votre porte, avec toutes les peluches so cute qui forment une véritable ménagerie autour de vos billets et de vos pièces, elles n’ont vraiment pas peur ces chipies (j’ai un faible pour les chipies).

J’oubliais le portable, accompagné de son chargeur pour celles qui ne sentent pas la force de tenir le matin avec 97% de batterie. L’iPod, souvent « Nano » ou « Touch » mais rarement « Classic » (il prend trop de place dans ma caravane).

Un passeport pour celles qui aiment voyager et qui n’ont pas refait leur carte d’identité parce que c’est so 1998. Saugrenue comme démarche.

Et puis on arrive enfin dans la partie intéressante, le no mans land du pourquoi du comment : les goodies.

CHIC CHIC CHIC, J’ADORE LES GOODIES

Les paquets de mouchoirs par paire de 12, les fameux, on ne sait jamais si une violente sinusite purulente me prend soudain en traversant la rue pour acheter ma demi-baguette (régime oblige, le pain fait grossir, le savais-tu ?). LIS BIBA.

Et en parlant de Biba, il est souvent maltraité au fond de ce sac de voyage pour la journée. Et encore, Biba, on souhaiterait qu’il soit présent plus souvent. Parce que dans la vraie vie, et pour ne pas vous cacher la vérité, on tombe plus souvent sur Grazzia…voir (je le dis ou je ne le dis pas, allez on est fous, on est en champions’ league, on balance) on tombe sur OOPS’.

Je suis incapable de sortir avec une fille qui cache OOPS’ dans son sac, je donne chaque année au Téléthon, mais plus je ne peux pas, c’est au dessus de mes forces (je sens que je viens de perdre des lectrices…l’épuration commence)

MAIS TOUT ÇA, C’ETAIT AVANT LE DRAME

Parce que oui, qui dit caravane, dit bédouins, et qui dit bédouins dit chameau. Ça explique la bouteille de Contrex version 1,5 L dans le sac ? Partenaire minceur qui m’épuise à monter ces jolis escaliers avec mes frêles mollets…

Pour conserver la bombonne bouteille au frais, on l’enroule de l’écharpe en laine version Bled, qu’elles ne mettent jamais, mais le vent se lève si vite…et je ne porte que deux foulards sous mes 3 sous pulls.

Le comble vient peut être du calepin bloc-note, de la taille du Larousse édition famille. Souvent accompagné du stylo noir, des marqueurs et des surligneurs multicolores so girly.

Vais-je parler des paquets de cigarettes et des 6 briquets qu’elle a volés à la dernière soirée ? Non. Trop facile.

Par contre je pourrais évoquer le vibromasseur, mais je « m’attarderai » dessus lors d’un prochain billet haut en couleur. J’ai dit couleur.

IL MANQUE UN TRUC ? UN GROS TRUC ? Hinhinhin

On regrettera l’absence de préservatif. « On » ou « Je », au choix. La boîte de 6 pour les prévoyantes, de 32 pour celles qui partent en week-end avec une machine, de 50 pour les vierges.

26 commentaires

  1. Excellent !
    Le premier de PFC auquel j’adhère à 100% sans rien avoir à redire!
    (Limite, ça me fait chier.)

    Bon ça, c’est pour les filles féminines.
    J’en connais dont le sac est dix fois moins rempli que ça … mais le physique est aussi dix fois moins bien que la chipie parisienne qui lit Oops.
    A choisir …

    (Oui, le physique ça compte. J’assume.)

  2. oh, et puis un accroche sac (qui en fait se tord sous le poids du sac), des lunettes de soleil…

    attends, je renverse le mien sur la table pour vérifier…

    des cartes de visite de jolis endroits pour pas oublier ou servir de marque page, un livre sympa, un bonbon ou des chewing-gums, deux trois lettres ou courriers administratifs, un, deux ou trois bracelets, et un casque géant pour aller avec mon ipod shuffle tout petit.

    et chez ma voisine aussi : une boucle d’oreille, une collection de cartes de réduc et un tampon !

    t’en avais oublié plein !

  3. Tu en as oublié beaucoup :

    – la boite XXXL de chewing-gum (au cas où tu ais un rdv improvisé ou que tu téléphone dans le métro en heure de pointe )
    – le gel pour te laver les mains version 1 litre (on ne sait jamais !)
    – la trousse à pharmacie comportant : ta ventoline, des spasfons, des nurofens, 4 boîtes de doliprane, des pansements, la crème hydratante …. Léger quoi !

  4. Alors dans mon sac qui pèse régulièrement 3 tonnes:
    – 2 préservatifs (sait-on jamais, la journée peut être intéressante)
    – un ou deux bouquins (en général, un roman et un essai qui font chacun 300pages mais imagine que je finisse le premier sans rien à lire dans le métro, c’est le drame)
    – un blanc à lèvre (pas pour me faire les lèvres blanches mais pour l’hydratation parce que sinon elles gercent surtout quand il fait froid)
    – une revue (genre « que choisir ») pour quand je n’ai pas le courage de lire un bouquin (jamais un féminin, je fais une allergie, la même que toi je crois)
    – carnet de chèque
    – le méga porte feuille
    – la bouteille d’eau de 50cl
    – mon ordinateur
    – ma trousse (avec mes ciseaux, mon crayon à papier, mes 3 stylos plumes de couleur, l’effaceur, etc… la même que quand j’avais 15 ans, pas très girly mais ça dépanne je t’assure)
    – une chemise avec des feuilles blanches vierges
    – des CV dans la même chemise (on sait jamais)
    – plein de papiers urgents à traiter (toujours dans la sus dite chemise, au cas où j’ai 5 minutes entre 2 rendez-vous)
    – les paquets de kleenex (sauf qu’ils me servent tous les jours et quand je les oublie, je finis dans un bar à quémander des petites serviettes ou dans une boulangerie pour acheter un pain au chocolat et en récupérer)
    – les divers médicaments indispensables (ils sont nombreux, oui je suis un peu hypocondriaque)
    Voila, j’ai parfois des sex-toys aussi mais en général, c’est prévu (idem pour le mascara) ah oui et aussi parfois mes affaires de sports

    Évidemment, mon portable, ma carte de métro, ma carte d’identité, mes 200 cartes de fidélité à tous les magasins que tu peux imaginer, et parfois j’ai une réserve de serviettes hygiéniques

  5. Le propre du sac de fille, c’est de la rendre autonome et à force de vouloir l’être il y a plein de choses inutiles, je vous l’accorde. Mais bizarrement vous êtes bien contents, vous hommes, d’en avoir un dans votre entourage pour trouver:
    1- Un mouchoir, car il est loin le temps où vous assumiez de vous moucher dans vos doigts et vous n’en avez jamais sur vous
    2-De l’aspirine, un sac de femme renferme souvent une trousse de secours et le coup de la migraine ne concerne pas que nous…
    3-Un magazine féminin, certes inintéressant (rassurez vous, nous aussi on a remarqué qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil en matière de régime, mais ça passe le temps dans le métro) mais dont vous êtes les premiers à vous saisir quand vous en avez un sous la main. Je n’achète pas oops mais quand j’en vois un dans la salle d’attente de mon dentiste, je saute de dessus…

    Article réjouissant en tout cas, merci pour cette enquête de fond !

  6. Chère Marla,

    1- Se moucher dans ses doigts n’est plus très classe de nos jours, je l’avoue. Cependant, beaucoup d’entre nous s’en tirent très bien avec le combo « nez raclé sur la manche »+ »je nettoie ladite manche en scred ».
    2- Si un mec te fait le « coup de la migraine », ce n’est pas de l’aspirine qu’il faut lui donner, c’est une gifle.
    3- C’est peut-être vrai, mais c’est uniquement pour les pauvres sudokus et autres rébus (ô combien émulateurs dans nos journées palpitantes) laissés vierges que nous daignons toucher à vos magazines.

    En tout cas encore un bel article Pef, et n’oublie pas ton lance-rose quand tu repasses en Burgondy.

  7. Mais je ne vous attaquais pas PEF, je defendais la cause des sacs de 26 kg moi qui n’ai dans le mien ni mouchoirs, ni aspirine, ni magazine honteux.
    Ceci dit, je n’ai toujours pas résolu le mystère de mon propre « baise-en-ville » donc j’ai un peu de mal à imaginer que vous parveniez en un article à lever le voile sur TOUS les sacs de 26kg de la planète…
    Mais vous avez le mérite de vous y être essayé avec esprit, comme (presque) toujours.

  8. alors le mien pèse 23 tonnes et pourtant je ne me maquille jamais, imagine!
    Ni magazine débile ni goodies mais six paires de clés parce que y a les miennes, les futures miennes, celles de ma soeur, de mes parents (on est très famille), mes clés de voiture, mes clés de casier du boulot.
    Je ne sors jamais sans ma bouteille d’eau de 50cl mais jamais de Contrex, le plus souvent c’est de l’eau de la mairie de Paris.
    Mais il y a l’agenda, pas si grand car je m’y fais pas à l’agenda électronique, il y a mon gel pour me nettoyer les mains, mon paquet de mouchoirs mini, un paquet de 12 car tu n’imagines même pas le nombre de gens qui ont en besoin et qui sont en galère…
    Pas de clopes mais parfois un briquet parce que même si je suis non fumeuse j’aime aider mon prochain en galère.
    Il y a mes lunettes au cas où j’ai envie de distinguer la gueule des gens dans la rue.
    Mon gros casque qui me fait une tête de princesse Leia pour écouter la musique et tenir chaud l’hiver…
    Mon mini carnet et un stylo pour écrire mes billets.
    Ma crème hydratante pour les mains parce que j’ai les mains sèches et que c’est pas cool.
    Mon portefeuille bien lourd avec cartes de visite et 25 notes de taxis dedans (merde j’ai mes notes de frais à faire).
    Et puis un livre aussi que je n’ouvre jamais mais que j’ai envie de lire le seul jour où j’ai décidé de l’enlever de mon sac parce que ça pèse trop lourd…

  9. Oh lala, je ne suis pas une vraie fille moi c’est pas possible !!!!! Mon sac ne contient que mon porte feuille et mes clefs (bon ok avec un énorme pompon rose hum…) et , je l’avoue, un préservatif… On ne sait jamais! Depuis une tempête ou on a du faire ceinture parce que rien sous la main là ou on a du passer la nuit, je prévois !

    Bon, je me laisse pousser la barbe ? ou je bourre mon sac de trucs inutiles ?:p

  10. Sinon, il faut se forcer à prendre un petit sac mais là ça veut dire se lever 2h plus tôt le matin pour faire un arbitrage entre ce que l’on garde et ce que l’on laisse à la maison … Que dis-je, 2h ? non plutôt 3 …

  11. Excellent 🙂 J’aurais bien aimé l’écrire celui-là 😉 ceci dit, je rejoins le commentaire de Marla ; je trouve bien pratique que ma femme ait un sac dd 12 kilos pour y mettre mon appareil photo quand on part en WE 🙂

  12. Sexiste ???!!! Pouahahaha… Faut arrêté de tout prendre au sérieux quant on parle des femmes avec un peu d’humour ! Moi jdit Ecellent !!!

  13. Merci msieu Pef, grâce à toi, nombre de femmes en grand besoin de se confesser ont pu le faire en public, et même que personne n’a eu l’indélicatesse de leur dire « mais on s’en branle de ce qu’il y a dans TON sac, il parlait en général! » …
    Ouais bah moi je le dis, jsuis une fille et je supporte pas les filles. j’aime pas les filles, c’est nul. ouais j’sais j’fais dans le déjà-vu là, mais c’est SO TRUE!

    Mais quand même les filles c’est pratique parfois.
    -les filles c’est pratique pour les calins, pour la peau douce, pour leur cerveau plus développé que le votre chers monsieurs (chut, ne dites pas le contraire, ou elles vont encore vous pondre un article à la confession intime)…
    -les filles c’est agréable à regarder, à toucher, à sentir, à machouiller (enfin, jsais pas hein j’ai jamais essayé, seulement avec les barbies quand j’étais môme, et j’avoue j’ai grave kieffé.)
    – Les filles c’est mignon quand ça rigole, quand ça boude, quand ça fait la cuisine ou quand ça réfléchi. (c’est pour ça que les mecs ne réfléchissent jamais, z’ont pas envie d’être pris pour une fille, naméo!)

    -les filles c’est indispensables pour se sentir viril (bah ouais c’est pas votre meilleur pote Roger qui va vous demander de le prendre dans vos bras pour le réchauffer…’fin, après c’est vous qui voyez hun!)
    -les filles, c’est rentable.
    y’a eu combien de chansons sur les filles? regarde Garou avec ses vieux lyrics sur la gente féminine, machin juvet là qui cherchait les emmerdes (« où sont les feeeemmes ») et plétore, moult et plus encore…Eh Pef, combien sur l’article sur les sacs? héhéhé…

    …mai je m’égare… je crois qu’au final, ce qu’il y a de moins pire chez une fille, c’est bien son sac. au moins lui il se laisse fourrer sans protester!
    (sur ce, mes amis je vous tire ma révérence, et pour les insultes et les indignations, voyez avec mon agenda…quelque part au fond de mon sac!)

  14. @Moïra

    Exacte pour tout, sauf une chose :
    « -les filles, c’est rentable. »

    Nan nan, pour le prix investi en bouffe, cadeau divers (chaussures par milliers, petit haut « supayr magnon! », et autre singerie féminine, telle que le sujet de cet article (le sac), au final, c’est pas autant rentable qu’espérer. L’objet tant convoité à souvent les défauts suivants :
    – Crise de jalousie
    – Caprice divers
    – Chantage concernant les soirées « potes »
    – Ajouté ici tout autre défaut pouvant être constaté.

    Au final, je ne suis point certain que les aspects positifs annoncé ci-dessus permette d’inverser les problèmes rencontrés.

    🙂

  15. J’ajouterai à la liste des défauts la manie de toujours vouloir savoir qui était cette femme que l’on vient d’avoir au téléphone. Où va le monde quand on ne peut plus parler à sa maîtresse en paix.

  16. Merci pour cet article, pas mal du tout ! J’aurais bien aimé qu’il soit plus long ! Il manque quelques trucs, certes.

    Mais les théories lues ici et là ne m’ont pas tout a fait convaincu. Ca ne répond pas à une question existentielle : Pourquoi ???!!! Pourquoi ce gros sac.

    Ok le contenu peut être utile, mais on peut tout a fait survivre sans.
    Pour rendre la femme autonome? Pour ne pas perdre 3h le matin ? pour satisfaire son prochain (ben oui, je pense comme vous, à certains objets souvent utiles lors d’intenses pulsions et dont il est fort difficile de se passer en cas d’urgence: aux mouchoirs) ?

    « personellement moi-même », je pars le matin avec clef-clopes-briquet dans la poche de gauche, portable-carte d’identité-cb à droite; liquide dans la poche à briquet, parfois dans une mini pochette en cuir… Ca me prend 12 secondes de préparation, je suis autonome toute la journée, adepte également du combo nez raclé/manche essuyée (en fait, plutot du ‘uno’ raclage, en toute occasion… La technique du ‘reniflage’ fonctionne bien aussi).

    Bon ok je n’aide pas vraiment mon prochain. je pourrais pinailler en disant que je serais ravi de prêter ma manche ou d’enseigner la technique du raclage, d’utiliser ma monnaie pour offrir un pain au chocolat lors d’une urgence serviette.
    Que ma poche arrière peut contenir une petite bouteille d’eau tout a fait convenablement sans altérer ma démarche ni la confortabilité du pantalon.
    Mais bon je l’admet, il est indéniable que le contenu du sac de ma copine m’est parfois utile; le contenant tout autant.
    (parce que oui, j’ai bien une copine malgré les unos, combos et autres gros défauts, mais elle me le rend bien -voir com 22).

    Mais à l’origine, d’où est-ce que ca vient? Y a-t-il Explication ?
    La première solution, le processus d’autonomisation, mérite peut-être d’être approfondie.
    Une enquète sociologique s’impose.
    A plus tard… bises à tous

Répondre à K Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*