Zemmour : Un homme peu cathodique

Eric Zemmour, l’entarté le plus célèbre du PAF, vient de se faire condamner pour « propos et injures à caractère racial » le dix huit février dernier. Une victoire ô combien savoureuse pour les associations bien pensantes et autres hippies gauchistes n’ayant de culture que celle de leur cannabis personnel. Le tribunal correctionnel de Paris a en effet jugé diffamatoires les affirmations du journaliste du Figaro, selon lesquelles la plupart des noirs et des arabes seraient des trafiquants en puissance… Propos qui, rappelons le, ont été montés de toutes pièces par Thierry Ardisson, l’animateur de « Salut les Terriens ».

Il ne va pas sans dire que ce procédé est tout aussi lamentable que son pseudo merchandising  autour de « l’homme en noir ». Je n’ai d’ailleurs jamais compris ce slogan. Ardisson ne porte pas de pagne.

Le pauvre Zemmour a donc subi les foudres du père Thierry, qui à grand renfort de solos de jazzmens auvergnats (private joke pour Brice Hortefeux) et de sous-titres racoleurs a su envoyer mister Eric dans le plus grand tourbillon médiatique ayant vu le jour depuis la révélation des fellations aquatiques de Loana. Un choix visant délibérément à couper les ailes au nouveau « sniper » des plateaux télés. Ridicule. Avec sa carrure de moineau, Eric Zemmour ne pourrait guère plus soulever qu’un malheureux revolver. Quoi qu’il en soit, force est de constater qu’Ardisson a bien réussi son coup. Un plan machiavélique qui aurait aisément pu propulser ce dernier au rang de génie de la fourberie audiovisuelle si les mètres cubes de marijuana avalés durant son expérience de publicitaire ne le forçaient pas à s’exprimer comme un cancéreux de la mâchoire en rééducation : « Sââluut les terriîeeens, on est pâârtiii pour l’édîîtôôôoo de Blââko » !

Toujours est-il que cette phrase sortie de son contexte a fait le bonheur des associations anti-racisme et autres bobos mangeant cinq fruits et légumes par jour, qui voyaient là l’occasion idéale d’attirer l’attention sur leurs locaux miteux de la maison des associations de Dijon. Du MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) à UEJF (Union des étudiants juifs de France) en passant par SOS Racisme, la bataille était en effet perdue d’avance pour le chroniqueur de Laurent Ruquier, qui s’est fort logiquement fait envoyer valser dans les cordes du ring judiciaire. Une décision honteuse qui n’a pourtant pas fait taire les cadres du PS, qui, loin de se contenter de ce procès inéquitable, ont unanimement demandé « à France Télévisions comme à RTL de tirer toutes les conclusions de cette décision de justice qui ne peut rester sans suite ».

Des propos d’une bêtise affligeante qui ne contribueront sûrement pas à redonner de l’éclat à la rose du parti. Eric Zemmour est en effet employé comme intervenant ponctuel par la société « Tout sur l’écran » et non pas par France Télévision, qui se contente de diffuser « On n’est pas couché », le talk-show dans lequel officie l’intéressé. Heureusement, Ségolène Royal pourra toujours s’excuser au nom de la France.

Notons également la profonde imbécillité de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), qui se porte fièrement partie civile contre un membre de la communauté qu’elle prétend défendre. Mais ceci n’est rien à coté de SOS Racisme, qui s’acharne à pointer du doigt les racistes anti-noirs, les vrais méchants, et laisse les gentils racistes anti-blancs siroter l’âme en paix leurs diabolos grenadine. On se rappelle ainsi d’Anne Lauvergeon, la PDG d’Areva, qui déclarait paisiblement : « A compétences égales, on choisira la personne venant d’autre chose que le mâle blanc, pour être clair », ou encore d’Houria Bouteldja, militante franco-algérienne, qui souhaitait publiquement la « bienvenue aux anti-colonialistes » et demandait vertement à « éduquer les occidentaux à leur passé d’esclavagistes ».

Malgré son indéniable stalinisme, le procès d’Eric Zemmour aura donc au moins eu le mérite de mettre en exergue la profonde hypocrisie dont souffre notre société. Ironie du sort, la course à l’égalité civique a changé de camp. La montée de l’extrémisme n’y est probablement pas étrangère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*