Les ex: un sujet d’EXpert ?

Les ex: un sujet d’EXpert ? par @Michael-ange

Cet article vient compléter celui de « non-mais-tu-fais-quoi-avec-ta-main »

Le boulet, vu par Roger Sanchez

Le parcours du célibataire est jalonné de nombreux obstacles. Et parmi ceux-ci le délicat sujet relatif à la gestion des ex. Évidemment, c’est le genre de choses à laquelle on ne pense que très rarement. Surtout au début d’une rencontre (vous en tout cas, car moi j’en ai pris l’habitude). C’est vrai qu’en général, le mec pensera plus volontiers à ceci : « toi tu feras moins la maligne quand je t’aurais fait mordre mon polochon » ou pour les plus romantiques « elle est magnifique. Elle sera parfaite comme future mère de mes enfants et pour occuper le côté droit de mon lit »… Et pourtant c’est quelque chose, surtout dans cet univers, aussi impitoyable que Dallas, à laquelle nous devrions tous songer.

Comme il n’y en a pas de toutes les sortes, voici un petit rappel des usages à établir avec son ancienne partenaire. À se rappeler lorsque vous aborderez votre futur ex:

  • Pour commencer, nous avons la traditionnelle méthode de la fuite ou de l’éloignement actif. Vous avez vécu une belle histoire mais c’est fini. Vous avez trouvé quelqu’un d’autre ou vous souhaitez simplement mieux tourner la page. Maintenant, il y a fuite et fuite. Pas la peine de faire comme l’agent XII, recourir à la chirurgie esthétique pour effacer votre passé. En général, la liaison terminée, il se trouve que l’un des deux aie, soudainement, beaucoup moins de choses à échanger. Le temps (et surtout le fait de ne plus décrocher le téléphone quand elle appelle) fera le reste pour enterrer les souvenirs. Bons comme mauvais.
  • Il y aussi la méthode du bon copain. Un autre classique. Cette méthode ne vaut que pour les gens très très sociables : Clark Kent, Winnie l’ourson, le nain simplet etc. Quoi qu’il arrive, vous gardez un contact avec l’autre. À travers facebook, twitter ou MSN (si ça existe encore). Le summum de cette technique est de pouvoir parler complètement et franchement avec son ex de son nouveau compagnon sans utiliser les termes suivants: salope, folle de la bite,  voir Carla Bruni (attention quand même de ne pas être trop grossier, vous risquer de la blesser) Etc.
  • Ensuite vous avez les ex avec qui vous avez des rechutes qui ne durent qu’un soir et…ok des plans culs. Ah ben c’est une manière aussi de gérer les ex ! On ne garde que le meilleur [mode chieuse on] si tant que le monsieur n’a pas une grosse bite ET qu’il sache s’en servir [mode chieuse off]. Le point amusant de cette méthode est que ce moment court (3 minutes pour les meilleurs d’entre nous) a souvent tendance à mettre en place une certaine dépendance de l’un vis à vis de l’autre. Au lieu de dire « STOP » une bonne fois pour toutes, on préfère dire « demain j’arrête » (rire des potes) ou « comme ça, les choses sont claires« . C’est les mêmes qui seraient capable de dire: « je suis pas fumeur c’est pour ça que je n’aspire QUE le goudron » ou encore « je ne suis pas alcoolique, je ne bois le Kir que pour la mûre ».
  • Et pour finir la méthode du boulet. À la différence des autres méthodes, celle-là est « ingérable ». L’autre a décidé de vous pourrir la vie et ces techniques pour y arriver, extrêmement nombreuses, n’ont pour seule limite que son imagination et son audace. Ceci dit en passant, c’est l’occasion de constater que «l’autre» passe de « poupée » ou « ma chérie » à « l’ennemi » ou « l’œil » -pour les amateurs de Tolkien-. Ça va du simple texto: « Si tu reviens, j’annule tout avec Nico ». Bien sûr, c’est pas méchant comme texto. C’est même mignon comme tout. Mais quand vous lui avez juste dit à peine 146 fois « Je me rends compte qu’il y a autant de compatibilité entre toi et moi qu’entre du saucisson et un Imam alors casse toi ! » il serait bon qu’elle lâche prise. En général, sans être un apôtre de violence, une bonne claque dans la gueule suffit à remettre les choses en place. Pour les plus têtues, un coup de tête-balayette spécial fatality peut s’avérer inéluctable. Et en y réfléchissant bien, « l’œil » n’est pas si mal trouvé (on se calme, les amateurs de Tolkiens) quand on songe que «l’autre» a, dans cette circonstance, pour sale habitude de vous épier. Ah la vilaine bête !

Alors attention : la meilleure des chéries ne fait pas toujours la meilleur des ex. Et ce n’est pas Batman (qui verra très bien de qui je parle si je lui dis Catwoman) qui dira le contraire. EXtraordinaire ou Exécrable, c’est parfois la roulotte russe.

La semaine prochaine, ne manquez pas le billet: comment gérer habillement les ruptures sans risque de coup de hache dans les gencives (c’est là que c’est le plus douloureux).

NDLR : Aucun chat tué n’a été nécessaire à l’écriture de cet article.

16 commentaires

  1. Je dois avouer que les catégories sont plutôt exactes, j’aimerais tout de même y apporter une petite précision : les hommes rentrent aussi dans ces catégories, même dans la dernière, si, si, promis jurée!

  2. Article magnifique, tellement vrai, qui m’a bien fait rire.
    Je dois aussi dire que je suis entièrement d’accord avec « Moietpersonned’autre » : les hommes peuvent rentrer dans la même catégorie. Et ils sont de loin les pires, si, si !

  3. @Moietpersonned’autre @LeX D’accord aussi avec Moietpersonned’autre. Comment ne pourrais-je pas l’être seulement j’ai essayé de situer cet article comme « complément à « non-mais-tu-fais-quoi-avec-ta-main ».
    Or dans ce sympathique billet, l’auteur adopte un point de vue de mec… Maintenant, c’est évidemment pas cloisonné. Surtout à notre époque où les différences entre hommes et femmes s’estompent (mise à part pour ce que vous savez lool) 🙂

  4. sympa comme article, pour ma part je fais plus que dans le bon copain (sauf une où elle a fuit, j’aurais peut être pas du la mettre enceinte après l’avoir trompé…)

  5. @Michael Ange: Ne t’inquiète pas j’avais compris que ton article n’avais pas un fond machiste :). J’ai juste vécu ton article de mon point de vue de fille, en repensant à mes expériences passé. Ton article est très bon, puisque même si évoquant uniquement les ex au féminin il parvient à touché le sujet des ex au masculin! 😉

  6. Ah la méthode du boulet, je connais! Récemment mon ex m’a laissé des commentaires sur mon blog, sur la page Facebook de mon blog et sur ma page Hellocoton tout ça pour m’expliquer en détail… qu’il ne voulait pas faire partie de ma vie. Dans ce cas-là, ne me parle pas… qu’est-ce que tu me fais chier?

  7. Il y a aussi la catégorie du « schizophrène »…
    Celui/Celle qui alterne le comportement de toutes les catégories avec une agilité surprenante, tel un jongleur (et qui fait bien flipper dans le fond…)
    Par exemple, celui/celle qui fait semblant d’être votre « bon copain » mais qui raconte des horreurs sur votre dos à tout le monde, puis qui vient sonner chez vous à 5h du matin complètement bourré en chialant pour que vous reveniez parce que vous êtes, soudain, l’homme/la femme de sa vie, mais qui en disparaîtra (de votre vie) dès le lendemain pour une période indéterminée… Et qui reviendra, un peu plus tard, faire le « bon copain » et qui deviendra un « plan cul », plan cul qui finira par devenir un « gros boulet »… et ainsi de suite… pour la fin des temps… Si vous ne réagissez pas.
    La seule solution pour gérer les ex, c’est de ne plus les voir.

  8. @ Lvg « La seule solution pour gérer les ex, c’est de ne plus les voir. », tellement vrai dans la théorie, mais tellement plus compliqué dans la pratique 🙂

  9. @moietpersonned’autre: « tellement vrai dans la théorie, mais tellement plus compliqué dans la pratique »
    Je sais, c’est pour ça que je le dis, je ne le fais jamais… Je suis une ex « schizo » et j’en ai connu plein des ex compliqués, maintenant j’ai compris qu’il ne faut plus les voir parce qu’ils ont, (du fait de leur simple existence, la plupart du temps!) une grosse part de responsabilité dans l’échec de plusieurs nouvelles « tentatives de couple ». Faut dire que beaucoup de mecs ne supportent pas qu’on ait eu une vie avant eux…

  10. @ Lvg Ahh oui, là je valide alors, on se dit tous sa lorsque l’on écoute notre expérience, comme quand on se dit « cette semaine ma grosse tu ne mangeras pas de nuttela », soit on tient mais au prix d’énorme effort, soit on finit par craquer 😀
    « Faut dire que beaucoup de mecs ne supportent pas qu’on ait eu une vie avant eux… » , de façon général quand on s’implique dans une relation on à plus ou moins du mal avec le passé de l’autre, à différent degré bien sur! Enfin personnellement j’ai même plutôt constater que j’avais plus de mal que mes partenaires avec cette notion de « passé sentimental », question de personnalité et de point de vue évidemment

  11. @ moietpersonnedautre
    Ha ben pas moi… J’en ai rien à foutre que mon copain se soit tapé 2, 20 ou 200 filles avant moi, j’estime que passé 25 ans c’est un peu normal d’avoir de l’expérience… Personnellement je « préfère » même un mec qui a beaucoup d’ex que quelqu’un qui n’a quasi connu personne: « ça cache quoi? » en général ça veut dire qu’il est resté calé sur LA seule fille qu’il a vraiment connue et aimée (ou alors il a des problèmes psychiatriques, ou alors c’est un glandu qui vit aux crochets de tout le monde) et il nous faut le temps pour le réaliser, puis se décider à le larguer parce que finalement, on se rend compte qu’ON NE LE CHANGERA JAMAIS!
    🙂

  12. @Lvg Je préfère aussi un mec qui à eu des ex.Quand je dis qu’on a plus ou moins de mal avec le passé de notre conjoint c’est en référence à la présence plus ou moins pesante de certaines ex! Certaines de la catégorie schizophrène par exemple peuvent être vraiment pesante! Sinon complètement d’accord avec le reste de tes propos!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*