PARLONS DU TEMPS PUISQU’IL FAIT MOCHE ET QUE LE SOLEIL BRILLE…

Conversation about the weather is the last refuge of the unimaginative” disait le poète. Comprenez bien que si je me permets de citer ainsi Oscar Wilde, c’est seulement parce que Jacques Attali n’a rien écrit sur le sujet.

Il est vrai que la météo peut de prime abord apparaître comme un sujet vain, commun et sans intérêt. Pour preuve, nous échangeons météo avec les individus que nous ne connaissons pas ou peu : La boulangère, cette vague connaissance, ou le chat de la voisine .


La culture météo présente néanmoins l’avantage d’être directement accessible puisqu’elle part d’un constat objectif. Pour soliloquer pénard sur les cumulo-nimbus, les alto-stratus ou les cunni-lingus, il suffit de lever les yeux au ciel. Moi même à chaque fois qu’on me parle météo, je lève les yeux au ciel !


Même lorsqu’il pleut, la météo permet la discussion sans se mouiller. Aussi je ne crois pas me dévoiler lorsque je me prononce courageusement pour le soleil, et contre la pluie !


Mais l’homme moderne, qui bien que sensible se distingue de Wilde, éprouve malgré tout dans son hétérosexualité couillue et poilue le besoin d’échanger sur les grands problèmes du monde. La lecture du 20 minutes dans son ensemble, permet à l’homme 2.0 de glaner les éléments essentiels à sa réflexion. Il brodera le reste au bureau pour balancer une fois à la maison « ce qu’il faut c’est une zone d’exclusion aérienne », ou encore « Le problème Israelo-Palestinien est complexe ».


Et finalement, on en arrivera à se demander s’il ne vaut pas mieux converser correctement à propos de la météo, que palabrer faussement sur des sujets douteux. Résignons nous sombres crétins ! Débattre de l’Islam est aussi enrichissant que de polémiquer sur la couleur de mon slip, seuls les philosophes à chemise blanche peuvent sauver un pays du joug des « fassistes », et Guéant restera un suce-boule presbite quoiqu’en pense le quidam.



Le « débat démocratique » n’est qu’une illusion qui permet au con de se faire appeler citoyen simplement parce qu’il se prononce sur bien d’autres choses que la météo. Mais est-ce vraiment le signe d’un avancement de l’intellect global du plouc?

Je réponds non, mais j’enchaîne, sans même vous laisser répondre, en ajoutant que le retour du printemps est une des meilleures choses qu’il nous soit arrivé depuis que l’hiver a pointé son nez

http://bicephalik.blogspot.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*