Godwin’s Day

Aujourd’hui, de la tombée de la nuit à demain soir, c’est en Israël  et dans le monde Juif le jour officiel du souvenir de la Shoah.  Le grand festival de la mort et de l’horreur.  Tous les endroits réservés habituellement à la distraction sont fermés.  Pas de restaurants, de cinémas, de concerts. Rien. Les rues sont désertes.  Le grand vide silencieux.  Comme chaque année, ça m’énerve profondément.  Je n’aime pas qu’on me mette en deuil à l’insu de mon plein gré.  Chacun sa Shoah personnelle.  Et si moi je m’en fous parce que c’était il y a si longtemps? Et si moi justement ce jour-là j’ai envie de me marrer en m’empiffrant de hamburgers dans une salle de ciné? Comme chaque année,  je suis d’un cynisme provocateur et je fais des blagues de très mauvais goût.  Et je pleure aussi un peu. Parce qu’il finit toujours par y avoir un moment où mon mur de refus se fendille.

Et je me pose la question: La Shoah est-elle juive ou universelle? Devrais-je même en parler? La Shoah, c’est tellement surfait. D’autres peuples ont souffert, les Indiens, les Arméniens, les Cambodgiens et plus près de nous les génocides de Yougoslavie et du Rwanda, avec de vrais morceaux d’intolérable souffrance à l’intérieur. La liste n’est malheureusement pas exhaustive. La Shoah aurait-elle une quelconque suprématie? En fonction de quoi d’abord? J’ai souvent lu ou entendu des gens exprimer de délicates pensées dans le genre: « Ils nous pompent ces juifs avec leur Shoah, ils n’ont pas le monopole de la souffrance », « Bon c’était il y a longtemps, il y a eu d’autres horreurs depuis, il faudrait passer à autre chose ». Et bien sûr aussi « Ouais, 6 millions, ça reste à voir hein. Si ça se trouve, ça a même pas eu lieu » (ces derniers, j’ai envie de les gazer. Enfin passons).

La Shoah concerne en grande majorité les Juifs, mais avec eux partirent en fumée des Tziganes, des homosexuels, des communistes, des handicapés, des opposants politiques. Ceux que le IIIème Reich considérait comme indignes de vivre. En gros à peu près tout le monde. C’était la première fois que le meurtre de masse prenait une telle ampleur et était exécuté avec une rigueur si  méthodique, mettant à son service l’industrialisation avec une effroyable efficacité. C’était également la première fois que l’on se rendit compte, a posteriori, qu’avec suffisamment de pression sur certains leviers psychologiques, on pouvait faire de l’homme une redoutable machine à tuer et cela sans trop de difficultés, le boulon dans la longue chaine de commandement arguant immanquablement et sans émotion ni remords que tels étaient les ordres. Hannah Arendt l’évoque dans son livre « La banalité du mal” et le chercheur en psychologie Millgram prouva dans les années 60, au cours d’une expérience restée célèbre, combien il est facile de soumettre un homme à l’autorité, et cela jusqu’au meurtre, sans qu’il se sente le moins du monde responsable ou coupable.

Etrangement, concernant l’universalité de la Shoah, le monde virtuel m’a donné un début de réponse. Un beau jour, j’ai découvert le point Godwin. Pour ceux qui auraient dormi dans un sarcophage pendant 5000 ans, qui auraient été cryogénisés ou encore enlevés il y a dix ans par des extraterrestres, j’explique: Mr Godwin est un juriste Américain, très geek dans l’âme et qui a énoncé une théorie selon laquelle plus un débat ( 2.0 ou IRL) dure longtemps et plus les chances que quelqu’un cite Hitler et/ou le Nazisme est inéluctable. L’idée est que celui qui marque un point Godwin se sert d’un argument extrême, montrant par là qu’il perd pied dans le débat et qu’il appelle à la rescousse la rhétorique ultime, imparable. Celle qui par sa violence imagée fermera enfin le clapet de son interlocuteur. En bref, il a perdu. Cela tendrait à prouver que malgré les débats et dissensions concernant la primauté de la Shoah sur les autres génocides de l’Histoire, la mémoire universelle de l’humanité a engrangé cet événement historique comme étant l’horreur dans sa quintessence.

La Shoah fut l’indicible qui devait être dit. Aujourd’hui, je ne sais même pas bien ce que j’essaie de dire. Je sais juste que parfois, je me demande ce qu’il me serait arrivé alors, et que j’ai bien de la chance d’être née longtemps après. Et parfois je me dis aussi qu’il faut garder la mémoire vivante, qu’il ne faut pas s’endormir et rester vigilants. Partout dans le monde montent des nationalismes, des extrémistes, des intégrismes et les peuples ne sont toujours pas à l’abri. Commémorer la Shoah, c’est veiller sur l’humanité toute entière. C’est se souvenir de l’histoire de chaque tragédie individuelle, de chaque famille déchirée et anéantie, de chaque nom qui n’aura pas été gravé sur une tombe. C’est aussi se souvenir que sur le fumier de la bestialité humaine ont poussé des fleurs de bravoure, des hommes et des femmes qui ont sauvé des persécutés au péril de leur vie.

« Celui qui détruit une vie, c’est comme s’il avait détruit le monde, et celui qui sauve une vie, c’est comme s’il avait sauvé le monde ». (Mishna Sanhedrin 4:5)

Et le point Godwin que je marque avec ce billet, ce n’est pas une défaite, mais une victoire.

Je conseille le petit film ci-dessous:

http://www.youtube.com/watch?v=YrQ4Voi3AIo&feature

30 commentaires

  1. La Shoah ça concerne directement la France finalement, c’est normal d’y penser ici en France et de faire subir le souvenir aux gens vu qu’ici on a quand même été très très… Vichy…
    Puis, qui n’a pas dans sa famille française un ancien qui ?
    Moi dans ma famille française, y’a deux prisonniers de guerre, une résistance Lyon réseau Jean Moulin et le reste : que des gens « qui ne savaient pas ».
    Moi je me demande parfois dans quelle catégorie j’aurais été.
    Enfin, je me le suis longtemps demandé jusqu’à ce que j’apprenne un jour que…

  2. @Roxanne: Merci pour ton commentaire. Et bien que je vive aujourd’hui loin de la France, nos pensees ne sont pas si eloignees: la famille de mon pere n’est pas juive, et ma grand-mere paternelle m’a toujours soutenu qu’elle n’etait pas au courant de ce qui se passait avec les Juifs. quand a la resistance, ca ne lui serait pas venu a l’idee. Charmant. Mais son frere a ete prisonnier de guerre et est revenu en 44 completement dinguo. Parfois je me dis que s’il avait ete collabo, mon grand-pere paternel aurait peut-etre arrete et deporte mon grand-pere maternel. Mais bon, ils ont pas ete collabos, juste laches

  3. Y’a des choses compliquées dans les familles. J’avais écrit un commentaire plus long mais parfois on se dit qu’on est sur un forum avec des gens qui lisent et que certaines choses ne sont pas à partager.

  4. Tiens, un petit livre pour l’occasion de ce très bon billet : « L’année où j’ai vécu selon la Bible » de A Jacobs où comment un journaliste new-yorkais a décidé d’appliquer à la lettre les préceptes de l’Ancien et le Nouveau Testament.

    Bien entendu, cela n’a aucun rapport avec la Shoah sinon que des gestes religieux qui peuvent paraitre absurdes à première vue, ont en fait une raison d’être historiquement. Voilà, c’était mon petit complément culture du matin.

  5. Si je partage en grande partie ton point de vue quelques remarques cependant :
    1- la Shoah, ne concerne que les Juifs, seuls groupe humain pendant cette période à avoir été systématiquement exterminé dans le but de leur éradication. les autres groupes humains que tu cites, ont bien entendu été persécutés et assassinés, mais le caractère systématique de la déstruction des Juifs d’Europe est singulier. On ne peut par exemple parler de génocide Tsiganes qu’en Hongrie, et la Plan T4 concernant les handicapés n’est pas non plus européens mais limité à certains pays, tels que l’Autriche. Il faut faire la différence entre camps de concentration (Mauthausen, par exemple qui regroupait en grande parties les opposants politique) et camps d’extermination (Belzec, Sobibor, Treblinka, Birkenau)

    2- Je pinaille peut-être avec mes réctifications, mais ce n’est que pour pointer du doigt, l’autre problème qui à mon sens est soulevé par cette journée. On laisse trop souvent l’émotion suscité par cette Histoire, prendre le dessus sur la rigueur historique dépassionné dont nous avons besoin aujourd’hui si l’on veut réellement faire barrage au négationnisme et ce servir de cette histoire pour éviter que cela ne se reproduise. En effet le devoir de Mémoire, les passions qu’il suscite sont totalement contre-productif.

    3- j’ai toujours du mal avec l’héroïsation de la Shoah, certes des personnages comme Mordechaï Anilevicz, pour ne citer que lui ont été d’un courage extrême face à une situation désépéré, mais cette propension qu’ont les Israéliens (pardon de vous mettre tous dans le même sac, mais c’est en tous cas une volonté étatique, reprit d’ailleurs largement par la com. juive internationale) de parler des Héros de la Shoah, induit comme le disait Arendt à tort, que certains se sont laissés mener à la chambre à gaz, comme des moutons à l’abbatoir. Or qui sommes nous pour juger du courage des uns et de la couardise des autres, comme le dit Roxanne qui peut prétendre savoir comment il aurait agit dans un pareil contexte.On parle de collabos et de Résistant, mais la triste vérité, est que la plupart de populations civiles n’ont été que des bystanders, qui derrière leurs maigre rideaux, lorgnaient les rangés humaines que l’ont chargeait dans les camions, peut-on les blâmer pour autant ?

    5-Peut-on parler d’instrumentalisation de la Shoah sans passer pour un antisémite ? je vais en tout ces essayer :
    J’ai plusieurs fois entendu en Israel et en France de la part de personnes, toutes religions confondues, judéophile ou antisioniste notoire des propos type : la Shoah à permis la création de l’Etat d’Israel. Après selon les bords on utilise l’argument dans un sens ou l’autre.
    S’il y a bien une chose que la destruction des Juifs d’Europe à fait pour Israel, c’est de retarder sa création. Les populations juives de l’epoque étaient en majeure partie surtout en Europe de l’Est, Sioniste, les polonais surtout, je rapelle que la population survivante en 1945 des juifs polonais ne dépasse guère les 10 % de la population de 1939.

    6-Je pense néanmoins que cette journée est importante pour les survivants et les familles des disparus car l’absence de corps, de sepulture rend le deuil impossible, cette journée permet donc à toutes ces personnes de, une fois par an, rendre hommage à leurs familles, aussi pour paraphraser wiesel, le bourreau tue deux fois, physiquement d’abord puis en effaçant les traces de son meurtre, finalement, la commémoration, le souvenir lui aussi est singulier car c’est la nature de cette tentative de double meurtre qui l’induit. C’est un impératif pour l’humanité de ne pas laisser tomber dans l’oubli ce crime, car si la victoire militaire est avéré depuis 1945, la guerre contre le crime nazi, finalement dur toujours, c’est une guerre qu’il nous faut gagner pacifiquement, quand je dis nous, je parle de l’humanité, sans tomber dans le côté obscur de ce Devoir de Mémoire trop souvent utilisé à mauvais escient.

    Voilà c’est un peu décousu, mais j’espère que vous comprendrez mon propos.

  6. « la Shoah à permis la création de l’Etat d’Israel ».
    Autant j’ai compris le reste, autant je comprends pas ce que tu veux dire par là ?

  7. « S’il y a bien une chose que la destruction des Juifs d’Europe à fait pour Israel, c’est de retarder sa création ».
    Pareil là non plus je comprends pas ?
    Qu’est-ce que tu veux dire par « création » ?

  8. Roxanne, ce que je voulais dire :
    Certaines personnes affirment que l’Etat d’Israel a été en quelques sortes données au Israéliens par culpabilité suite à la Shoah, ce qui bien évidemment est faux. On peut aussi avoir l’autre discours a savoir que la Shoah en justifie la création, car les juifs ne seraient pas en sécurité ailleurs…

  9. Ce que je veux dire, c’est qu’avec 2 ou 3 Millions d’hommes, femmes et enfant en plus ( car je ne vais pas affirmer que l’intégralité des juifs d’Europe souhaitait rejoindre le futur Etat d’Israel) et bien tu construit ton pays un peu plus vite et tu te défend encore un peu mieux qu’il ne l’ont déjà fait…

  10. @Jwyler:
    1. je t’accorde cette specificite juive de la Shoah. Ce que j’essayais de dire, c’est qu’elle etait universelle par le fait qu’elle avait inclus dans sa roue mortelle des gens issus de toutes races et religions. Mais il reste evident qu’elle visait avant tout les juifs dans leur totalite, dans leur essence meme. La solution finale n’a ete mise en place que pour les juifs, qui constituaient par leur existence meme un probleme global et non geographiquement determine
    2.Je ne pense pas que l’on peut separer les deux, cad l’aspect intellectuel de l’aspect emmotionnel. Je dirais meme plus, si l’on veut faire reflechir les peuples sur les consequences du racisme et de la haine ordinaire, on se doit egalement d’y introduire l’aspect emmotionnel afin que les gens reagissent par empathie et se demandent ce qu’ils auraient ressenti si cela leur etait arrive, a eux ou a leur enfants. On comprend parfois beaucoup mieux avec le coeur qu’avec l’esprit
    3.la mise en avant des « heros » de la Shoah est inherente au fait, je crois, que pendant tres longtemps, jusque dans les annees 70, les survivants eux-meme trainaient cette honte d’avoir survecu et que le monde, encore peu pres a tirer les lecons de l’histoire, faisait semblant de ne pas comprendre comment tout un peuple avait pu se laisser massacrer sans reagir. Plus le temps a passe, et plus les juifs ( et j’admet qu’il y a la une volonte etatique, pour des raisons plus ou moins avouables) de mettre en avant l’heroisme plutot que la victimisation
    4.c’est vrai et faux. La shoah a peut-etre affaiblit ce qu’aurait du etre Israel si la population avait ete renforcee par la venue des juifs d’Europe, mais elle a accelere la creation et la reconnaissance de l’etat par le fait que les Nations ont vote en 47 a L’ONU, a mon avis fortement mues par un enorme sentiment de culpabilite a l’egard des Juifs qu’ils n’avaient pas proteges pendant la guerre
    5. oui

    Je pense avoir compris le propos, et merci pour cette reaction :-)

  11. @jWYLER + Roxanne: En ce qui concerne la culpabilite, je pense que la verite se situe, comme souvent, quelque part entre les deux. Les nations ont compris que la Shoah avait prouve que les juifs avaient besoin d’un pays, et ils ont donne un aval d’autant plus grand a cette prise de conscience qu’ils se sentaient coupables

  12. @Coquillette
    2-L’aspect émotionnel me fait peur ;
    J’ai plusieurs fois entendu des jeunes et moins jeunes Israéliens et Français, se servir de la Shoah pour justifier une invasion, voir une extermination des palestiniens, « parce que y’a pas de raison, on nous a fait la même chose » (bien évidemment derrière cette réaction intestine et irréfléchi, aucune réelle connaissance historique) personnellement je pense que cela empêche plus que cela ne favorise la réflexion et la mise en perspective…

    Après quand je te lis, j’ai l’impression de me retrouver à Yad Vashem, c’est la base même de leur pédagogique… y ayant beacoup apprit, je continue de penser que cet aspect émotionnel peut être une barrière à la compréhension de cette période historique complexe et de ses conséquences dans notre monde contemporain.
    4- je te le concède.

  13. Ok, Jay ;-)

    Bilan de tout ça : aujourd’hui quand t’es juif, vaut mieux vivre en Europe qu’en Israël.
    T’es quand même super moins exposé par ex en France que là-bas… Moi Israël ça me ferait flipper d’y habiter.
    Je sais pas mais si j’étais scénariste et que je devais faire Shoah 2 ben ça me semblerait évident que j’écrirais une fiction avec une bombe nucléaire qui tombe sur ce pays.

  14. … Enfin… L’insécurité… Je dis pas ça pour justifier la politique d’Israël (que je ne partage pas) avec les frontaliers.

    Pour autant, malgré le fait de ne pas partager la politique d’Israël d’aujourd’hui, je reste sioniste total.
    Et ça n’est pas lié à une éducation juive que j’aurais reçu vu que chez moi y’a plus de juif

    Par rapport à cette terre moi ce que j’aime, c’est l’utopie qu’elle inscrit dans les esprits. eEt que cette utopie soit crée, produite, inventée, soulevée, conçue, préservée et entretenue par un peuple spécifique, le peuple dit juif, j’avoue que ça me séduit nettement.

    Je trouve ça marrant, exotique et aussi dramatique.
    C’est cinéma, c’est beau. Puis, j’aime la religiosité étrange que ça induit quelque part.

    Et j’aime aussi l’idée qu’un « peuple » ait une mission. Je veux dire s’il fallait tout formater à la mode d’aujourd’hui (états laïques etc etc) perso, plus rien ne me ferait rêver. Y’a rien de pire que l’uniformité.

  15. @Jwyler: ouhouh, tu confonds un peu emmotionnel et passionnel. Malgre tes craintes que tout ce qui est emmotionnel soit incontrolable, je crois que toute action humaine est a la base emmotionnelle, que ce soit la haine, la tolerance et le souvenir. Tu ne peux pas vraiment controler cet aspect la, et il n’est pas toujours synonyme de manque total de reflexion. Un evenement impliquant l’eradication de millions de gens ne saurait etre vu au travers d’un prisme de cartesianisme pur. C’est a mon sens completement irrealiste, voire un peu effrayant. La shoah c’est la mort, c’est la peine, c’est la destruction. Soyons humains et ressentons. Nous ne sommes donc definitivement pas d’accord sur ce point la :-)

  16. @Roxanne: Je t’accorde qu’aujourd’hui, le pays le plus dangereux pour les juifs, c’est quand meme Israel. Pourtant, il y a mourir et mourir. Je suis venue ici en me disant que je ne voulais pas etre un jour a la merci des peuples dont l’amitie et la tolerance sont versatiles comme nous l’apprend l’histoire, pavee d’Inquisition, de pogroms et cerise sur le gateau, de Shoah. C’est peut-etre une vue de l’esprit, mais cela a son importance pour moi. Et pour rejoindre ce que tu dis apres, c’est vrai que je voyais ce pays comme quelque chose de pas vraiment realiste qui pourtant existe, une aventure, et ca m’a aussi fait rever

  17. @Jay
    A mon avis l’émotionnel et on dira l’intellectuel doivent pouvoir se compléter et pas s’annuler.
    Ce sont des strates complémentaires qui ne doivent pas entrer en rivalité.

    Vraiment y’a pas à choisir l’un ou l’autre comme « stratégie ».
    Les deux sont nécessaires. Et la cérébralité et la religiosité en + d’ailleurs sont aussi nécessaires.

    Pour toucher un maximum d’une population, tu ne peux pas juste jouer juste sur l’intellectuel et le savoir.
    Y’a des gens que ça touchera pas si tu te contentes de ça.
    Du coup, tu perdras un public en quelque sorte.

    Puis en réalité, ton ex sur ces jeune français ou israëliens que tu aurais croisé et qui disaient « faisons-leur pareil… Vengeance… » c’est un exemple total parti pris que tu as choisi pour étayer TON discours.

    Moi je connais des gens qui ne fonctionnent que sur l’émotionnel et qui refusent pourtant tout envahissement en Palestine.

    De même que certains intello purs et durs (historiens, géo-politiciens…) vont justifier un envahissement par une rhétorique, non pas d’affects mais imprégnée d’un pragmatisme pur et dur (enrichissement, stratégie militaire…).

    Ça n’est donc pas l’émotionnel en soi qui crée des tensions. C’est la façon dont les gens le gèrent.
    Pareil pour le savoir intellectuel.
    Pareil pour la religion.
    Pareil pour un esprit plus mixte de tout ça, type cérébral.

  18. @Coquillette

    Oui mais quand même, moi je suis pas trop à l’aise avec les endroits où tous les juifs sont trop regroupés.
    Ça fait trop « cible idéale ».
    C’est trop se donner mains et poings liés… Un peu comme dans une chasse à court où on sait d’avance que la biche 18 fera pas l’année vu qu’on sait exactement à quel endroit la trouver et comment la traquer.

    Je préfère que les juifs soient disséminés partout dans le monde.
    Question de sécurité. La stratégie du cache cache, ça me rassure plus.
    Israël aujourd’hui, ça fait trop cul de sac.

    Tu parles du passé (Shoah pogroms etc) mais la bombe nucléaire crée une nouvelle donnée dans tout ça.

    Tu ne peux plus réfléchir ta sécurité de la même manière qu’avant sa création.

    Autant Israël si y’avait pas la bombe nucléaire, je te dirais, ok t’as moins de risque, c’est l’endroit où tu pourras exister.
    Autant là, crois-moi tu prends plus de risque à vivre là-bas qu’en France. C’est certain.
    Et même en prenant en compte l’aspect versatile de certains peuples… Comme le peuple français en qui je n’ai, soyons claire : AUCUNE CONFIANCE.

    Mais aussi dans cette idée de comment créer de la sécurité pour les juifs : Israël, je le préfère quand il est bien bien mixte. Quand tout s’y mélange en terme de nationalité, de religion etc. Je préférais Israël dans son sionisme des origines.
    La mixité enclenche des effets secondaires immédiats.

    Avec elle, tout le monde devient concerné. Pas juste les juifs. Et au final, c’est mieux pour les juifs.

  19. @Coquillette, ok pour la distinction emotion / passion.
    @Roxanne WTF ?
    1/ tu sais que Shoah n’est pas une fiction hein ? inutile de faire un 2 donc.
    2/La menace atomique ? je pense qu’on en est loin, les risques de contaminations sont bien trop important pour toute la région.
    3/ effectivement j’etaye mon discours, un point de vue, merci donc @coquillette pour les nuances qu’elle a sut y apporter.
    4/Vivons caché, vivons heureux? je ne partage absolument pas ta vision du juif honteux.

    « Par rapport à cette terre moi ce que j’aime, c’est l’utopie qu’elle inscrit dans les esprits. eEt que cette utopie soit crée, produite, inventée, soulevée, conçue, préservée et entretenue par un peuple spécifique, le peuple dit juif, j’avoue que ça me séduit nettement.

    Je trouve ça marrant, exotique et aussi dramatique.
    C’est cinéma, c’est beau. Puis, j’aime la religiosité étrange que ça induit quelque part.

    Et j’aime aussi l’idée qu’un « peuple » ait une mission. … »
    ta vision du sionisme relève du fantasme…. d’une utopie, la tienne.

  20. Jay,

    Ben oui, c’était une utopie etc… c’était pas la peine de le souligner au feutre, t’es marrant…
    On dirait un gosse qui regarde un dessin animé et qui vient m’expliquer avec sérieux « oui mais, c’est pas le réel tu sais parce que le réel moi je sais ce que c’est ».

    Evidemment c’est pas le réel ce que j’ai décrit, fallait mettre un écriteau explicatif pour les moins de 12 ans tu crois ???

    Avec avertissement au lecteur « Attention, ceci n’est pas la réalité, ceci est du registre de l’utopie ».
    La façon dont je décrivais parlait pas assez d’elle-même ?
    Putain si faut commencer à faire ça à l’écrit pour expliquer aux neuneux, on n’est pas rendu.

    Je te décris mon sionisme… Evidemment sous forme utopique.
    C’était tellement claire qu’on était dans le registre de l’utopie, les mots les phrases, la façon dont c’était tourné, t’as remarque, elle en devient limite inquiétante du coup.

    1. pour Shoah 2, je crois que je vais même pas discuter avec toi la dessus. Tu saisis pas les différents registre de discussions.

    2. Pour le nucléaire, tu sais, en amont de l’Histoire, y’a tjrs des gens pour dire « non ça n’arrivera jamais c’est impossible parce que si et parce que là ».

    Puis un jour ça arrive et là, ces mêmes gens vont t’expliquer qu’ils savaient que ça allait arriver « parce que si et parce que là »… Et en plus ils reprennent tes arguments qui deviennent les leur.
    Oui la mauvaise foi n’a jamais de limite… Je l’ai constaté des dizaines et des dizaines de fois.

    En ce qui concerne la bombe nucléaire.
    Comment tu peux pronostiquer l’avenir comme ça ? T’essayes d’argumenter par la logique (les contaminations blabla) un truc qui ne peut justement pas s’argumenter par ça.

    3. Argument 3 j’ai envie de dire : bonjour la manip de base. Et là, je me comprends… lol.

    4. Quel rapport entre le juif qui circule dans le monde et la honte ? Je suis issue d’une famille juive qui a tjrs voyagé dans le monde tu penses que c’est parce qu’ils avaient honte d’être juif ?
    A l’instar, tu pense que les juifs qui sont en Israël eux n’ont pas honte d’être juif ?
    Qu’est-ce la honte vient faire dans des choix de vie ? Quelle projection tu fais là ? Et qu’est-ce que ça raconte sur toi d’après toi ?

    Puis oui, en cas de guerre, la stratégie de se cacher quand t’es juif et que t’as affaire à un régime nazi me semble être une stratégie judicieuse qui a fait ses preuves et qui n’a strictement rien à voir avec la honte. Mais plutôt avec ce qu’on appelle plus basiquement : la survie.

    Pour ce qui concerne Israël en danger : je me méfie oui, de l’entourage d’Israël. Je n’ai pas envie d’imaginer que les palestiniens ne sont que des pauvres victimes. Dans certains cas ils le sont dans d’autres, y’a aussi l’histoire qui raconte assez bien comment certains peuples (catho mais aussi musulmans) ont copiné avec les régimes nazis par opportunisme.

    Donc pour moi tout est possible.

  21. hé oh ! inutile de m’insulter ça va bien oui !

    Non, ton style ne m’a pas sauté aux yeux, je vais juste essayer de pas m’enerver et dire simplement que je n’ai sans doute pas du saisir les subtilités de ton écriture et que le sens des tes propos m’est passé au dessus, spirituelle comme tu es, peut-être aussi qu’en face j’aurais saisi les nuances de ton, par écrit c’est plus compliqué.
    Ton ironie, je ne l’ai pas saisi non, plus.
    Concernant le juif honteux et le reste d’ailleurs, je crois que je n’ai pas compris ce que tu disais, et que donc forcément, ma réponse n’était pas adapté.
    Maintenant, merci pour l’agressivité, les jugements à l’emporte pièce, la psychologie à deux francs et les fantasmes de retour des nazis et de guerre nucléaire.
    Merci de me rappeler pourquoi je ne post d’habitude jamais de commentaire sur les blogs, ça m’apprendra à essayer d’avoir une conversation sensé par messages interposé, car même si j’exprime une opinion, je ne suis pas borné et si quelqu’un souhaite me montrer par une contre-argumentation, que mon propos, n’est peut-être pas assez nuancé, j’en accepte volontier la critique et n’essaie pas de simplement avoir raison.

  22. Je disais pas neuneux pour toi, je disais neuneux pour ceux qui seraient incapable d’avoir conçu et imaginer que mes propos sur le sionisme relevaient de l’utopie. Toi tu l’as conçu puisque tu m’en as fait la remarque.

  23. c’est un site collaboratif comme ici mais tu poses des articles + politiques, sociologiques, scientifiques etc en plus je me demande si tu dois pas t’abonner et payer du coup pour les poser (malin…) tape google et il te dira.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>