Un pied dans la tombe

J’ouvre les yeux.

Ma bouche est pâteuse.

J’ai du mal à respirer.

J’ai du mal à me redresser.

J’ai mal partout.

– ça va, tu te remets ?

Je connais cette voix.

Il faudrait que je me redresse.

Si seulement je n’étais pas en si mauvais étât.

– Tu veux quelque chose ?

– Je…

Je suis incapable de dire quoi que ce soit. Autant hocher la tête.

– Il faudrait boire quelque chose de chaud…

Je me rends compte que nous ne sommes pas seuls dans la pièce.

Une amie est là. Elle semble très préocuppée.

Comme je la comprends.

Moi-même, si je devais me voir dans ce lit, je ferais cette tête.

Ma tête.

Elle tourne.

Je fais un effort pour respirer.

J’ai du mal.

Posé sur mon ventre, mon chat me regarde, comprenant que son maître vit peut-être ses derniers instants.

Ce n’est rien bien sûr mais ce peu de réconfort me touche.

Je me sens vivant pendant quelques instants.

– Thé ou infusion ?

– Café, si…

– Y a plus de café…

Décidément, tout est contre moi.

– On va pas y passer la nuit… Thé ou infusion ?

Pourquoi est-elle si sèche ? On n’a pas le droit de traiter un mourant comme ça.

– Rien… je n’ai pas le coeur à boire…Je ne sens plus mes…

J’arrête de parler, trop concentré sur ma respiration défectueuse.

– On sort, on te ramène quelque chose ?

– Vous sortez ?! Mais…

– Mais quoi ? Tu veux quelque chose ? Dis le vite parce qu’on est parties.

– Si tu veux, on peut rester près de lui et…

– Rien du tout. Je vais pas gâcher ma vie à le regarder dans son lit.

Ses mots sont durs. Pourtant, il y avait de l’amour entre nous. Beaucoup d’amour. Avant cette maladie.

– Et puis j’ai besoin d’une bière. J’ai besoin de sortir, de voir des gens, de voir de la vie !

– vous êtes loin, je vous entends mal, je ne vous vois pas…

– Il ne risque rien, t’es sûre ?

– Il a un rhume. Qu’est ce que tu veux qui lui arrive ?

– …

– Bon, je t’en paye une ?

– Tout de même, ces hommes, quelles chochottes….

La porte claque. Elles sont parties sans se retourner. Pas même un au revoir. J’aurais du supplier qu’on m’amène la télécommande. J’aurais oublier ma peine avec un peu de divertissement. Au lieu de ça, je vais devoir me lever.

La vie sera cruelle jusqu’au bout.

6 commentaires

  1. Trop drôle le coup du rhume, en première lecture je trouvais ça horrible que ta copine te laisse crever du coup je comprenais pas l’humour. Après relecture, trop marrant.
    Ceci dit c’est prouvé que le corps des hoes est moins endurant à la douleur que celui des femmes donc c’est normal que tu souffres bcp comme une pauvre chochotte que tous les hommes sont en fait.

  2. Moi je trouve ça horrible de laisser un malade souffrir de son rhume…

    Pour le reste, je souffre en silence en mordant ma chique quand bien même on m’arrache la jambe avec un couteau à beurre. Et même, je fais un foot après (en sautillant sur l’autre pied, certes).

Répondre à Roxanne, la vraie, la prem' Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*