La course contre l’année de merde

31 décembre 2011, 7h. J’avais mis mon réveil tôt. Plus tôt que ça, même.

31 décembre 2011, 6h. C’est mieux. Il fait froid, j’ai oublié le chauffage cette nuit. Comme les 600 précédentes, d’ailleurs. Douche rapide pour se mettre les idées en place. Il fait froid, et dans la salle de bain, je n’ai toujours pas mis le chauffage. C’est mon problème, la procrastination. Je suis de bonne volonté pourtant. Où ai-je foutu ce putain de carnet…

31 décembre 2011, 9h. Ah, il était juste là, sous mon chapeau. Je ne l’ai pas feuilleté de l’année, comme d’habitude. Il ne me sert que deux jours par an, et c’est bien dommage. Il me sert le premier de l’an pour y noter mes résolutions et le dernier pour m’y tenir. Je voudrais bien l’ouvrir plus souvent, mais… Je tremblote, j’enfile un pull.

2007, c’est bon, 2008 ok, 2009, 2010, voilà 2011.

  • Arrêter de fumer (dans l’hypothèse où tu t’y mettes en cours d’année) : ça, déjà, c’est bon.
  • Pécho Mélanie Doutey
  • Manger plus de légumes
  • Apprendre le russe

31 décembre 2011, 10h. La demi-heure ronchon. Je bougonne, en grelottant, comme quoi ça va être vachement compliqué de tout faire, que je serais mieux à rester chez moi…

31 décembre 2011, 10h30. Prise de conscience. A quoi m’a servi cette année de merde ? J’ai souffert de la crise, perdu le sourire, me suis transformé en parigot robot métro-boulot-dodo. J’ai pleuré DSK ainsi que feu mon Blackberry, détesté Lars Von Trier, Yannick Noah et Cédric Klapisch. Faut absolument que j’apprenne le russe, et que je mette du chauffage, aussi. D’abord, je file au centre commercial.

MUSIQUE TECHNO QUI TAPE FORT en bande son, mais je marche tranquillou dans la rue en vrai. Shopi, c’est plein de vieux qui achètent du foie gras. A moi il ne faut qu’un livre d’apprentissage du russe et des légumes.

31 décembre 2011, 14h. Я говорю на русском. C’est une fiction, je t’emmerde, et puis j’apprends vite d’abord. мне холодно. J’ai bouffé un concombre parmi mes légumes et file aux urgences, par précaution, j’avais quelque peu oublié. C’est blindé, la salle d’attente. Plein de types éborgnés à coups de bouchons de champagne. D’ailleurs, je me fais la réflexion qu’ils ont dû commencer tôt leur réveillonnage. Le médecin rigole lorsque j’arrive dans son antre, me demandant par quel orifice je l’ai ingéré, ledit concombre, pour avoir tant peur des répercussions que cela pourrait avoir sur ma santé. Je lui explique ne m’être habitué à manger des légumes que cette année. Il ne me file que du Doliprane pour, enfin contre mon rhume, saloperie de chauffage.

31 décembre 2011, 18h. Je me dirige vers l’appart, mais entends du russe derrière moi. Elles sont deux, je les invite à monter. On ne discute pas. Pourtant, je parle russe. Même elles, venant de là où il caille tout le temps, ont froid chez moi. Je les invite sous ma couette.

31 décembre 2011, 23h (oui, je sais). Je me suis endormi, crevé. Je me réveille en sursaut, elles me regardent dormir, silencieusement assises à côté de mon lit. Il faut qu’elles partent, et que moi je péchote Mélanie Doutey. Sinon, mon année est foutue tu comprends…

31 décembre 2011, 23h30. J’erre dans Paris mais ne la trouve pas. Putain. Alors je twitte : « Où est Mélanie Doutey ? RT please, je dois la pécho avant minuit. » Retwitté en nombre, la solution vient de @RaphaelFerber qui, il est vrai, ne traîne qu’avec des meufs bonnes. Il est en soirée avec elle, mais au Luxembourg. Putain de merde. Alors je twitte : « Quelqu’un peut-il faire en sorte que je sois au Luxembourg dans moins de 30 minutes ? » RT en nombre, encore, et on me prête une fusée.

31 décembre 2011, 23h58. Raphaël est là, me présente à Mélanie qui s’emmerde. Elle me voit, me sourit et vient comme pour m’embrasser tendrement. J’esquive, la fais attendre, c’est qu’il faut une once de suspense dans mon récit.

31 décembre 2011, 23h59’59. Smack !

1er janvier 2012 0h00’01. Fin de smack, du pain sur la planche, des résolutions à prendre. Oui oui, bonne année à vous aussi. Esseulé dans un coin, je ressors mon carnet.

  • Apprendre par coeur une chanson de Bashung et un poème d’Aragon
  • Arrêter de boire de l’alcool
  • Mettre du chauffage à l’appart
  • Arrêter d’écrire des conneries

Mégaconnard, mégaconnasses, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2012.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*