Le Roi Lion, piège à cons.

Moi qui avait fait quelques efforts pour redevenir acceptable et accepté en société (paraîtrait-il que l’on appelle ça la maturité, d’autres préfèreront le mot « résignation »), je tiens à vous faire une révélation. Une révélation qui risque de m’attirer quelques inimitiés au sein de la catégorie 15-25 ans et qui devrait m’occasionner le surnom de « Dictateur » ou d’  « Hitler à barbe ».

Je n’aime pas Le Roi Lion.

Je déteste le Roi Lion.

Je le trouve soporifique, niais, mièvre, surestimé, et je n’ai jamais compris l’engouement autour de ce truc.

L’histoire est d’un manichéisme crétin, l’essentiel est un plagiat honteux de Tezuka (le plus grand auteur de Manga de tous les temps qui avait créé « Le Roi Léo » dans les années 60. Disney, ces escrocs, ont toujours réfuté le plagiat, même si celui-ci est flagrant ; un exemple parmi tant d’autres, l’équivalent japonais de Simba s’appelle Kimba) . C’est exactement comme tous les Disneys. Ca t’apprend que l’amitié c’est trop cool tu vois, que les moches flippants sont vilains et que tout est blanc ou noir. Ca t’apprends à penser en noir et blanc, mais avec assez de fric pour que ça passe.

 

HAHAHAHAHA OUHPUTAIN UN PHACOCHÈRE QUI PÈTE HAHAHAHAHAHAHA!!!!

 

Techniquement rien à dire, c’est du pur Disney (sans la 3D, gadget aussi utile que la quine d’un eunuque), mais il y a encore ces horribles chansons. Les chansons, c’est le comble du consensus mou. L’amour nous guidera. L’amour brille sous les étoiles. Mon chant d’espoir. Et cette putain d’horreur absolue d’Hakuna Matata. Hakuna Matata, c’est Cali avec un meilleur packaging.

« Ces mots signifient
Que tu vivras ta vie,
Sans aucun souci,
Philosophie »

Sans déconner. Et j’ai personnellement donné la chanson « Can you feel the love tonight », mauvaise en VO, insoutenable purge en VF, en sédatif à mon castor.

Entendre des gonzesses de mon âge chanter « Can you feeeeeeeel the loooove toniiiiiiiight » parce que « ça leur rappelle leur zolie nenfance » sans tenir compte de ce qui est dit plus haut, cela mérite une douche au napalm.

Le Roi Lion, c’est du vide emballé avec des millions de dollars et des dessins colorés. En somme, Le Roi Lion est une oeuvre bas de gamme, c’est simplement la conséquence d’une incroyable masturbation collective, d’un élan d’amour pour pas grand-chose qui a fait de cette oeuvre quelque chose d’absurdement culte.

Ajoutez à ça le fait que si en société vous avez le malheur de dire que vous n’aimez pas ce film, vous vous ferez quasiment traiter de nazi, et la coupe est pleine. C’est le même genre de film que « La Rafle » : interdiction de mettre en doute la qualité d’un film sur l’autel de l’émotion ou des souvenirs de gosse, auquel cas ce sera le goudron et les plumes.

D’ailleurs, je me suis essayé à une petite « analyse » comme celles que l’on faisait sur Châteaubriant en Première. Ca rappellera des souvenirs à tous.

Le Roi Lion, c’est l’histoire d’un royaume dirigé par une famille royale autoritaire tombé en déliquescence après la mort accidentelle de son Roi Tout-Puissant, Mufasa. Bien que le jeune et j’menfoutiste prince Simba soit pressenti pour hériter du trône, celui-ci part en exil dans un camp hippie, ne pouvant supporter la pression. Scar, frère du roi et responsable du coup d’état, instaure une dictature communiste à l’aide d’immigrés exploités et rejetés par la famille royale depuis des années, dictature du prolétariat qui rencontre bien des opposants au sein de la famille royale. Grâce à la force, Scar arrive à imposer la parole du peuple malgré la mauvaise volonté des nantis.

De retour d’exil après quelques années passées à fumer de la marie-jeanne avec Jay et Silent Bob, le jeune prince ne trouve pas mieux que de se venger en prétextant le droit divin et le droit du sang. L’ancienne cour ne tarde pas à le rejoindre dans sa lutte pour renverser le nouveau régime. Après l’exécution publique de Scar par ceux qui l’avaient propulsé au pouvoir, le royaume redevient le système féodal qu’il a toujours été.

Evidemment le prince se marie avec une femelle du même rang, histoire de continuer encore longtemps la suprématie d’une minorité d’élus sur la majorité de la population. Tant qu’on lui offre de la bouffe et un peu d’animation, le peuple est content.

Sous ces airs gentillets se trouve donc une subtile propagande pour la monarchie absolue de droit divin. Avec les lions en race supérieure possédant droit de vie ou de mort sur le reste de leurs sujets, grâce à la bonne excuse du cycle de la vie. Et évidemment le méchant est communiste.

Maintenant, quand vous verrez le Roi Lion, vous saurez. Et savoir, c’est déjà la moitié du chemin de faite.

 

3 commentaires

  1. Je l’ai toujours dit que Scar c’était un révolutionnaire alors que Mufasa et son droit d’ainesse n’avaient le pouvoir que parce que leur système était une monarchie obsolète!
    Jme sens comprise! *_*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>