Comment faire semblant que tu t’intéresses à l’Euro de football alors qu’en fait non

Par • 10 juin, 2012 • Catégorie: Connards ordinaires, en une

Ca y est, c’est l’Euro. Après nous avoir soûlés avec des types qui tapent dans des balles jaunes avec des raquettes et SANS RAISON pour au final voir comme d’hab le même espagnol gagner (je m’en fous je pronostique, je réécris pas l’article si ça a changé), on va maintenant nous prendre la tête avec des types qui tirent dans des ballons bien gonflés sur des terrains pleins d’herbe en Pologne et en Ukraine pour au final voir l’Espagne gagner, comme d’hab aussi. Quand j’ai dit ça à mon coloc, il est devenu tout vert. J’ai cru qu’il allait me « défoncer ma petite gueule de snob », mais en fait non, il m’a juste FORTEMENT INCITE à ne plus avoir cet air sarcastique qui lui gâcherait son Euro.

J’ai donc décidé de faire semblant de m’intéresser à fond à ladite compétition, et pas seulement pour mon coloc. C’est également dans un souci de socialisation, puisque c’est là le sujet de discussion à avoir avec tout le monde ces temps-ci, histoire de ne pas passer pour snob. Ô grand Dieu non, tout mais pas ça.

 

J’ai pour ma part énormément de mal, d’abord, à accorder un quelconque crédit à des commentateurs sportifs quels qu’ils soient (MAIS surtout les footeux quand même), pour la simple et bonne raison que ceux-ci ne maîtrisent que très rarement le subjonctif. Et quoi de pire que quelqu’un qui ne maîtriserait pas le subjonctif ?! Erreur, vous passeriez pour snob. Trouvez-vous d’autres arguments pour détester Lizarazu et sa bande. Exemple : « ILS SONT TROP PAS OBJECTIFS », voire un petit « Qu’est-ce qu’il y connaissent au football, SERIEUX ?! » qui fonctionnera à tous les coups.

Cacahuètes bien grasses, bières pré-décapsulées, télécommande et écharpe de supporter si vous êtes un warrior, vous êtes fins prêt pour le coup d’envoi. Il est quelques phrases-clés à placer à tout prix lorsque vous voulez faire semblant de vous y connaître en football devant vos potes, et même de vous y intéresser :

- « HORS JEU PUTAIN ! »  Celle-ci est un classique. Il vous faudra la sortir à chaque grosse action de l’équipe que vous n’êtes pas sensé supporter (ne prenez pas de risque, supportez toujours la même équipe que vos hôtes). Le supporter de football est extrêmement de mauvaise foi.

- « ARBITRE DE MERDE. » Il faut toujours rejeter la faute sur le mec au sifflet. A la moindre chute d’un joueur, au moindre carton sorti, à la moindre touche sifflée, cette phrase sera la bienvenue pour vous attirer la sympathie de vos fanatiques hôtes.

- « DONNE TON BALLON ! » J’ai appris celle-ci à force d’expérience. Le supporter incite toujours à l’altruisme sur le terrain. Il est un individu fédérateur, probablement mélanchonnien, même. Son kif, c’est d’inciter les joueurs à se faire des passes, et pourquoi pas à se donner la main pour un monde meilleur, mais j’extrapole.

- « Ce joueur, il est trop con en interview. Non mais je te jure, tu l’as déjà entendu parler ? » Là, vous ne risquez rien.

 

Le match avance et les esprits s’échauffent, évidemment. Chacun supportant son équipe, et le hasard faisant 40% du résultat (oui, je le pense sincèrement, lâchez-vous dans les commentaires), tout le monde est souvent assez déçu. Sachez vous énerver, vous agacer, sortir de vos gonds. Les arguments ne sont jamais bien folichons, la meilleure solution c’est de prendre un joueur en grippe et d’agrémenter chacune de ses possessions de balles d’un petit « Non, faut pas la passer à lui, les mecs ! ». S’il ne fait pas de connerie, vous vous arrêtez là, sinon vous insistez.

En ayant bien lu ces quelques lignes, vous aurez les armes pour devenir un faux vrai supporter. N’ayez aucun scrupule, aucune honte, sachez que les footeux sont souvent crédules et seront de toute façon heureux de trinquer avec vous. Soyons tolérants, prenons ces quelques jours… quoi ? Semaines ? Putain… Prenons ces quelques semaines comme une trêve entre footeux et non footeux. Nous n’y trouverons certainement que peu de satisfaction personnelle, mais là n’est pas l’objectif. Socialisation, socialisation. Et disons-nous que ça pourrait être bien pire, qu’on pourrait tout aussi bien nous poser cette question de merde inhérente aux footeux lorsque les beaux jours reviennent.

Marqué comme: , ,

est un sacré connard. Mais c'est la faute de ses parents. Il écrit plein de textes sur www.cinematraque.com. Vous y êtes les bienvenus.
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Une Réponse »

  1. Ca va durer longtemps, tu crois ?

Laisser un Commentaire

*

Twitter Users