Virgin Suicides.

Un verre de lait, plutôt ?
Un verre de lait, plutôt ?

Pendant que le Festival de Cannes bat son plein, La Preuve Par MoiJenesuispasblogueusedemodemaisjaidesgrosseins et LGoldo vous concoctent un petit Festival de cum ou 3 jours/3 billets qui porteront exclusivement sur le gluant et trop peu débattu sujet qu’est l’éjaculation faciale. Aujourd’hui c’est La Preuve Par Moi qui s’y colle. A relire, les articles sur le même sujet « Ejac’ et mat » et  « L’éjaculation faciale n’est-elle réservée qu’aux tromblons ? ».

Je vais pas vous mentir, le sujet de l’éjaculation faciale, j’en ai un peu rien à foutre (vous l’avez ?). Parce que mon problème avec l’éjac faciale, c’est que personne veut jamais m’en faire. En réalité, je m’en moque, parce que tout le monde sait que le sperme – comme le champagne – est mauvais pour les cheveux, ça les rend gras PUIS secs et que je me fais pas chier à faire des soins à la kératine à 120 balles pour niquer le bénéf.

J’évite donc précautionneusement les champagne showers et les éjac faciales.

Mais depuis cet épisode de Nip/Tuck où Julia commercialise de la crème au sperme qui rajeuniraient, moi j’ai quand même vachement envie qu’on me fasse perdre 5 piges.

Y’a deux trucs que les mecs ont toujours refusé de me faire, c’est me cracher sur la gueule et me cracher dans la bouche.

J’avais demandé à l’Ex #1, offusqué, il m’avait hurlé dessus, au resto, devant une pizza aux truffes dont l’onctuosité n’était pas sans rappeler le sujet de la conversation.

– Nan mais, on est pas dans un porno, on vit ensemble, je te respecte, je vais pas te tartiner le visage.

– Imagée cette métaphore, tiens. 

– T’es la mère de mes enfants, je ne t’infligerais pas ça…

– On a pas d’enfants, on a un stérilet domestique.

– Mais un jour on en aura, non ?

– La réponse est dans la question : non.

On a jamais fini la pizza, on a jamais eu d’enfants, on s’est séparés et on a jamais rien tartiné ensemble. Pas même des Krisprolls, rapport à la métaphore.

J’avais demandé, aussi, à l’Ex #2, ce qu’il pensait de l’éjaculation faciale et/ou buccale. Ca l’avait pas plus traumatisé que ça comme question mais il avait un avis plutôt tranché sur la question.

– Moi, je m’en branle, tant que tu m’embrasses pas après.

J’avais pas osé relever le choix judicieux du champ lexical.

Mais, plus tard, il avait soulevé un point intéressant du débat : il préfèrait finir son bordel en moi parce qu’ainsi, je lui appartenais. L’échange des fluides t’as vu. Moi je voyais plutot le Sida, mais bon.

On en a jamais reparlé, on s’est aimés, on s’est séparés. Et j’étais toujours pucelle de la gueule.

Ce qui est drôle, c’est qu’hormis ces deux mecs, j’ai toujours savamment esquivé l’éjac faciale. J’ai eu plein de plans culs irréguliers qui se seraient fait un plaisir que je me gargarise de leur semence ou que je m’en fasse un masque anti-âge. Mais je doute qu’il y ait du Q10 là dedans.

Le coup d’un soir, c’est un petit fils de pute traitre. Comme il a peur que tu lui fasses un enfant dans le dos (bah ouais, moi j’aime jouer avec le feu, mon film préféré c’est Point Break), il préfère que tu le finisses à la bouche. Comme ça, il peut déverser son foutre dans ta gorge ou sur ta gueule, sans aucune peur, ni angoisse, ni anxiété.

Connard, va. A force de s’abreuver de porno à raison de deux vidéos intitulées « Look how I cum all over that whore’s face » par semaine, ce genre de mec a totalement oublié qu’on vivait pas au pays de YouPorn.

Pour esquiver l’éjac’ faciale, j’avais mis au point un stratagème bien rodé. Ca donnait à peu près ça :

Esquive rotative librement inspirée de Matrix Reloaded

C’est technique, mais ça détend les lombaires quand ça fait 20 minutes que tu suces. Faut pas sous-estimer les bienfaits du yoga bikram artisanal.

Quand je questionne mes copines, elles sont stupéfaites. Je peux comprendre, quand ton unique activité professionnelle est blogueuse baise, ça surprend toujours quand t’avoues qu’on t’as jamais peinte en monochrome. Elles m’ont toutes répondu d’un mou « bof, ouais c’est un truc lié à l’humiliation, moi je préfère qu’on me fasse l’amour à la lumière des bougies. Les corps ondulent, les mots se perdent, les souffles sont courts… » 

Ouais, moi j’aime la baise sale en levrette, j’aime qu’on me tire les cheveux et qu’on m’attache aux montants du lit. Alors la lumière ondulante des bougies qui se perdent, J’M’EN TAPE.

Je me suis résignée. Un jour, je pourrais fièrement dire à ma fille : « Tu sais, Princesse, faut pas faire n’importe quoi avec les garçons, il faut que tu les aimes et qu’ils te respectent. Maman, par exemple, a TOUJOURS REFUSE l’éjaculation faciale avec FERMETE ».

Que personne ne lui raconte mes orgies romaines, hein.

 

 

5 commentaires

  1. Pas de bisou après une pipe? Et après le cunni non plus alors?

    L’ éjaculation faciale, pourquoi pas! Le petit problème étant peut-être l’ image « sociétale » des femmes que les gens reçoivent. La plupart des vidéos de fesse sont sous-titrées avec les mêmes mots: Salope, pute, chaudâsse, enfin si certaines nanas s’en foutent tant mieux pour leur(s) partenaires mais toutes les femmes ne se sentent pas nécéssairement salope ou pute, chacun(e) ses délires.

    Je n’ai jamais vu de trucs équivalents pour les mecs… Ou alors, je suis aussi une salope(pasque salaud on l’utilise autrement)!

    Merci pour vos reflexions, votre humour et votre sérieux aussi, hein?

    Oh, plaisir!

  2. C’est un tantinet hors sujet, mais l’esquive rotative vient du premier Matrix, et non de sa suite (dès la fin du premier, Néo parvient à stopper les balles en les fixant avec fermeté du blanc des yeux).
    Mais merci pour ces éclaircissements !

Répondre à Cxmpxte Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*