Élections municipales : 5 choses en vrac qui m’hérissent le poil.

Une affiche électorale qui donne envie.
Une affiche électorale qui donne envie.

 

Coincée entre le premier et second tour des élections municipales, je ne vous cache pas que cette semaine à forte teneur politique me fut des plus pénibles à vivre. Ou à subir devrai-je plutôt dire.
Le flot incessant des conneries débitées sur les divers réseaux sociaux, par les médias ou dans la rue met ma patience à rude épreuve, voire même provoque en moi des reflux de glaires haineuses.
Pardonnez-moi mais tampon sur la Garonne, mes règles sont imminentes.
Cinq choses en vrac qui m’hérissent le poil :

1- La presse qui se gargarise en force et tambour battant de LA MONTÉE EN PUISSANCE DU FN. (musique très inquiétante)

Et qui lui offre par là-même, la plus belle des tribunes.
La peur fait vendre, tu comprends bien.
Avec tout le vacarme fait autour de cette MONTÉE EN PUISSANCE terrifiante, martelée jusqu’à plus soif, on en oublierait presque de se pencher un peu sur les chiffres de ce premier tour : dimanche 23 mars 2014, 36 681 communes ont voté pour élire leur maire. Une (UNE bordel de merde) a élu un maire frontiste au premier tour (Hénin-Beaufmont) et 325 autres communes ont offert un ballottage au Front National. Soit 0.89 % des communes françaises versent MASSIVEMENT, PUISSAMMENT, VIOLEMMENT dans l’extrême droite. Calmons-nous, calmons-nous un peu. Est-ce que ce score micro-faramineux mérite un tel tapage médiatique ? je nous le demande. Ne serait-il pas plus judicieux que cette presse affamée de sensations fortes et de profits juteux ferme un peu sa grande gueule, laisse ce parti venteux parler, laisse sans faire bruyamment diversion, les gens BIEN les écouter puis en rire ou croire qu’expulser une poignée d’arabes hors de nos frontières remettra le pays à flot ?
Les plaies toujours, d’une presse à vocation non pas informative mais férocement mercantile.

2- Ces politicards que l’orgueil dévore.

Je veux parler de ces hommes politiques qui l’ego démesuré et la gloriole surexcitée, refusent au second tour de se désister ou de se rallier à d’autres, soit de sauver ce qui peut encore l’être. Mais tu te crois où mec ? Dans une partie de Monopoly ? T’as pas légèrement oublié que l’enjeu primordial ici n’est pas ta petite personne bouffie de vanité mais le devenir d’un pays tout entier ? Est-ce là un comportement exemplaire, signe de dévotion et d’abnégation au bénéfice de ta patrie ? Je ne crois pas.
Je ne résiste pas à la tentation d’accoler à ces derniers les cumulards, le souci de fond étant finalement identique ; une mégalomanie exponentielle et de débordantes prétentions. Je suis désolée, vraiment désolée, tu peux te rouler dans la coke tout autant que tu veux, cela ne décuplera que l’arrogance de tes ambitions. Une chose bien faite, c’est une chose à la fois.

3- Les tanches « Célafota ! »

Tu n’as pas réussi à faire caca ce matin ? C’EST LA FAUTE À HOLLANDE !
Ton aspirateur est tombé en panne il y a 3 ans ? C’EST LA FAUTE À SARKO !
Nous sommes tous quotidiennement confrontés à ce genre de raisonnement absurde. Le « célafota » toujours très énervé contre le gouvernement en place ( peu importe lequel) et bien souvent doté de trois neurones qui se battent en duel, pullule par tous les temps mais force est de constater que la recrudescence de ces agités du bocal est tout particulièrement virulente en période électorale. Comme un réflexe de Pavlov pour s’éviter une introspection trop douloureuse, un mantra répété jusqu’à l’obsession « CélafotaCélafotaCélafota… ». Allons les enfants allons, un peu de responsabilisation, de maturité et de discernement, NON tous les malheurs du monde ne sont pas imputables au Gouvernement.

4- Ceux qui pensent sincèrement que ces élections vont radicalement changer leur vie.

Ceux là ne m’inspirent ni haine, ni agacement juste une immense perplexité.
Un peu de jalousie aussi. Tant d’optimisme en ces temps de crise planétaire, n’est-ce pas presque indécent ?
C’est con à dire hein, peut-être même cruellement défaitiste mais personnellement j’attends bien plus de bonheur du plant de tomates que je viens de mettre en pot ce matin sur ma terrasse que de Jean-François Copé ou Ségolène Royal. (pour ne citer qu’eux)

5- Le jeune qui s’insurge sur son compte Facebook mais qui ne va pas voter.

Si tous les jeunes qui ont posté la vidéo des Bérus « La jeunesse emmerde le Front National » s’étaient donnés la peine d’aller voter on n’en serait sûrement pas là. Avant de vouloir refaire le monde, commence déjà par apprendre à faire tes lacets. Tu sais, moi aussi je suis allée voter en traînant des pieds, les convictions en berne, un vote chagrin, de résignation, juste pour sauver les meubles. Moi aussi j’ai la sale impression d’une politique véreuse, gangrenée par la corruption et les scandales, avide de profits personnels mais j’irai quand même voter, voter pour les moins pires.

.
.

 

7 commentaires

  1. 1- Si le programme du FN se limitait à jeter dehors quelques arabes, tout ministre de l’intérieur aurait sa carte au FN. Révise un peu et adapte-toi aux nouveaux discours du FN, qui ne séduit pas de nouveaux électeurs sur ses programmes de 1980 !

    2- Tu te plains des gens qui ne se désistent pas mais qui devraient le faire car l’enjeu c’est « le devenir d’un pays tout entier ». Rien que ça putain ? Wouah c’est sur que Gugus élu au lieu de Machin ça va changer la France à jamais ! Et si tu penses à cette connerie de front républicain, je te renvoie à ton introduction : ça concerne 0,89% des communes françaises, et ça changerait le devenir du pays ?

    3- Enfin le point sur les gens qui pensent que les élections ça va changer leur vie. Disons qu’il m’a bien fait rire vu que tu affirmes que l’élection d’un péqueneau ici ou là changera le devenir du pays tout entier !

    4- Voter pour les moins pires ? Histoire que ça continue et que tu puisses continuer tes petits combats pseudo-militants et tes coups de gueule bien pensants. Bah continue hein ! Amuse-toi ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>