Comédien de doublage, un métier pas facile (bordel).

IMG_4738

Je fais du doublage. Alors ne t’excite pas sur ta chaise, ce n’est pas mon full-time job, non je ne sais pas imiter Mickey. Moi qui pensait avoir une voix de fumeuse aguichante et chaloupée, je double depuis quelques années dans des films et séries d’animation, cible 3-16 ans. Pas glamour hin.

Le doublage, c’est une histoire humaine, c’est un job (presque) comme les autres, ce sont les blagues de cul que tu fais à la pause café, sauf que tu le fais avec un chauve bedonnant qui à la voix de Jeff Goldblum, c’est fun.

Sauf que le doublage est un job méconnu et qui inspire souvent le mépris. Et ça, mes amis, c’est une véritable injustice.

Déjà c’est un métier où, comme dans tous les métiers de l’audiovisuel, il y a très peu de place. Des “grands doubleurs”, c’est à dire des voix rattachées à des “staaaaars of Hollywood”, il n’y en a grosso modo qu’une centaine en France.

Après il y a des voix additionnelles, qui font sur un épisode environ quatre personnages différents en background, et qui sont payés une misère (je m’y inclus, tu l’auras compris).

C’est un métier où tu es intermittent du spectacle, donc considéré comme marginal de la société actuelle avec aucune sécurité de l’emploi.

Ensuite, non il ne suffit pas de savoir lire et réciter pour doubler. Ce n’est pas parce que tu étais bon en lecture de texte au collège que tu peux doubler. D’ailleurs le mot “doubleur” n’existe pas, c’est “comédien de doublage” parce que oui, si tu dois doubler un personnage pauvre et orphelin, faisant parti d’un gang, qui s’est pris une balle dans les testicules suite à une bagarre à propos du viol de sa copine, il faut savoir l’interpréter. Le fameux sourire qui s’entend au téléphone, c’est ça. Regardez les biographies wikipédia de certains doubleurs, beaucoup font du théâtre, ils sont comédiens. CQFD.

Doubler c’est usant. C’est être rejeté à des castings, c’est travailler non-stop toute une journée. En doublage, tu parles (joue) sans cesse (et parfois en jouant un texte qui ne te plaît pas), on te reprends 4-5-6 fois de suite sur un mot parce que “tu dois aaaaaaallonger la syllabe”, tu entends des “fait moi ressentir ton dégoût, n’oublie pas que Stéphanie couche avec ton frère”, … c’est chiant.

C’est également un travail d’équipe, quand tu doubles une conversation à quatre et que Jean-Jérôme se gourre à chaque phrase, c’est toute une séquence à recommencer. Donc si tu n’as pas envie d’avoir tes pneus crevés à la sortie, tu fais un effort, comme tout le monde.

 IMG_4744

Alors évidemment, les “grandes voix” cités précédemment vivent bien. Mais si on regarde de plus près, le doubleur de Robin Williams se sent bien penaud en ce moment (et attristé surtout, on s’attache vite à une voix après des années de doublage).

De même, postuler au pôle emploi en tant que comédien de doublage… T’as compris hin.

C’est également pour cette raison qu’un comédien de doublage, rattaché à une célébrité, est obligé de vivre en produisant d’autres prestations de doublage si son acteur est plus aussi productif qu’avant. C’est pour cette raison qu’on retrouve parfois des voix qui nous semblent familières à la radio, en habillage sonore à la TV, …

Qui n’a jamais remarqué que la voix off de Danse avec les stars est identique à celle d’NRJ, qui elle-même est identique à celle de Buzz l’Eclair, qui elle-même est identique à celle d’Harrison Ford, et qui…. CQFD bis.

Cela reste un job merveilleux où se succèdent tranches de rigolades, et vertiges professionnels lorsque l’on se rend compte de la chance qu’on a de prendre part à ce qui sera peut-être le prochain gros hit au cinéma/TV. A moins que celui-ci ne le soit déjà -par l’intermédiaire du piratage- en version originale sous-titrée… Ce qui est désormais le problème des sociétés de doublage. Idem pour les dialogues parfois mal traduits, qui « tue » la VF.  Sauf que l’on touche un autre corps de métier, celui de traducteur donc on mélange pas tout (mais un peu de tolérance, c’est chaud parfois de traduire des blagues culturelles vers un autre pays).

Et n’oubliez pas qu’il y a des majors et grosses sociétés de prod’ en haut de la chaîne qui ont tendance à penser fric avant tout.

Allez, soyez honnêtes, on a tous nos petits souvenirs en VF, la voix juvénile de Leo, ou encore « Lieutnant Daaaaaan » de Forrest Gump… 

Bref, on s’entend bien, ça gagne, mais comme je le disais, c’est précaire. C’est un vrai boulot où il faut cravacher dur pour y arriver. Où il faut donner de l’énergie, de l’émotion, de la patience, du temps, et se sortir un peu les doigts du Q.

Dans le fond je ne me plains pas, mais comme dit précédemment si tu as tout lu (bisous) 1 : ce n’est pas mon full-time job 2 : ce n’est pas pour rien si je double des séries pour enfants. CQFD.

Ok ce n’est pas le métier le plus difficile au monde, mais que justice soit rendue à ces comédiens qui ont un véritable talent que l’on ne voit pas toujours.

Pour participer à la reconnaissance de ce merveilleux métier, doubleurs de tous les pays, unissez-vous.

4 commentaires

  1. Bonjour !
    Je ne souhaite aucunement porter atteinte aux comédiens de doublage. Mon plus gros problème aujourd’hui, ce sont les séries américaines notamment, où le doublage est parfois affreux. D’ailleurs, je pense que c’est probablement la cause d’un mauvais casting. Je préfère aujourd’hui regarder en VO ou VOST(fr parfois) pour garder un niveau d’anglais et aussi pour éviter parfois des doublages qui m’enervent au plus haut point. La plupart du temps c’est à cause d’une seule voix totalement à l’ouest par rapport au personnage… Beaucoup trop aiguë, beaucoup trop « pétasse » … Alors que le personnage ne l’est pas.

    Bref, bon courage pour ce métier difficile, surtout quand des gens comme moi préfèrent les VO :/

    1. Tu as tout à fait raison.
      Une des principales raisons de ces faiblesses de doublage, c’est…le temps ! (l’argent). La « cadence » demande l’excellence, et elle n’est pas forcément toujours au rendez-vous!
      Cordialement,
      Jean-Pol

  2. bonsoir

    je souhaite faire une série en stop motion sur internet (pas juste youtube à cause des droits d’auteurs et des nouvelles règles à la con) et je souhaiterai le moment venu avoir recours à des doubleurs (particulièrement guillaume orsat et patrick béthune)

    comment je peux m’y prendre?

  3. Bonjour Mme BRETON,

    Je suis un passionné de cinéma depuis que je suis petit et j’aimerais en faire mon métier. Je suis jeune (20 ans bientôt 21), je ne suis actuellement aucun cursus et je suis mobile. Pensez vous pouvoir m’aiguiller vers de bonnes formations ou de bons studios de doublages voire même vers d’autres personnes susceptibles de m’aider ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*