Capture d’écran 2015-07-24 à 10.46.12

Amy, ennemie

Chère Amy

Ca fait quatre ans que tu es partie. je m’en souviens précisément grâce à Facebook qui a créé une nouvelle fonctionalité qui nous montre ce quon a posté à la même date les années précédentes. En général je ne poste pas grand chose à la mort de quelqu’un. Soit une bonne blague me vient en tête. La j’étais assez triste pour ces chansons que tu n’écriras pas,  celles que tu ne chanteras pas et celles que tu ne chanteras plus.  J’avais relayé cet excellent article de jewpop http://www.jewpop.com/ils-sont-partout/amy-winehouse-mort-dune-jewish-soul-princess/

J’étais quelque part aussi heureux pour toi. ta mort signait la fin des souffrances aussi.  Quel tristesse d’en arriver la. Mais sans cette tristesse et cette détresse aurais-tu pu composer de si belles chansons.  Probablement pas.  Dans la culture juive, que nous partagions on utilise le mot פּטירה (ptira) qui  signifie être libéré, délivré, acquitté. Je préfère ce mot à mort.

Je parle de toi aussi cette année parce que j’ai eu la chance de voir un documentaire sur toi sous la nef du grand palais au moins de juin dans ce qu’on appelle le Cinema Paradisio après un cours de danse, un sandwich bio sans gluten, une bière ( avec alcool dieu merci).A la tienne…

Amy, si tu nous regarde…. Grand biopic documentaire. (Qui met pas vraiment de bonne humeur)

Une photo publiée par Jeremysahel (@jeremysahel) le


J’aurais tellement préféré t’écouter chanter dans ce lieu magique. et je t’ai vu et écouté tandis que le soleil se couchait.

Adieu Amy.

 

Je n’ai pas réfléchi très longtemps avant de choisir cette forme  c’est venu tout seul pour cette première partie.  je passe à la seconde partie en abandonnant cette forme.

Je parle de ce lieu c’est  parce que quand on est invité il faut remercier mais aussi parce que l’ expérience de voir un film n’est pas la même chez soi, au cinéma,au festival de cannes ou au mk2 Paradisio.  Voir le soleil se coucher tout en voyant Amy décliner ce n’est pas simplement une métaphore facile c’est une sensation. Une expérience de spectateur pourrait t’on dire.

Le film m’a beaucoup touché.  j’ai été réalisateur de documentaires. Je pense sans fausse modestie que je n’étais pas plus mauvais que les autres. Loin certes des meilleurs mais au dessus du panier de la majorité. Après avoir perdu de l’argent sur chacun de mes documentaires j’ai fini par arrêter. Ce n’est même pas le problème de perdre de l’argent c’est de passer un an ou deux sans en gagner. Parce qu’un bon documentaire c’est minimum un an de boulot. Certains réalisateurs tv arrivent à en faire à 5 par an. Ce qui explique que je n’arrive pas à en regarder beaucoup. Fin de la digression

Amy est un excellent documentaire, Et cela selon moi grâce à son parti pris radical. Le réalisateur a choisi de s’appuyer sur beaucoup d’archives. c’était la grande époque des camescopes et des formats docu réalités de merde on dirait donc les archives ne manquent pas. Il s’appuie aussi sur des images de paparazzis mais elles sont si bien choisies qu’on a l’impression que le cameramen filme les paparazzis sans forcément en être un lui même.

Tout les témoignages sont enregistrés au son. On aurait tous envie de voir la tête de Blake ( son amoureux) d’aujourd’hui  mais nous ne la verrons pas dans ce film.  aucune image de ce documentaire n’a été filmé pour ce documentaire. A part quelques plans de la rue ou elle est décédée.   Bravo au réalisateur Asif Kapadia, à l’ensemble des producteurs et distributeurs. le contenu du film, l’histoire qu’il raconte je vous laisse la découvrir. C’est histoire d’une jeune fille puis d’une femme géniale qui n’en restait pas moins une femme.

Amy est encore en salles bande annonce:

Capture d’écran 2015-07-24 à 10.46.12

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>