L’éjaculation faciale n’est-elle réservée qu’aux tromblons ?

Os de vache.
Os de vache.

 

[Pendant que le Festival de Cannes bat son plein, La Preuve Par Moi, Jenesuispasblogueusedemodemaisjaidesgrosseins et LGoldo vous concoctent un petit Festival de cum ou 3 jours/3 billets qui porteront exclusivement sur le gluant et trop peu débattu sujet qu’est l’éjaculation faciale. Aujourd’hui c’est LGoldo qui s’y colle.  A suivre, les articles sur le même sujet de Jenesuispasblogueusedemodemaisjaidesgrosseins et La Preuve Par Moi.]

 

L’éjaculation faciale n’est-elle réservée qu’aux tromblons ?

Je pose la question.

Mais en vrai, j’ai déjà ma réponse.

Et j’ai bien conscience, qu’elle risque de ne pas faire plaisir à tout le monde.

Enfin bon, je ne suis pas là pour te sucer dans le sens du poil, ni pour devenir ta meilleure pote, on va donc arrêter les papouilles dans le dos et touiller un peu dans le sujet qui fâche. Aujourd’hui, plus que le plaisir subtil d’un pouce bien mis, j’ai surtout furieusement envie de malmener quelques tabous.

Mes supputasseries s’appuient sur du concret, du vécu, mais aussi sur un solide sondage effectué sur un large panel de 53 kilos : moi. Elles sont donc, bien évidemment, irréfragables.

La première fois que j’ai entendu parler d’éjaculation faciale, je devais avoir 15 ans genre. A cette époque, j’avais une bonne copine, très sympa mais aussi très ingrate ; courte sur pattes, le cul qui frôle dangereusement le bitume, des tous petits pieds, des toutes petites mains, un tronc anormalement allongé et posée sur tout ça, une large face en permanence hilare, les narines dilatées, les yeux excessivement écarquillés. Une sorte de petit poney magique, en somme. Cependant, aussi étrange que cela puisse paraître, cette meuf était chaude comme une baraque à frites et enchaînait les mecs, les uns derrière les autres. Tu sais, y en a toujours des comme ça chez les ados, des vilaines qui n’ont pas froid aux yeux, des cageots qui ont compris qu’elles avaient plutôt tout intérêt à agir vite avant que la concurrence ne soit trop rude et le marché totalement saturé. Prêtes à tout pour se caser, elles tombent la culotte sans rechigner et ce, pour le plus grand bonheur de jeunes puceaux en proie au chaos hormonal. Bref, revenons à notre petit poney fougueux. Lundi matin, au fond d’une salle de classe, elle et moi nous faisons le compte-rendu de nos week-ends respectifs et alors que je venais à peine de finir de lui narrer la fête formidable donnée en l’honneur des 80 ans de ma mamie, voilà t-il pas qu’elle m’annonce, droit au but : « j’ai niqué avec Fred samedi soir. » Il faut savoir que Fred, pâle copie de Johnny Depp, est LA bombe atomique du bahut, LE mec que toute meuf vaginalement constituée rêve de fourrer dans son plumard et le gredin ne se prive pas de tirer sur tout c’qui bouge. Elle ne m’a épargné aucun détail de cette baise scabreuse, je me rappelle encore de ses chuchotements gluants, du tippex qu’elle s’était foutu par inadvertance sur le menton et ma difficulté à réprimer un frisson de répulsion quand est arrivé le bouquet final de son récit : Cum on her face. J’ai rien trouvé de mieux à lui répondre qu’un pragmatique : « Mais mais… sur tes lunettes ?? »

Les mois ont passé, moult bites nouvelles ont défilé entre les cuisses de ma pote bouillante et ma passion pour 21 Jump Street aidant, j’ai fini par céder aux avances patientes et enfiévrées du geyser fou, DU FAMEUX FRED. Autant te dire tout de suite qu’avec moi, ça n’a pas vraiment été la même ; j’avais la culotte solidement arrimée et je suis restée inflexible face à mon sacro-saint principe « pas avant 16 ans. » Il a attendu presqu’un an. On peut être vraiment crétin quand on est amoureux, tu sais. Un jour n’y tenant plus, nous avions alors (enfin) une vie sexuelle épanouie et des discussions sans tabou, il m’a fallu remettre sur le tapis l’anecdote de la giclée faciale infligée à petit poney magique. Il ne s’en souvenait même plus cet enculé, « Rhoo ça va, j’étais bourré » m’a t-il expliqué, impassible. J’ai pas lâché l’affaire, je voulais savoir, je voulais comprendre, je suis une meuf quoi. « Mais à moi, tu me le ferais ça ? T’aurais envie de me le faire ? » j’ai demandé. Il s’est alors subitement redressé, a planté ses yeux dans les miens et m’a répondu « je ne pourrai jamais faire ça sur ton joli visage ». Note cette façon subtile de s’envoyer des pots de géraniums mais pourtant je n’invente rien, c’est mot pour mot ce qu’il m’a dit.

Quelques années plus tard, j’ai rencontré un autre gars -je parle ici de mes histoires de coeur hein- on était jeunes, on était cons, on s’est mariés. Et l’inévitable question de l’éjac’ faciale a refait son apparition. Je ne me souviens plus trop des circonstances, juste que nous venions de voir sur internet la vidéo d’une meuf, la gueule dégoulinante de foutre. J’ai réitéré : « Tu voudrais pas m’le faire, ça ? » il s’est lentement tourné vers moi, m’a regardée comme si je lui avais demandé l’autorisation de lécher les couilles de son meilleur pote et il m’a répondu, au bord du malaise vagal : « Mais ça va pas ? T’es ma femme, je te respecte ! » Et pourtant, c’était pas un frileux de la bite, crois-moi.

Aujourd’hui, toujours pucelle de la che-tron et forte de l’enseignement des burnes qui ont traversé ma vie, je m’interroge : y a t-il des gueules qui « méritent » plus que d’autres le crachat des trompettes ?

Soyons objectifs, j’écris ce billet avec mes neurones et non pas ma vulve énervée, se prendre un vieux fond de Yop en pleine figure n’a rien de bien jouissif pour la dite figure. J’entends déjà les grognements au loin « et donner du plaisir à l’autre, tu sais c’que ça veut dire, sale égoïste ?! » Oui bien sûr et je sais sucer et avaler par altruisme amoureux, par exemple. Derrière la pipe, il y a quelqu’un d’actif, la volonté d’une personne à part entière d’amener l’autre à l’orgasme (dans le meilleur des cas) la pipe se fait à deux alors que l’éjaculation faciale ne requiert qu’un simple « support ». Tu la saisies la nuance ? Tu peux cum shoter ta meuf ou ta table de chevet IKEA, c’est toujours un peu la même histoire.

Par ailleurs, et là je parle en toute sincérité, je ne fais pas partie de ces meufs qui se sentent obligées de se fabriquer une image de chagasse décomplexée pour attirer l’attention, je ne peux m’empêcher de voir dans le ravalement de façade séminal, un désir sous-jacent d’humiliation. Je ne m’explique pas très bien cette impression fugace mais persistante, je constate juste qu’une éjaculation sur le rebondi d’une paire de fesses, une poitrine, un ventre ou le fond d’une gorge ne me pose pas d’problème, sur un visage, si. Va t-en savoir pourquoi.

Alors, dis-je tout haut ce que beaucoup pensent tout bas ou suis-je juste une psychorigide de la culotte, une chaudière moralisatrice, dans ce monde si cool, tellement détendu du gland et du clito ? On peut en débattre jusqu’à c’que mort s’ensuive, si tu veux.

Et juste une petite chose pour finir, moi après une bonne baise, j’ai beaucoup d’envies ; recommencer, fumer une clope, bouffer un truc ou dormir mais sûrement pas celle d’aller me laver les cheveux. 

@LilasGoldo

21 commentaires

  1. Marrant les mecs. Comme l’impression que tu as rencontré 2 petits hypocrites. En ce qui me concerne, la faciale est plutôt réservée aux jolis nanas avec qui je sors. Les tromblons c’est : allez hop, vite fait bien fait pour l’hygiène.
    Pourquoi cette pratique ? Disons, déjà, qu’en one to one il n’y a pas une seule pratique qui me soit inconnue (hors uro, scato). Cela permet de varier les plaisirs, les excitations. Tu parles d’humiliation. Non, il y a un côté soumission assumée, comme d’autres actes un peu olé olé (menottes dans le dos, masque sur les yeux….).
    Ce qui compte dans le sexe, c’est que les 2 partenaires prennent leur pied, que ce soit en missionnaire ou en sodo-levrette-cravache. Dans ce domaine, difficile de juger les pratiques des autres.

  2. Je ne m’étais jamais posé la question… très sincèrement, ce n’est pas une demande qu’on a exprimé à mes côtés avant la vingtaine bien passée… Et à chaque fois que ça a été évoqué, c’était par mon mec du moment. Pas un type comme ça, mon mec, partie intégrante du couple dans lequel j’étais.
    Et le premier s’est toujours pris la même réponse (et c’est là que je te rejoins) : c’est dégradant, c’est humiliant. D’autant plus qu’on leur donne déjà les autres parties de notre corps. Le deuxième a eu droit à la même réponse mais ça nous est déjà arrivé entretemps, par accident (si, si, je t’assure). Et il s’est excusé mille fois, moi j’ai ri de sa réaction. Mais ça n’a pas changé l’aspect du truc dans ma tête. Je ne comprends pas que ça les excite, et c’est ma limite.
    P.S : je ne pense pas que veuille dire que je suis un tromblon. Juste que c’est un des kiffs des mecs sur qui je tombe.

  3. J’ai passé un bon moment en lisant cet article et j’aimerais apporter ma petite contribution car sa conclusion m’a laissée perplexe.
    Bon tous les mecs ne sont pas super malins mais dans la question « t’aurais envie de me faire ça ??? » j’ai l’impression que tu induis ton ressenti assez négatif ou dégradant du « ça » et j’imagine mal le mec qui veut te garder dans son lit te répondre « ça m’exciterait grave ! ».
    Pour autant c’est bien de « ça » dont on parle … dans l’acte sexuel la femme est de multiples façons « soumise » ne serait ce qu’en « étant pénétrée » (dans la majeure partie du temps….) Exacerber son sentiment de domination en le laissant éjaculer sur ton visage peut être un jeu sexuel excitant qui ne sera pas plus dégradant à mon sens que de se faire tirer les cheveux pendant une sodomie ou gifler la fesse droite en rythme…
    Tout comme tu peux choisir de pratiquer une fellation bouche ouverte, ta tête entre ses mains et le laisser baiser ta bouche, tu peux décider de te soumettre complètement ou pas.
    Tu peux la jouer regard lubrique ou mieux encore le regard qui dit « tu peux chéri j’aime ça » si le mec sait que dans la vie tu te respectes il n’a pas de raison de penser qu’il commet là un acte dégradant et ça l’excitera d’autant.
    Tu peux aussi positionner ton visage et anticiper la trajectoire afin d’éviter un contact avec tes jolies pupilles ou tes cheveux ; au pire t’auras peut être une ou deux mèches imprégnées que tu pourras rincer à l’eau claire et attendre le matin pour parfaire ton hygiène capillaire… Le cas échéant tu t’essuieras de la même façon que lorsqu’il éjacule sur tes seins ou tes fesses ou que tu te laves les dents après une fellation ; si y a matière à faire un shampoing ça mérite un article spécifique que j’ai déjà hâte de lire !
    Maintenant, tu évoques d’autres façons de faire plaisir à son mec qui pourront amplement le contenter et le consentement des deux partenaires à toute pratique sexuelle me semble essentiel.
    Je pense ainsi à certaines femmes qui n’aiment pas avaler et qui préfèreront jouer la carte intermédiaire de l’éjaculation faciale. Volontairement ou pas d’ailleurs, car en retirant le pénis de leur bouche au dernier moment ça peut aller très vite et à moins d’esquiver façon « Matrix » elle peut avoir à essuyer son beau visage !
    Oui j’ai dit beau car je ne suis sans doute pas la mieux placée pour en juger, mais je me plais à croire que si la fille est moche le mec préfèrera ne pas graver son visage dans son esprit au moment d’éjaculer !
    Après on parle d’un acte un peu en marge des us et coutumes dont les hommes ont conscience que ça va pas forcément être possible donc c’est plus facile de le tenter avec « le coup d’un soir » qui semble assez débridé, qu’importe son avis sur la question, plutôt qu’avec sa copine qui remettra en cause toutes les bases du respect de l’Autre.
    L’éjaculation faciale reste une façon de conclure une relation sexuelle, c’est assez furtif et sera d’autant plus tolérée que les orgasmes auront été nombreux, à bon entendeur !
    J’espère maintenant qu’il ne s’agissait pas en fait d’évoquer le pauvre gars qui se masturbe un quart d’heure au dessus de ton visage sinon je suis hors sujet !
    Enfin, je pense sincèrement que dans toute pratique sexuelle exécutée avec complicité, il est toujours possible de préserver sa dignité et heureusement !

  4. Je trouve vos 3 réactions très enrichissantes, surtout la tienne Pôline. (j’ai salement tendance à l’a priori mais je ne suis pas bornée hein)
    Je réfléchis au sujet, le tourne dans tous les sens, tente de comprendre mes réticences en la matière et je crois qu’inconsciemment, j’associe un peu trop la pratique à un mauvais film de boules.
    Et s’il y a bien un truc que j’exècre dans les relations sexuelles (et ailleurs aussi, remarque) c’est la non-spontanéité de l’acte, le mec qui se dit en plein ébats « tiens je vais me faire un petit remake des Pénis Flingueurs maintenant ! » ça, je peux pas, je vais le trouver ridicule et ça va me refroidir directos. J’ai besoin de sincérité, les prouesses je m’en fous.
    Après qui sait, peut-être qu’un jour je tomberais sur un mec qui saura « m’apprivoiser » (ou me faire fermer ma grande gueule ) et que j’aimerais ça, va t-en savoir !

  5. Justement pour ça que je l’ai bien pris. Parce que quand c’est arrivé, au final, c’était spontané et pas du tout en mode « aller on va faire notre version d’un film X ». Au lit, il faut se sentir libre et être ouvert d’esprit. Le plus dur reste de s’affranchir des connotations attribuées à ces pratiques 🙂

  6. « Tu la saisies la nuance ? Tu peux cum shoter ta meuf ou ta table de chevet IKEA, c’est toujours un peu la même histoire. »
    C’est exactement ce que ça m’inspire…

    J’ai lu vos trois articles, tous excellent !!! Mais perso, en tant que zom (je crois que c’est comme ça qu’on dit), je n’ai jamais pratiqué, et n’y trouve pas d’intérêt…
    Si encore c’était une formule anti décoloration/péllicule/frisottis et fourches garantie.
    Rocco appellerait ça un lissage italien (ça c’est de l’argument).

    « Vas y chérie, on va tout faire à deux, et je vais finir tout seul, merci d’être venue et d’avoir participer, par contre, prend le paris match et met le toi devant la tête, j’ai toujours réver de lui faire à elle… »
    Non, désolé, moi perso ; pas arrivé par accident, et aucune envie de provoquer…
    ça doit venir de moi.
    Mais merci pour cet excellent moment à vous lire (pas envie de tripler le com) toutes les trois…
    Toujours trés divertissantes

  7. Bon, gode sait que je kiffe les billets de Lilas, mais là putain, je meurs. D’abord, le porno est une conséquence et non une cause. Les scénarios de porno sont toujours à peu près les mêmes parce que c’est ce qui excite le ménager de moins de 50 ans. Le porno ne nous éduque pas, il répond à nos aspirations (haha). Quand je dis « nos aspirations », je parle en termes de parts de marché. L’immense majorité des mecs aiment voir les actrices réduites à l’état de poubelles à sperme pour grosses bites. Un, ça permet de s’identifier à un acteur overmembré et deux ça met en scène la toute puissante virilité du mâle face à la femelle (caricatural, mais c’est voulu). C’est pas pour rien que le monde s’est peuplé à coups de massue sur la tête des femmes au fond de la grotte. Tout ça pour dire, c’est certainement pas un devoir conjugal mais ça n’est pas plus un acte dégradant dicté par le porno. Juste un réflexe provoqué par un pic de testo au sortir d’une bonne partie de jambes en l’air. Il va sans dire qu’avant de se lâcher de la sorte, un vrai gentleman aura pris soin de combler les attentes de sa partenaire. Mais des fois c’est bonnard d’être un gros goret. Comme ma femme lit mes com’ sur ce site, je vais pas tarder à ressentir l’émancipation féministe à 120 décibels dans ma face et la prochaine fois qu’elle m’offrira son doux visage ça sera en 2072. Totally worth it.

  8. Merci Yo !

    Molser, tu causes (toujours) bien et juste mais là, je ne suis pas totalement d’accord avec ta thèse sur le porno. Avant d’écrire ce billet, j’ai fait un mini travail d’investigation sur le sujet et j’ai appris que le cumshot s’est largement répandu dans les films de boule des années 80/90, non pas pour répondre à un réel fantasme mais pour BIEN montrer aux gens que les scènes n’étaient pas simulées et qu’il y avait bien du vrai sperme dedans. (que jusqu’alors on ne voyait jamais ou très peu) Hop une petite giclée faciale pour certifier que « non non c’est pas du cinéma ! »
    Je reste convaincue que c’est l’industrie du X qui vous a collé ce fantasme en tête et non pas l’inverse.
    (Bisous à ta meuf si elle passe par ici 😉 )

  9. Bon, il y a un moment où il faut être honnête, se faire tartiner le minois, le minou et j’en passe, ça n’a rien de jouissif , ok MAIS, c’est excitant ! J’aime bien voir mon mec se masturber devant moi, et me faire asperger ne me dérange en rien, je ne trouve pas ça plus dégradant que de changer les couches d’un nourrisson, j’suis maman de 3 anciennes adorables usines à crottes, donc je sais de quoi je parle ! Ni irrespectueux d’ailleurs, si les deux sont d’accord., et que le mec n’est pas un véritable gros goret tout crade ( hein mon p’tit Molser de mari!)
    Et que cette « pratique » viennent du porno ou non, à la limite, je m’en balance un peu, à partir du moment où mon couple a une vie sexuelle épanouie. Je préfère dire à mon mec ce qui me fait ou ferait grimper aux rideaux et vice et versa, si ça plait tant mieux sinon tant pis, mais au moins c’est dit !
    J’aime beaucoup ton commentaire Pôline, c’est carrément ça.

  10. Je suis bien obligé de reconnaître que ton argument est assez imparable Lilas. Tout juste puis-je suggérer respectueusement (ça la ramène moins, d’un coup) que c’est le public qui était demandeur de cette preuve d’un acte non simulé. Je pense vraiment que si ça c’est imposé, c’est parce que les consommateurs était en attente. Le sexe étant quelque chose qui fait appel à des instincts primaires, je ne pense pas que les réalisateurs de porno aient suffisamment de talent pour créer le désir d’un truc qui n’existe pas chez le client. Ils surfent sur la demande. Evidemment, peut-être que chez certains hommes manquant d’expérience(s), cela a déclenché l’envie de voir « comment ça fait ». Un sujet bien complexe donc.
    PS: Je sais pas si c’est dégradant, mais je suis fan de ma femme.

  11. Ayant eu pendant quelques années un studio de production de porno made in france je vous dirai que ce n’est pas l’imagination des producteurs de porno qui est en cause mais bien la sensibilité des clients qui fait que l’on vous ressert toujours la même soupe pipe, cuni, 5 variantes du kama sutra, sodo, éjac faciale.. aussi appelé gonzo. Sortez des clous et vous ne vendrez pas, le porno est soumis aux mêmes contraintes que le cinéma mainstream, il faut répondre aux attentes du clients et force est de constater qu’à part quelques perversions spécifiques et minoritaires (d’ailleurs aussi exploitées), celui-ci manque beaucoup d’imagination. Regardez d’ailleurs avec l’explosion du porno amateur et vous retrouverai le combo classique, juste un peu moins bien enchainé et avec une lumière pourrie. Donc pour en revenir au sujet, oui le porno est un reflet de la vie sexuelle et des fantasmes communs, si les pinces à tétons et la cire de bougie sur l’anus étaient plus répandu dans les chaumières vous en auriez une session dans chaque porno réalisé…
    Pour ce qui est de tester chez soi je pense que cela tient beaucoup au partenaire masculin que vous rencontrerez, il faut déjà que celui-ci en ai vraiment envie, ensuite si il sait faire monter petit à petit le niveau de perversité des relations sexuelle tout en mettant la partenaire très à l’aise il est possible petit à petit d’amener un peu toutes les pratiques sans que personne ne se sentent humilié, mais plus comme un jeu de rôle pour le plaisir de l’autre et donc que chacun y trouve son compte.

  12. Ah oui j’oubliai, il est clairement plus agréable de faire ça sur un joli minois que voir sa semence collé dans une moustache ou participer à agraver un strabisme déjà présent 🙂

  13. On se voile pas la face ?
    Le fait est que je suis escortboy…
    Donc les hommes en général (même si j’en suis un) adorent cette violence du sperme sur le corps,visage etc moi même n’ayant jamais voulu ce genre de choses ,je tombe souvent sur les gros »crades » parce que pour eux, c’est comme le chien qui marque son territoire !
    « je t’ai mis ça dans la gueule,ta kiffé ?maintenant je peu tout faire avec toi » et ça par dans la scato et autres (plaisirs?)
    Pour certaines femmes c’est l’urine ou le crachat une sorte de refus de la puissance de l’homme que l’on doit salir a tout prix en disant bien fort autour d’elles ,qu’elle gére les mecs a la baguette !
    Même si je suis escort (avec des copines qu’ils le sont aussi) les conversations sont parfois bien cru a côté le porno est le monde des bisounours!
    Pour le porno donc qui est plus ou moins un interdit et choquant quand on est ados,on se met a imaginé le sexe par ce biais la ,du coup les hommes ayant était déçu du sexe « normal » vont tombé dans l’extrême face au plan cul d’un soir ou de dépassé ses limites avec sa ou son conjoint du moment.
    Donc y à l’éjac facial qui atteris un peu dans la bouche ,on recrache ou pas ,si on recrache (d’un c’est pas bon)et le mec reconnait la petite salope de service, si on avale on est le summum du plan cul,l’homme est Dieu…il vient de refaire le déluge et des milliards de vie meurent ,sauf quelqu’une coincés entre les dents…

  14. Comme ça que ça marche tant qui y à d’l’humour et de la vérité,ça passe crème (restons dans le gluant).

    J’ai oublié les femmes qui après un savant dosage de first-fucking et de cunnilingus aime aussi aspergé l’homme de leur liquide …(le squirting pour les obsédés des sites pornos) ,bien que ça reste rare et que chaque femme ayant son propre point G ,qu’elle soit vaginal ou non la technique reste au cas par cas !

    D’ailleurs on n’en parle pas du squirting ,vous faites vos innocentes sur ce sujet la, genre les mecs et encore les mecs du gluant , de la crème et du lait concentré!

    Autre chose les grandes ejaculations facials ou on voit des mecs envoyés des litres sur le visage d’une femme ,ben c’est pas forcément du sperme ,ça peut étre aussi du lait concentré.
    Ne me demandez pas d’ou je le sais ou si je l’ai vécu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*