A spoil !

Benjamin Lemaire
.

Pas plus tard que ce matin je publiais sur mon mur Facebook personnel un spoiler de Game of Thrones, la série phare d’HBO dont la diffusion vient de recommencer aux Etats-Unis. Ni une, ni deux, ni trois, ni rien du tout, voila pas que je reçois insultes, menaces et autres joyeusetés en commentaires et en message privé, m’expliquant que je suis un connard. C’est vrai. Je suis un MEGA connard même.

Mais voila, j’en ai plein le feed de subir à longueurs d’e-journée les partouzes moyenâgeuses et incestueuses d’une bande de wisigoths assoiffés de buzz. Si ça m’intéressait vraiment de connaître les détails de vies sexuelles intra familiales dans un environnement retardé, je lirais le Courrier Picard. Et cette pléiade de personnages… Les auteurs multiplient les familles et les personnages identiques, les amis, les acolytes et les voisins, créent cartes, annuaires, thèses et encyclopédies pour donner l’impression d’une histoire compliquée et valoriser l’intelligence de leurs téléspectateurs. Alors qu’en fait c’est jamais qu’une flopée de sarrasins qui se battent pour un foutu fauteuil Ikéa en ferraille.

Les élucubrations quotidiennes, les private jokes des ultimates fanboys vomies dans tous les sens me ballonnent le cortex à m’en atrophier le thalamus. Les mêmes décérébrés qui raillent à longueur de journées les fans de Justin Bieber et des One Direction se mettent à hurler devant la moindre révélation d’une histoire qui n’intéresse qu’eux, ou à la vue du générique mettant en scène leurs primitives idoles qui se tabassent au milieu de champs de betteraves. Les mêmes qui veulent éduquer les foules à coups de morale anti piratage et qui regardent leur série au premier torrent venu.

Et pourtant Game of Thrones n’est qu’un ramassis de clichés qui exhibe sa production hors de prix à tous les regardants, sombre comme il faut, servi par une psychologie de comptoir calquée sur toutes les séries actuelles alors qu’en fait, tout le monde attend le cul et la baston. Une série qui, à l’image de ses fans, manque cruellement d’humilité.

18 commentaires

  1. Sinon, on peut aussi dire qu’on s’en fout, de la série, des fans, des memes, et de tes états d’âme. Et tu continues à nous raconter tes petites histoires, comme ça tout le monde est content.

  2. Et bin ca va mon ptit Benji, on est à l’aise?
    on se prend pas pour de la merde.

    Alors déjà tes états d’âmes et ton ras le bol, tu penses bien qu’on s’en bat les couilles.
    T’en as ras le feed?
    Bin décroche 5mn, coupe FB, quitte ton F1 au sol jonché de curly et va brancher des zouz.
    T’auras peut-être la chance de te faire lustrer ta pine de piaf.

    Ensuite, si au moins tu étais drôle dans ton texte. Mais non, ca pue la frustration et l’attention whorisme à plein nez.
    C’est de notre faute ou de celle de HBO si Jessica préfère épiloguer sur la bite du nain plutôt que de liker ton dernier commentaire sur l’épreuve du BAFA? Non. Alors tu fermes taggle et t’encaisse, comme un bonhomme.

    Enfin, tu te vautres à pleines côtes dans des tes contradictions à chaque moment :
    – « pour donner l’impression d’une histoire compliquée et valoriser l’intelligence de leurs téléspectateurs. » Tu veux dire des artifices comme celui d’aligner des mots savants pour donner l’illusion d’une réflexion profonde? Du genre « ballonnent le cortex à m’en atrophier le thamalus »? Allez Benji, ferme le dico des synonymes et ouvre plutôt un bon roman, quitte à raconter des histoires.

    – « Une série qui, à l’image de ses fans, manque cruellement d’humilité. » Ba putain mon con! C’est plus du culot là, c’est le fiacre de la Sainte Mère! Quand on dégueule sa mauvaise foi ordurière et son mépris sur le dos des spectateurs de la série (bieber, décérébrés, lubriques, et autres), et qu’on vient ensuite réclamer de l’humilité, faut les avoir bien accrocher pour pas péter l’élastique.

    Je ne reviendrais pas sur ton usage du mot « sarrasin » qui illustre à lui seul ta profonde méconnaissance de termes pourtant abordés dès les cours d’histoire au collège.

    Allez sans rancune mon grand.
    Et un dernier spoil pour la route : à priori, c’est pas toi qui va niquer Jessica à la prochaine soirée.

  3. L’aminche,

    En ce qui me concerne, c’est ta démarche que je réprouve. Que tu causes de Game of Thrones, de Breaking Bad ou du dernier épisode de Louis la Brocante, je m’en tamponne l’oigne avec le moignon d’Oscar Pistorius. Que la série t’indiffère, que tu la trouves moisie ou que tu y condamnes la présence excessive de sexe et de violence, c’est ton droit !

    Mais pourquoi esquinter sciemment le plaisir des autres ? Nous, pauvres cervelets apathiques ? Quelle petite joie perverse peut-on tirer à saloper le plaisir des copains, de celles et ceux qui apprécient le show pour ce qu’il est et juste pour ce qu’il est ?

    Les personnes qui dévoilent les intrigues, ça vous fait tant triquer que ça d’écraser de votre gros panard d’abruti nos chateaux de sable ? Je ne demande rien, je n’en parle presque jamais de cette série. Ni de celles que j’ai pris l’habitude de suivre… Pour moi, il s’agit tout simplement de respect. Gâcher le plaisir des autres parce qu’on ne ressent pas soi même, c’est une attitude de petit frustré…

  4. Je suis désolée mais le personnage du nain est génial.
    Quant à la déesse et ses dragons, on envie de le voir conquérir le monde donc on suit son ascension sociale avec ses 2 ou 3 gosses je sais plus.
    Bon dans les livres d’où est tirée la série, elle meurt dans pas longtemps donc c’est un peu les boules. Mais de toute façon, ils meurent tous dans cette histoire.
    A la fin, il ne reste plus que la nature. Si j’ai spoiler, tant pis.

    Par contre l’affaire du mur et winter is coming c’est en effet très chiant. Snow, aucun intérêt. Sa petite soeur, ok. Le petit frère handicapé, on se demande ce qu’il fout dans l’histoire à part être trainé sur une paillasse par des gueux.

    D’autant qu’il va pas tarder à crever lui aussi, on peut dire qu’il aura pas servi à grand chose.

  5. Un cri du cœur. Bras vengeur, brandi, fendant la masse. Celui d’un libre penseur prêt à se mettre tout le monde à dos pour prendre de la hauteur sur un sujet important. Ce coup de gueule marquera l’histoire, à n’en pas douter. Bravo.

  6. Benjamin,

    Il y a un splendide numéro spécial de courrier international (canard que j’adore) qui indique quels sont les facteurs qui expliquent que cette série a conquis le monde.

    Je t’en fais une brève synthèse :

    1/ La géopolitique du pouvoir (la garde de nuit, les Stark, les Lannister etc…)

    2/ Une œuvre qui fait exploser les frontières de la fantasy en intégrant des angoisses contemporaines à son univers fantastico-épique

    3/ Un vrai manuel de politique étrangère qui donne les clés indispensables sur la manière de conserver le pouvoir

    4/ Un détonnant cocktail d’influence, de la guerre des 2 roses au mur d’Hadrien en passant par le siège de Constantinople, les rois maudits, la série mélange les références et les époques

    5/ L’imagination et le charisme de l’auteur de l’ouvrage, George R.R Martin, il a quand même contribué à la création, rien que pour la série, d’une nouvelle langue « le Dothraki » qui compte 3400 mots et bientôt 10000

    6/ Cette série a également contribué à faire fleurir le tourisme sur les lieux du tournage d’une manière significative : en croatie, au Maroc, à Malte, en Irlande et en Islande

    C’est pour cela que cette série est une métaphore de notre société et par conséquent un phénomène.

    Aristocrac

  7. C’est extraordinaire comment tes écrits sont révélateurs, ici il est indéniable que toi, Benjamin Lemaire, tu es une véritable fiente de pigeon !

    Tu fais un papier sur Game of Thrones en nous justifiant qu’il est bon d’emmerder les fans de G.O.T et que G.O.T ce n’est que partouzes moyenâgeuses, des sarrasins, des élucubrations de fans, des ramassis de clichés etc…

    Jusque-là je me disais en lisant ton PQ (qui entre nous peut aussi et doit se lire sur un trône), le gars il veut un débat, il veut que chacun expose ses idées qu’il y ait une confrontation de dialectiques.

    C’est jolie une bataille d’opinions, c’est pour ça qu’on est là Bordel ! C’est pour échanger, pour apprendre de et à l’autre. On n’est pas forcément là pour se masturber l’égo et jouir de la merde (de pigeon, pourquoi-pas ) sur le net.

    Là où je voulais en venir c’est que j’ai fait l’effort et crois-moi il n’était pas des moindres, de ne pas te cracher à la gueule et de laisser une chance à l’illusion qui toquait aux parois de mon crâne en ébullition.

    J’ai été tenté de rentrer dans le « Game of words » d’une manière des plus courtoises en échangeant sans forcément me battre (pas tout de suite en tous cas).

    J’ai lu les autres « réactions » qui m’ont fait sourire car elles correspondaient, pour la plupart, à l’idée que je me faisais de ton personnage et de ta monture intellectuelle.

    Il y en a eu pas mal, 9, c’est énorme quand on voit le contenu !

    Quel est le post pour lequel tu as choisi de pointer ta face de rat, celui qui te permettait, non pas d’apporter de l’eau à ton moulin à chiasse, mais celui qui a permettait de dévoiler la quintessence de ton mépris des autres, tu as choisis celui qui te permettait de corriger une vulgaire faute de frappe.

    Que peut-on en conclure ? Que ton post sur la soi-disant idée que tu te fais de « Game of Thrones » n’est qu’un mobile, une impulsion qui tourne autour de ton nombril crasseux.

    Alors je te lesse te mastuber et aigalement corrijer mes fotes afim que tu puisse te sairvir de ton torshon pour t’essuyé.

    Bonne branlette !

    Aristocrac

  8. Benjamin,

    Facile de faire un bon mot en réponse à JeanBernardRoger. Mais qu’en est-il de ta réponse à Menjabin Molaire (qui parle du fond pour le coup), et qui en substance que ton papier c’est de la merde?

    C’est vrai, je trouve, que beaucoup de blogueurs frustrés masquent la pauvreté de leurs argumentations via le récit de leurs états d’âmes dont tout le monde se branle (même leurs potes, si si), et leurs style somme toute commun, par phrases alambiquées à la syntaxe volontairement laborieuse et briquée de synonymes inutiles, évidemment. En effet, tout le monde n’est pas Desproges…

    Cordialement.

  9. j’applaudis des 2 genoux « La rotule »

    Effectivement s’il y avait un texte sur lequel il fallait réagir c’était celui-là, Menjabin Molaire s’est donné la peine d’avoir un regard critique et pourquoi pas constructif si on accepte le débat.

    San-Antonio n’était pas mal non plus, court mais joliment juste

    Y’avait de quoi s’asseoir, prendre des cahouètes, un pastis et tailler une bavette

    Mais bon… c’est triste d’être le maire d’une ville sans habitants 😉

  10. C’est moi qui t’applaudis Aristo : t’as posté ce que je voulais dire et en plus étayé.

    A ma décharge, j’anticipais un refus de dialoguer de l’auteur. J’ai donc préféré la concision, histoire – en cas de non réponse – de ne pas me retrouver analogiquement parlant dans la position dérangeante du mec qui parle longuement, s’interrompt, regarde son téléphone et constate avec effroi – ou ennui s’il est en public, que celui-ci est verrouillé et que par conséquent, il parle tout seul depuis entre 1 et 5 minutes (dépendamment du téléphone).

    Sinon j’ai apprécié ton ultime effort pour ouvrir le débat, mais je doute que tu puisses appâter l’auteur avec un simple « s » mal placé à « habitants » 😉

  11. C’est bon de rire « La rotule »

    Tu vois Benjamin, tu devrais essayer « le style » ça provoque des émotions…

    Au fait t’as raison, j’ai souvent le s mal placé, mais bon l’essentiel est que tu confirmes que tout est soudain plus vivant quand on met une pointe d’eprit 😉

    (putain de s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*