Je m’étais dit « pas le physique »

hahaAu commencement, il y avait l’homme. Et la femme aussi. L’Homme, quoi.

Au commencement, c’était un peu la merde, parce que de limites il n’y avait pas. Les mecs se prenaient tous pour des bijoutiers et des voleurs, se bastonnaient à coups de maillets et de gros cailloux. Au commencement, c’était la loi du plus fort.

Il y eut ensuite un mec qui dit : « tu ne tueras point », et, a priori, sa phrase fonctionna pas mal. On réglementa tout ça, même si d’aucuns apprirent à outrepasser les lois pour en créer des nouvelles, « tu ne tueras point, sauf si il l’a bien mérité. »

J’ai rejoint l’internet, ce champ de mines, avec une règle en tête, pour ma part. « Pas le physique. » Mon Facebook, mon Twitter et toutes ces bêtises chronophages sur lesquelles, n’étant pas vraiment légitime pour disserter de l’actualité avec un regard susceptible d’intéresser les gens, je m’y cantonnerais à l’humour gentil. Ah j’en ai sorti, de belles saillies, ah j’en ai bouffé, du J’aime et du RT. Putain c’que c’était bon…

Seulement voilà, j’ai mal dormi, la nuit dernière. J’ai outrepassé ma règle première. Pas le physique, m’étais-je dit… Pourtant, j’ai bêtement relayé une bêtise dénichée par quelques faiseurs de buzz…

Voilà, je me confesse, le petit Dzibz qui réclamait du follower à coup de blagues de Toto est mort et enterré.

Alors la remise en question, et la justification : qu’est-ce qui pourrait expliquer que j’en sois arrivé à poster de telles ignominies ? J’ai trouvé un soupçon de réponse dans un commentaire Facebook : « Vous vous sentez tous mieux, maintenant, hein ? », me disait ce monsieur que j’appellerai ma conscience.

C’est la l’enjeu d’internet, réfléchis-je. A quoi sert Facebook sinon à me rassurer ? De victime du collège, du lycée, d’une adolescence ingrate, j’ai choisi de devenir bourreau, très pointilleux quant au choix de mes photos de profil, à cheval sur l’orthographe. Mon e-surmoi est invulnérable sur l’écran, là où mon Moi sur le papier reste un type se revendiquant humaniste et plutôt chouette quoique timide et un peu limité sur les questions de géopolitique.

Qu’est-ce qu’un troll, sinon une attention whore ?

Aux miss de Bolbec je souhaite présenter mes plus plates excuses.

Et voter pour le numéro 2. 

4 commentaires

  1. J’ai été voir et c’est vrai que t’es un fumier… Mais putain que c’est drôle… Je crois qu’on est tous un peu ordure de temps en temps, ça permet d’être humain le reste de la journée.

    Très bon la référence aux 10 commandements. Quand je pense que c’est les mêmes qui agitent la foi d’un côté et le flingue de l’autre.

  2. Je pense pour ma part que le plus gros problème est le photographe. Les choix de lumière, angle de prise de vue et maquillage sont quand même pas flatteurs du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*