Leave ma chatte alone !

.
.

Ni pro ni anti, juste de mauvais poil. 

Je nous l’accorde, Mars est un mois bâtard. Perdu entre un hiver qui commence à se faire péniblement longuet et un printemps qui refuse de se pointer franchement, le moral à zéro, les pieds glacés, la France s’engourdie.
Il est plus que temps de ressortir l’épineux mais néanmoins intarissable sujet : TOUT POIL OR NOT TOUT POIL ?
Oublions  je te prie, les petits tracas du quotidien, l’Ukraine à feu et à sang, la Corée du Nord qui pète un câble et des missiles partout, le Japon, la Chine qui crèvent asphyxiés sous la pollution. C’est « so février 2014 » tout ça ! Nom de Dieu. Maintenant, on veut du soleil et des nanas ! Et en bikini si possible. Ou même toutes nues remarque. (Tout doux Jean-François, tout doux…)
Toutes les rédactions modezébeautay s’entartrent joyeusement le nez de coke et se mettent en branlette – ce qu’elles n’avaient jamais cessé de faire, entre nous soit dit – les stilettos cliquettent frénétiquement sur les moquettes en peau de girafon danois de la rédac’ ELLE, tandis que chez Causette, les Birkenstocks, toutes aussi excitées, martèlent les parquets en bois non-traité et biodégradable.
Je te laisse deviner chez lesquelles la foufounade ne passera pas.

L’été 2014 sera touffu ou ne sera pas ! 

Et c’est Cameron Diaz -la face violemment ravalée au botox – et Gwyneth Paltrow – ex anorexique et membre actif de la secte à Tom-Tom Cruise – qui l’affirment ! Il va être difficile pour toi d’y couper, ma grande. Parait même que Lady Gaga s’exhibe crânement tout pelage au vent, à la barbe (déconfite et soigneusement rasée) de Rihanna et Miley, comme elle leur a bien damé le pion sur le coup là ! Les pro-poils doivent s’en tresser les aisselles de bonheur, Veet et Gillette s’en arracher leurs trois poils survivants, j’te l’dis moi.
Et que penser de l’immense désarroi auquel vont être logiquement confrontées toutes les inconscientes ayant opté pour l’épilation définitive ? Est-on en droit d’envisager une reconversion viable dans le tranchage de veine pour Wilkinson-Lady ?
Mais attends donc biquette imberbe, avant d’aller fourrer ta tête dans un grille-pain défectueux, les puissantes firmes anti-fourrure humaine n’ont pas encore dit leur dernier mot et même si l’été s’annonce des plus broussailleux, je doute très fortement que le prochain Glamour « Spécial maillots » soit croustillant en poils.
Et puis qui sait, peut-être que d’ici là, American Apparel aura eu l’ingénieuse idée de sortir un tanga avec des fausses touffes collées dessus ? (Inch’Allah)

Oui. Mais.
Toutes submergées par nos drames pileux, il semblerait qu’on en oublie la question au final, essentielle :

 Que fout tout c’monde dans ma culotte ? Que fout tout ce PUTAIN de monde dans MA culotte ?

Laisse-moi te dire ce qui m’outre, m’indigne avec fureur dans cette histoire ; que ça soit les gourdasses qui pensent pouvoir mesurer notre degré d’implication dans la cause féminine en fonction de la longueur de nos toisons pubiennes ou les cruchonnes qui nous pondent des articles longs comme trois bras « Belles et sexy au poil près ! » , peu importe, les deux ne font rien d’autre que pratiquer une pernicieuse intrusion dans notre intimité et c’est précisément cette pernicieuse intrusion qui reste la chose la plus toxique à mes yeux.
Ça vient fourrager sans ménagement sous nos tricots de peau, qu’est-ce donc d’autre qu’une grossière impolitesse, un flagrant manque de respect, de considération à notre égard ? Se permettrait-on d’interpeller de la sorte notre voisine, notre collègue de bureau, « Hey grosse ! Causons de la gueule de ta fouf’ tiens ! » ? Non. Pour la simple et bonne raison que cela est une affaire personnelle qui ne regarde que moi.
Pro ou anti poils, ces débats stupides et sans fin qui font des femmes, encore et toujours, de gracieux morceaux de viande ballottés, malmenés au gré des modes et des lubies, ne génèrent au final qu’un malsain formatage de cerveaux, ne nous laissant que le choix cornélien d’être soit une chagasse bien lisse à la botte du patriarcat et de l’industrie porno-capitaliste, soit une vieille babosse frustrée, velue et énervée, à l’hygiène douteuse. Dilemme et désespoir. Et si j’ai envie de passer l’hiver sous mon duvet organique puis ensuite d’offrir une « intégrale » à mon mec (parce qu’on a encore le droit d’aimer faire plaisir à son mec sans pour autant passer pour une chienne asservie, n’est-ce pas ?) suis-je TOUT ÇA à la fois ??! Une vendue de cagole aux relents « crevettes-moules pas bien fraîches » d’humeur revêche …?
C’est pas pour ou contre le poil qu’il faut militer mais bien contre ces discussions stériles, fabriques à gros clichetons qui nous collent aux basques et nous pourrissent l’existence, usines à complexes et ricanements crétins.
Se taire. Fermer nos gueules sur le sujet. Laisser le poil ou le non-poil redevenir un élément sans connotations péjoratives, un simple attribut physique aussi banal qu’une couleur d’yeux ou qu’une coupe de cheveux. Boycotter sans pitié, s’appliquer à un désintérêt des plus vifs pour ces articles à la con, les laisser palabrer dans le vent : elle serait là, la véritable émancipation, il serait là, le total libre-choix sans sournoise influence. 

Est-ce qu’on se permet, à chaque printemps, à chaque premier rayon de soleil, inlassablement, d’emmerder ainsi les mecs avec leurs poils de bite ?
Non.
Je suis de mauvais poil, je te l’avais dit. 

 

5 commentaires

  1. Les poils c’est le MAL si l’on en croit les internautes. Preuve que le sujet est de saison, j’en ai parlé sur mon blog cette semaine en rentrant de ma séance d’épilation laser : http://sosromantic.com/madonna-a-poil/. Je ne vois pas pourquoi tout le monde fait une fixette là-dessus. Ça ne me viendrait pas à l’idée de demander à mon mec de se raser les poils pour faire des oreilles d’éléphant à son zgeg… mais après tout, pourquoi pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>