All posts by Povrane

J'ai quand même écrit beaucoup mieux.

L’honteuse tendresse des cacahuètes

L’existence sereine et paisible des provinciaux, du moins ceux qu’il m’est arrivé de côtoyer pour le meilleur comme le pire, est réglée comme du papier à musique ; de préférence une valse à l’accordéon où l’on tourne, tourne et tourne, comme pour sonder le gouffre tiède et sépulcral de l’existence ordinaire, plaisamment engoncée dans le…

Continuer l'article

Le Roi Lion, piège à cons.

Moi qui avait fait quelques efforts pour redevenir acceptable et accepté en société (paraîtrait-il que l’on appelle ça la maturité, d’autres préfèreront le mot « résignation »), je tiens à vous faire une révélation. Une révélation qui risque de m’attirer quelques inimitiés au sein de la catégorie 15-25 ans et qui devrait m’occasionner le surnom de « Dictateur »…

Continuer l'article

Jérôme Anthony, étron audiovisuel

Ca fait drôle de regarder la TV. Chez moi, ou plutôt dans l’appartement gracieusement prêté par mon oncle boucher, je n’ai en tout et pour tout qu’un énorme poste de radio branché sur Radio FIP et mon PC Portable, ce qui est amplement suffisant pour s’abreuver de toute la culture nécessaire à l’éducation d’un subversif…

Continuer l'article

Ode à la sarthoise

Nos amis de c’est la gène abordaient récemment le thème   » ode à la parisienne «  en réaction notre Damien a concocté une « ode à la sarthoise »  et nous a mis quelque peu dans la gène en omettant de les citer c’est désormais chose faite. Nos excuses à C’est la gène. Samedi 30 avril 2011,…

Continuer l'article

Vos gueules, les Magic System!

En 2002, j’avais 14 ans et je rentrais, tremblant, dans ce qui serait mon super lycée appelé « usine à beaufs » ; les duveteux à scooter du coin côtoyaient les futurs professionnels du MSB et du MUC72 ; j’ai donc baigné toute mon adolescence dans une sorte de brainstorming du néant. Rude. Mais je digresse. En…

Continuer l'article

Scènes de minables

Quoi de plus dispensable que la grand-messe du repas familial? Depuis mon retour en Sarthe que j’espère fort bref, le repas-du-soir-en-famille est en réalité un long monologue télévisuel qui commence par les singeries de Vincent Lagaf’, dont le seul changement en 20 ans a consisté à se raser le crâne. A ce moment précis, j’envisage…

Continuer l'article