Nous, les gentils

gentils

Cet article est dédié à toi qui stalke ta meilleure amie dont tu es amoureux depuis la 6ème. A toi qui ne peut plus articuler trois mots en face d’une fille qui te plait un temps soit peu. Et à toi aussi, friendzoné depuis un an avec ta coloc’ qui se balade en petite culotte et réclame des câlins « entre potes » les soirs d’orage.

C’est bon, j’ai fait le tour ?

Bien sur que non.

 

Dans la vie il y a ceux qui ont le pistolet chargé et ceux qui creusent.

Quitte à avoir un pied dans la tombe, autant plonger dedans et découvrir cette race de garçons qui souffrent de leur comportement pourtant appréciable : les GENTILS.

Oui, les gentils. Les « meilleurs amis », les bégayeurs, les comptables, les payeurs de verres, les potes homos mais hétéros et j’en passe.

Je plaide leur cause, un mec gentil ne veut pas forcément dire qu’il ne sera pas à la hauteur. Mesdemoiselles,  cherchez au fond du bar ce mec qui sue un peu trop, qui ne vous regarde que quand vous avez le dos tourné.

 

Certes il peut y avoir des mauvaises surprises, mais vous y gagnez au change. Un gentil pense vraiment à vous là ou un arrogant compte sur sa grande gueule. Un gentil cherchera à vous satisfaire quand un dragueur vous oubliera une fois les premiers orgasmes au fond d’une trompe en latex.

 

Les gentils sont parfois trop gentils, n’abusez pas de votre pouvoir (seins) et pensez toujours qu’avec le temps un gentil ça prend de l’assurance. Il finira par vous donner cette levrette claquée dans un couloir glauque dont vous rêvez tant. Il adoptera cette attitude prévenante mais ferme que vous aimez quand vous traversez un quartier mal famé ou pendant un rendez-vous chez vos grands parents savoyards.

 

Donner sa chance à un gentil, c’est laisser un trou-du-cul à une poufiasse qui en à besoin. Oui, cette amie un peu pute (pas vous, vous voulez vous taper un gentil) qui sucerai  un lépreux hémophile pour avoir un peu d’attention.

Et peu importe si il met tout dans le caleçon après le premier bisou, l’amour n’est pas hygiénique.

Vous visualisez ? Alors larguez moi ce Michael Vendetta du pauvre qui vous sert de porte-sac et emballez ce vieux pote qui bosse à la SNCF, dont la masturbation est devenue une religion.

 

Et puis ca en fera un de moins qui souillera ta profile picture sur cette musique.

 

5 commentaires

  1. Après il faut distinguer gentil et gentil.
    Pour moi 2 sortes,

    Le mec gentil mais qui est vraiment moche, et désolé c’est triste à dire, mais oui le physique compte un minimum.

    Et le gentil, pas le mec de tes rêves mais pas moche et plutôt drôle , tu pourrais tenter un truc… J’ai tenté.
    Ce gentil là au premiers abords tous ce passe bien, mais c’est ensuite quand le mec est en constant manque d’affection, qu’il cherche à te joindre par tous les moyens de communication possible, ça en devient flippant, oui oui.

    Alors gentil oui, restes le , c’est carrément cool mais prends un peu d’assurance et laisse respirer ta dulciné, merde !

  2. Cet article est très manichéen, c’est dommage. Comme si un « gentil » était gentil partout tout le temps avec tout le monde toute sa vie.
    Là, il s’agit plutôt de déconstruire la culture machiste qui fait qu’une fille ira plus volontiers vers un connard que vers un mec qui ne présente a priori pas les attributs du « mâle ». Qu’il soit gentil ou pas, ce n’est pas la question.

  3. il existe AUSSI des filles GENTILLES que personne ne regardent. moins jolies, moins remarquables que les tapineuses de télé-réalité, mais avec un coeur d’or qui ne demande qu’à donner de l’amour. elles aussi souffrent de n’être pas vues, de ne servir que de bonnes copines pas baisables.
    alors, les mecs gentils, arrêtez de vous lamenter et invitez donc ces filles-là!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*