Je ne suis pas une fille comme les autres.

Hebergeur d'image
.

C’est venu comme ça. Avant on voulait ressembler à tout le monde, maintenant on veut être comme personne. Se fondre dans la masse est une insulte à soi-même, une atteinte à sa dignité personnelle. Alors que se démarquer, ça, c’est foutrement swag.

Ça commence en douceur, comme une petite fleur, elle viendra s’immiscer dans votre vie, elle pense vous amener la brigade du kiff dans votre slip célio, vous commencerez à discuter de films, de jeux vidéos, de japan expo, de fisting. Elle se donnera un mal fou pour ne pas basculer dans le cliché. Parce que le cliché de la meuf chiante, c’est son Nemesis. Je-ne-suis-pas-comme-les-autres. Je dis sodomie au lieu de Fluffy, le pingouin trop mimi. Elle pense avoir tout compris à la vie, notamment ce théorème qui dit que : femme parlant de “trucs de mec”= nana hors du commun. Elle vous dira “Je ne suis pas une drama-queen, moi.” alors qu’en vérité elle est plutôt une “drag-queen inversée” : elle revêts une attitude qu’elle pense masculine pour parer son corps de nana. Miss gagnante. Oh you. wow such intelligent, very clever, much different.

“Les autres filles sont horriblement chiantes, parfaitement ennuyeuses et totalement critiques. Je suis gaie, divertissante et je ne juge aucune de ces poufiasses. Je ne suis pas une fille comme les autres. D’ailleurs je ne suis même pas une fille. Je suis un mec dans un corps de fille. Je vais créer ma propre définition sur les filles avec des putes et des black jacks. Vous connaissez Kelly Rowland ? Et bien je ne suis pas comme elle.”

Il y a des tableaux blancs en guise de pub dans la rue. C’est un nouveau concept : “écrivez ce que vous avez à dire”. Elle hésite entre le fuck the police redondant et le lol ennuyeux, alors elle écrit “fuck the police lol, P.S : et sinon je ne suis pas comme les autres filles” au rouge à lèvres. Elle est sensationnelle. Elle s’attaque au monde : elle veut que les gens qu’elle ne connait pas sachent qu’elle est unique.

La fille pas comme les autres est plus dangereuse que les autres, parce que vous ne savez pas quand elle redeviendra comme les autres. Mais vient le moment où elle passe en mode Star Wars V : The bitch strikes back ; vous êtes allongés amoureusement sur l’herbe un aprem de juillet, vous vous mettez à mentionner tranquillement 4chan et les images de hentai alternative et subitement mademoiselle trouve que vous êtes un gros pervers dégueulasse. Elle vous fait une scène, vous lui dites d’arrêter son cinéma, mi-choqué, mi-abasourdi, what did you expect ? Elle vous renverse sa cannette de Schweppes dessus. Baissez le rideau, c’était une actrice fantastique. Vous ne pouvez même pas l’applaudir parce que vos mains sont collées à cause du soda. Les nanas, toutes les mêmes.

Plus tard elle ira fureter sur 4chan/h/ par curiosité quand même parce que voilà.

La deuxième chose qu’elle fera, ce sera ensuite de dl tous les derniers jeux à la mode, gangsta de jeuxvideo.com, elle fait plein de nouveaux topics sans se donner la peine de faire une recherche avant, mais quelle salope. Les modos vont lui tomber dessus mais tmtc elle leur dira “NN MAIS JPEU VOUS EXPLIKER, JSUIS PA COM LES OTRE” elle vit avec la schizophrénie en intraveineuse. En déni permanent de ce qu’elle est vraiment.

Elle fuck the police dans Need For Speed. Elle campe dans Call Of. Elle monte Rome dans Assassin’s creed: Brotherhood. Elle th’um dans Skyrim: BIATCH RHO DA. Elle tank dans Borderlands 2. Elle maîtrise mieux l’art du screenshot que celui du selfie. Le temps qu’elle a passé sur tous ces jeux s’élève à environ 5 minutes soit le temps approximatif pour stuffer son perso de la manière la plus badass qui soit (le style avant tout elle a quand même une réputation de fille pas comme les autres à tenir) et prendre un bon screenshot qu’elle chouchoutera avec amour pour montrer au monde entier que la seule et unique warrior, c’est elle. #findugame.

Elle n’a pas ses règles. Du moins pas moralement. “Je vois pas de corrélation logique entre le fait de s’énerver sur la présence d’une bouteille vide au frigo (SAL FDP TA CRU JETAIS TA REUM) et le fait de perdre des bouts d’endomètre en mode victime vaginale”. Et si elle est énervée pendant la mauvaise semaine, elle ne le montre pas. Vous voulez insulter une fille qui pense qu’elle n’est pas comme les autres ? Quoi de plus ingénieux que suivre ses cycles menstruels et de lui lancer des piques sur sa féminité au moment pro-piss-off ?

Dans sa tête, elle vous dit : Il faut que tu sortes absolument avec moi pour savoir ce que je suis.

En attendant, elle reste un individu Schrödinger.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*